La Turquie prête à accepter l’indépendance des Kurdes irakiens ?

indépendance kurdes irakiensLa prise de Mossoul, le 10 juin dernier (cf. notre édition du 11 juin 2014), par l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) et les gains territoriaux rapides de celui-ci dans le nord de l’Irak ont bouleversé durablement les équilibres stratégiques de la région (cf. nos éditions des 13 juin 2014 et 14 juin 2014). L’un des contrecoups inattendus de la poussée de ce mouvement islamiste radical et de la débâcle consécutive de l’armée fédérale de Bagdad est le renforcement des positions du gouvernement régional kurde irakien. Le 12 juin, en effet, les troupes irakiennes ayant fui l’Irak du nord, les peshmergas ont pris le contrôle de Kirkouk pour éviter que l’EIIL ne s’en rende maître. Ainsi cette ville, que les Kurdes irakiens revendiquaient âprement en vain depuis la chute du régime de Saddam Hussein, est presque naturellement passée sous leur administration en quelques heures. Il faut dire que tant Bagdad qu’Ankara n’ont pu que laisser faire. Le gouvernement chiite de Nouri al-Maliki s’est retrouvé surtout occupé à défendre sa capitale Bagdad et la Turquie, qui elle aussi avait contesté initialement les prétentions d’Erbil sur Kirkouk, au nom de la prise en compte des droits de la minorité turkmène qui s’y trouve, a du se faire une raison de ce gain territorial kurde important parce qu’il a permis par ailleurs de contrer la poussée de l’EIIL dans la région.

Quoi qu’il en soit, la prise de contrôle de Kirkouk par le gouvernement kurde irakien, loin d’être une mesure provisoire ou conservatoire, est probablement un événement durable. Le 27 juin, lors d’une conférence jointe avec William Hague (photo), le ministre britannique des affaires étrangères, Massoud Barzani a estimé que le rattachement de Kirkouk à la région kurde d’Irak du nord était définitif et, le 30 juin, il a appelé les Nations-Unies à encadrer le référendum (prévu par l’article 140 de la Constitution fédérale irakienne de 2005) qui n’a cessé d’être différé au cours de la dernière décennie. Le régime de Bagdad, qui se bat actuellement pour sa survie, n’est pas en mesure de contester concrètement cette évolution. Reste à savoir bien sûr quelle sera la réaction d’Ankara.

Le 29 juin, dans une interview au Financial Times, Hüseyin Çelik, le porte-parole de l’AKP, a rappelé qu’un Etat indépendant kurde en Irak aurait été en d’autres temps un casus belli mais que les choses avaient évolué depuis, avant de déclarer :

«En Turquie, même le mot Kurdistan rend les gens nerveux, mais le nom (du pays des Kurdes) est bien Kurdistan… Si l’Irak est divisé et c’est inévitable, ils sont nos frères… Malheureusement la situation n’est pas bonne en Irak et il semble que ce pays va être divisé.»

Reconnaissant aussi que l’indépendance du Kurdistan n’était pas son choix premier, Hüseyin Çelik a rendu responsable le gouvernement de Nouri al-Maliki et les Etats-Unis de la situation de dangereuse instabilité prévalant actuellement dans le nord de l’Irak. Il semble donc que la Turquie, qui vient d’ailleurs d’accepter pour la première fois que soit créé un parti utilisant le terme «Kurdistan» dans sa dénomination (le T-KDP, Türkiye-Kürdistan Demokrat Partisi, Parti démocrate du Kurdistan de Turquie fondé par Mehmet Emin Kardaş), se résolve à un état de fait qui consacre des tendances lourdes de sa politique irakienne des dernières années.

Depuis 2007, Ankara n’a cessé en effet de se rapprocher du gouvernement régional de Massoud Barzani. Si parallèlement et dans un premier temps les Turcs ont aussi cherché à coopérer avec le gouvernement fédéral chiite irakien, leurs relations avec Bagdad ont commencé à se détériorer, au cours du second semestre 2011. Ce sont à la fois le sort fait à la minorité sunnite en Irak par le gouvernement chiite de Nouri al-Maliki et des nécessités relatives au règlement de la question kurde en Turquie qui expliquent une telle détérioration. À partir de 2009, le gouvernement de l’AKP a appuyé tous ses efforts pour trouver une solution politique à la question kurde en Turquie, sur une convergence de plus en plus nette avec les Kurdes irakiens. Cela a permis de contenir le PKK et de le forcer à négocier. A l’inverse, Erbil a pu compter sur le soutien d’Ankara pour répondre à la politique de plus en plus sectaire du gouvernement de Nouri al-Maliki. En Syrie, les deux alliés ont également œuvré à contenir les succès du PYD, la branche locale du PKK. Cette convergence politique s’est accompagnée d’une forte croissance de la coopération économique, la Turquie devenant le premier partenaire économique du Kurdistan irakien dont elle s’est mise à exporter le pétrole sur la base d’accords directs avec Erbil, au grand dam du gouvernement fédéral de Bagdad.

