La Turquie face à une nouvelle alerte dans le nord de l’Irak

Alerte Irak1«L’Etat islamique», cette organisation djihadiste qui prétend avoir établi un califat sur les régions qu’elle contrôle dans le nord-est de la Syrie et le nord-ouest de l’Irak, est passé à nouveau à l’offensive en Irak, le 3 août dernier, forçant les peshmergas kurdes irakiens à reculer et menaçant l’intégrité de leur région autonome. Les principales victimes de cette nouvelle poussée djihadiste ont été les populations kurdes de la province de Sinjâr (proche de la frontière syrienne), qui sont adeptes du yézidisme (photo ci-dessus), une religion monothéiste dont les racines sont zoroastriennes. Considérés comme des infidèles par les djihadistes, ils sont menacés d’extermination. Le 6 août, au parlement irakien, une députée yézidie en sanglots, a demandé aux responsables politiques irakiens de réagir, en soulignant l’extrême urgence de la situation. Dans les zones yézidies, des massacres auraient été perpétrés et des femmes auraient été enlevées. Près de 50 000 personnes se cacheraient dans les montagnes où elles risqueraient le pire, si «l’Etat islamique» parvient à les atteindre.

Cette nouvelle alerte semble toutefois avoir provoqué un sursaut au sein des principaux protagonistes de cette zone de conflits. En premier lieu, dans un mouvement quasiment inédit, les différentes factions kurdes ont décidé d’oublier leurs dissensions pour faire front commun contre «l’Etat Alerte Irak2islamique». Les Kurdes irakiens ont ainsi reçu le soutien, non seulement des Kurdes syriens du PYD, mais aussi du PKK turc dont les membres ont quitté par centaines, le 5 août, leurs bases des montagnes de Qandil pour rallier les zones de combat près de Mossoul (photo à droite). En second lieu, alors même que le contentieux énergétique qui oppose Bagdad à Erbil n’est toujours pas réglé et vient même de connaître de nouveaux rebondissements, le gouvernement fédéral irakien de Bagdad a décidé d’enterrer la hache de guerre et de prêter main forte aux Kurdes en leur apportant un soutien aérien. Les premiers résultats de cette union sacrée ont permis aux peshmergas de contre-attaquer, dès le 6 août, en direction de Mossoul. Les responsables kurdes irakiens ont d’ailleurs annoncé, à cette occasion, qu’ils avaient décidé de changer de tactique face aux djihadistes, en ne se contentant plus de défendre pour privilégier l’offensive.

Pour sa part, la Turquie est concernée au premier chef par l’évolution des rapports de force en Irak du Alerte Irak3nord. Elle connaît déjà une situation redoutable à ses frontières avec la crise syrienne, car elle accueille désormais plus d’un million de réfugiés. Ce désastre humanitaire devient d’autant plus difficile à gérer que les ¾ d’entre eux ne vont plus dans les camps (qui ne peuvent en accueillir que 220 000), mais s’installent dans les grandes villes (y compris Istanbul, photo à gauche), modifiant l’économie du pays (développement du travail au noir, multiplication des petits métiers, augmentation du prix des loyers…), voire les équilibres démographiques de certaines régions. La multiplication des incidents, ces dernières semaines, montre en outre que, dans les zones où ils sont nombreux en Turquie, les populations locales supportent de moins en moins bien la présence des réfugiés syriens.

Les succès militaires de «l’Etat islamique» dans le nord de l‘Irak depuis juin dernier, menace de provoquer une seconde crise humanitaire de grande ampleur (cf. nos éditions des 11 juin 2014, 13 juin 2014, 14 juin 2014). On a beaucoup parlé ces derniers jours du sort des chrétiens d’Irak, mais d’autres communautés (les Turkmènes en partie chiites et les Kurdes yézidis comme on vient de le voir) sont aussi victimes de «l’Etat islamique». Le sort de la communauté turkmène préoccupe particulièrement la classe politique et l’opinion publique turques. Des débats Alerte Irak4houleux ont eu lieu au sein de la Grande Assemblée Nationale, il y a quelques jours, et le gouvernement, auquel certains reprochent de n’avoir pas été suffisamment réactif au départ, s’emploie depuis à démontrer qu’il met tout en œuvre pour faire face à la situation.  Officiellement l’AFAD (Afet ve Acil Durum Yönetimi Başkanlığı, le service du premier ministre pour les catastrophes et les situations d’urgence) coopère avec le gouvernement kurde d’Irak du nord pour acheminer l’aide humanitaire turque en direction des Turkmènes. Le 4 août dernier, lors d’une conversation téléphonique, Ahmet Davutoğlu a réitéré son soutien à Massoud Barzani et affirmé que la Turquie allait étendre son aide humanitaire à toutes les populations déplacées dans le nord de l’Irak, qui dépassent désormais le million et demi de personnes. Significativement, le chef de la diplomatie turque a posté peu après sur son compte Twitter la déclaration suivante :

«En donnant la priorité à la sécurité et aux revendications de nos frères turkmènes, nous nous efforçons d’assurer le bien-être de tous les Irakiens, y compris les Kurdes, les Yézidis et les Arabes.»

La Turquie a effectivement intérêt à apporter son appui au gouvernement régional kurde irakien pour éviter d’avoir à accueillir elle-même de nouveaux flux de réfugiés sur son territoire. Mais ce soutien n’est pas sans risque pour elle, car les 49 membres de son ancien consulat de Mossoul sont toujours retenus en otage par «l’Etat islamique». L’opposition reproche périodiquement au gouvernement d’avoir mal géré cette prise d’otages. Le 5 août, le CHP a ainsi déposé une motion de censure Alerte Irak5individuelle (la constitution turque permet de censurer individuellement les ministres) contre Ahmet Davutoğlu, en l’accusant d’avoir été «téméraire et maladroit»  dans cette affaire. La politique étrangère ne semble pas en mesure d’affecter la prochaine élection présidentielle mais les mises en cause répétées du chef de la diplomatie turque, ces derniers jours, ne sont peut-être exemptes d’arrière-pensées domestiques, car Ahmet Davutoğlu apparaît, d’après la rumeur, comme l’un des prétendants possibles au poste de premier ministre, si Recep Tayyip Erdoğan est élu dimanche à la présidence.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.