Le premier tour de la présidentielle en Turquie aura lieu dans une semaine

RTE programmé1A moins d’une semaine du premier tour de l’élection présidentielle qui doit se tenir le 10 août prochain (cf. notre édition du 30 juillet 2014) , la campagne, loin de s’emballer, semble s’essouffler totalement. La cause de ce phénomène peu commun est de toute évidence la faible incertitude qui pèse désormais sur l’issue du scrutin. Crédité par tous les sondages d’un score oscillant entre 52 et 56%, Recep Tayyip Erdoğan serait déjà en train de préparer le fameux «discours du balcon» qui ponctue traditionnellement toutes ses victoires électorales depuis 2007 et qu’il prononce depuis la fenêtre du siège de l’AKP, à Ankara. Le premier ministre, qui a déjà fait ses adieux à son groupe parlementaire le 22 juillet dernier, devrait aussi, comme la Constitution l’y oblige, remettre les clefs du parti à un président intérimaire, qui pourrait être Mehmet Ali Şahin, avant qu’un nouveau leader soit élu par une convention ad hoc dans les 45 jours à suivre. Cette victoire programmée n’a pas empêché le candidat de l’AKP de gratifier d’une volée de bois vert son principal adversaire, Ekmeleddin Ihsanoğlu, lors d’un meeting qui s’est tenu le 3 août à Maltepe (Istanbul), en déclarant : «Ce personnage ne connaît rien à la politique. Il a gaffé dès le début en affirmant que le président ne devait pas faire de politique. Je suppose que les partisans du CHP et du MHP vont lui demander des comptes pour cela.»

Même si la candidature de l’ancien secrétaire général de l’Organisation islamique de coopération a évité aux leaders du CHP et du MHP de subir eux-mêmes la défaite qui se profile, elle risque de ne pas RTE programmé2leur épargner les reproches des cadres et des militants de leur parti peu convaincus par la candidature de ce diplomate inexpérimenté en politique et qui, il y a un an à peine, était encore un compagnon de route du parti au pouvoir. Mis à part Kemal Kiliçdaroğlu et Devlet Bahçeli, aucun des ténors kémalistes et nationalistes n’a d’ailleurs véritablement voulu faire campagne en faveur du candidat commun de l’opposition. Il n’est pas étonnant dès lors que les sondages le placent actuellement sous la barre des 40%. Si elle se confirme, cette performance très terne signifierait un véritable échec pour le CHP et le MHP qui ne retrouveraient pas leur influence des élections précédentes (en mars dernier lors des élections locales, le CHP et le MHP avaient obtenu respectivement 28,7% et 15,9%, soit au total 44,5% des suffrages exprimés). Comme on pouvait s’y attendre, la stratégie des partis kémaliste et nationaliste qui consistait à présenter une personnalité à forte sensibilité religieuse longtemps liée au parti au pouvoir pour essayer de prendre des voix à ce dernier, ne fonctionne pas, car en fait elle démobilise les militants et l’électorat traditionnel des deux principaux partis d’opposition.

En revanche, Selahattin Demirtaş, le candidat kurde du HDP, a su trouver sa place dans ce scrutin complexe. Sans illusion sur le résultat final, il a néanmoins joué le jeu d’une élection présidentielle en portant crânement un certain nombre d’idées originales, à la différence d’Ekmeleddin RTE programmé3Ihsanoğlu qui n’a cessé d’affirmer qu’il serait un président qui ne gouvernerait pas. Ce faisant, se démarquant du débat régime parlementaire contre régime présidentiel, prônant l’avènement d’un véritable pouvoir local et plaidant pour la préservation de l’environnement, le candidat kurde est parvenu à montrer qu’on pouvait essayer de faire de la politique autrement. Cela risque de payer puisqu’il est actuellement crédité de 9%, un score nettement supérieur à ceux réalisées par les formations kurdes au niveau national lors de précédents scrutins où elles évoluaient entre 4 et 6%. Si cette estimation s’avère exacte, Selahattin Demirtaş aura non seulement pris des voix aux partis d’opposition, mais aussi gagné son pari de rassembler au-delà de l’électorat kurde.

En attendant dimanche et le discours du balcon, Recep Tayyip Erdoğan a ouvert, lundi 4 août, le très important Conseil militaire suprême (YAŞ, Yüksek Askeri Şura) de l’été par un discours très électoral, rappelant que l’un de ses objectifs majeurs était que la Turquie soit dans les 10 premières économies mondiales en 2023, pour le centième anniversaire de la République. Le YAŞ est une instance qui se réunit deux fois par an (en août et en décembre) et dont l’une des fonctions principales est de se prononcer sur les nominations et promotions dans l’armée. Longtemps chasse gardée de l’armée, cette institution avait néanmoins vu en 2010 et 2011 (nos éditions des 2 août 2010 et 3 août 2011), le premier ministre en prendre concrètement la tête et commencer à s’immiscer dans le cursus honorum des militaires. Il s’agit donc d’un cadre particulièrement symbolique pour un premier ministre qui aspirera à devenir un président qui gouverne, s’il est élu dimanche.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.