Dans le contexte actuel d’instabilité en Irak et en Syrie, les deux partenaires ont plus que jamais intérêt à coopérer. Face à la menace immédiate représentée par la montée en force de l’EIIL mais aussi face au risque d’un retour de Bagdad si le gouvernement fédéral parvient à retrouver une partie de ses positions dans le nord de l’Irak, les Kurdes irakiens ne peuvent s’aliéner leur allié turc. Dans une interview pour le Hürriyet Daily News, le 30 juin, Ashti Hawrami, le ministre des ressources naturelles du gouvernement régional kurde d’Irak du nord, déclarait à propos des liens d’Erbil avec Ankara :

«Notre relation est stratégique et pas opportuniste. C’est la raison pour laquelle si un pas devait être réalisé vers une confédération, une forme d’indépendance ou tout autre chose… je ne pense pas que notre gouvernement ferait quoi que ce soit sans tenir la Turquie pleinement au courant. Il ne doit pas y avoir de surprise pour qui que ce soit. Il y aura des consultations continues et fraternelles.»

Alors même que, depuis la prise de Mossoul, l’EIIL a pris en otage 80 de ses citoyens, Ankara dont les relations avec Téhéran n’ont jamais été très simples et les rapports avec Bagdad ont peu de chance de s’améliorer, ne peut compter dans la zone que sur Erbil. Au moment même où «la politique du zéro problème avec nos voisins» d’Ahmet Davutoğlu va de déconvenue en déconvenue, c’est paradoxalement ce voisin kurde, au bord de l’indépendance, qui pose finalement le moins de problèmes à la Turquie…

JM


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. anne dit :

    Sinon c’est certain que la carte KRG est une carte maîtresse pour parvenir à un accord de paix avec le PKK, et que celui ci n’est pas « chez lui » au Kurdistan irakien. C’est évident aussi que la Turquie aurait préféré que les partis barzanistes soient aux commandes à Rojava (cantons kurdes).Rien ne va plus de ce côté là entre les deux fractions kurdes, mais pas au point de se faire la guerre (ni de soutenir les miliciens jihadistes, je présume)

    Les convergences d’intérêt ont des limites : celles du traumatisme causé par les guerres fratricides entre fractions kurdes principalement. Pour résumer tantôt cela ne va pas trop mal entre Pro PKK et Barzani, tantôt cela se détériore, mais je pense que ce serait une erreur de vouloir d’abord y voir la main de la Turquie. Barzani y perdrait son prestige.

    Et le Kurdistan irakien, ce n’est pas que le PDK deBarzani. Le PUK de Talabani (proche de l’Iran) et Gorran sont plutôt favorables au PYD syrien.

    Il a quand même fallu attendre 8 mois après les élections provinciales pour que le Kurdistan se dote enfin d’un nouveau gouvernement (pire qu’à Bagdad !) dans la foulée de la « prise de Kirkouk ». C’est dire que tout n’est pas simple.

  2. anne dit :

    Bonjour

    Je me permets quelques précisions.
    Les échanges économiques entre la Turquie et le Kurdistan irakien n’ont pas attendu les grandes amitiés proclamées entre les deux partenaires pour être intenses. Dès les années suivant l’invasion US, ce sont les entreprises turques qui ont reconstruit le pays (infrastructures, immobilier). Et dans les commerces jusqu’aux eaux minérales étaient turques ! Si je me souviens bien, une partie de l’électricité du territoire était fourni par la Turquie (et l’Iran). Au point que même quand on s’invectivait entre autorités turques et kurdes, je me disais toujours qu’en réalité les relations n’étaient pas si mauvaises.

    Pendant quelques années le Kurdistan a été considéré comme un eldorado pour une foule d’entrepreneurs kurdes de Turquie qui alliaient amour du Kurdistan et sens (ou non) des affaires. Certains (ainsi que leurs associés kurdes irakiens) y ont beaucoup gagné, beaucoup de ces entrepreneurs parfois improvisés y ont perdu des plumes.

    Ce sont plutôt les entreprises françaises qui (comme d’habitude) ont d’abord attendu que leur État y implante une représentation (Consulat en 2008) avant de s’y précipiter. Les entreprises allemandes n’avaient pas attendu l’ouverture d’un Consulat quant à elles.

  3. Bigbibi dit :

    Difficile de ne pas voir, derrière ce qu’il se passe actuellement dans la région, une volonté de redécoupage du moyen-orient acté depuis longtemps par les Etats-Unis et leurs alliés.
    Que les kurdes obtiennent enfin leur indépendance n’est que justice. Elle ne pouvait d’ailleurs qu’être inéluctable, même si 100 ans sont encore nécessaire. L’absence d’Etat kurde restait la principale source d’instabilité dans la région.
    L’avancée de l’EIIL, sortie de nul part (ou plutôt, des plans des américains, tant le calme affiché par des ces derniers semble suspect) est un prétexte.
    La Turquie n’a pas d’autre choix que de se soumettre à la volonté des américains. Les pourparlers avec le PKK, malgré les soubresauts, ne doivent pas être étrangers à cette évolution.
    Reste à voir comme les iraniens vont réagir à cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.