Processus israélo-syrien de négociations sous l’égide la Turquie : reprendra, reprendra pas ?


Les négociations entre Israël et la Syrie vont-elles reprendre et sous quelle forme, c’est la question qui se pose actuellement avec de plus en plus d’insistance. On se souvient que des négociations indirectes entre Israël et la Syrie, sous l’égide de la Turquie, avaient commencé en avril 2008 (cf. notre édition 10 mai 2008), mais qu’elles avaient été rapidement perturbées par la crise politique israélienne et la situation incertaine du gouvernement démissionnaire d’Eoud Olmert. Par la suite, l’intervention militaire israélienne à Gaza avait porté un coup de grâce à la première phase de ce processus.

Le retour au pouvoir de Benjamin Netanyahou a tout d’abord paru confirmer que ces négociations avec Damas, sous la houlette turque, étaient définitivement mortes et enterrées (cf. nos éditions des 25 juillet et 14 août 2009). Outre la «sortie» de Recep Tayyip Erdoğan contre Shimon Peres au Forum de Davos, en janvier dernier, de nombreux incidents (polémiques entre des responsables militaires ou annulation de manœuvres communes) ont marqué les derniers mois qui se sont écoulés, tandis que les relations entre Ankara et Damas connaissaient une amélioration spectaculaire (déplacement en Syrie des président et premier ministre turcs, annonce de manœuvres militaires conjointes, suppression des visas entre les deux pays). À la fin de l’été tout paraissait ainsi indiquer que la Turquie s’était par trop rapprochée de la Syrie pour pouvoir continuer à apparaître comme un médiateur impartial dans ce dossier. Tout en rendant hommage au rôle joué précédemment par la Turquie, Israël avait d’ailleurs estimé, au mois d’août dernier, que ce type de négociations indirectes ne pouvaient reprendre en raison de l’intransigeance de Damas. Mais l’État hébreu avait alors évoqué l’hypothèse d’une relance du processus sur la base de contacts directs avec la Syrie, un scénario que le président syrien, Bachar El Assad, avait néanmoins rejeté à la mi-septembre, en expliquant qu’il souhaitait qu’une approche préalable, menée sous l’égide de la Turquie, prépare l’ouverture éventuelle de négociations directes avec Israël.

Pourtant, les événements se sont accélérés depuis le début du mois de novembre 2009. Le 8 novembre, notamment, Bachar el-Assad a publiquement exhorté la Turquie à maintenir de bonnes relations avec Israël, afin de pouvoir reprendre son rôle de médiateur, tandis que, le 11 novembre, de passage à Paris, le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, se disait prêt à reprendre les négociations avec la Syrie, «à tout moment, sans conditions préalable et où que ce soit.» Avec la venue de Bachar el-Assad à Paris, le 12 novembre, la situation s’est encore précisée, puisque le président syrien a redit son souhait de voir les négociations reprendre sous l’égide de la Turquie. Mais, parallèlement, le président Sarkozy a évoqué une reprise de ce processus qui serait provoquée par l’UE «de concert avec la Turquie», tout en proposant la tenue d’une conférence globale sur le Moyen-Orient. Interviewé en Espagne, où il se trouvait le 16 novembre, le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoğlu, a pourtant rejeté l’idée d’une médiation commune turco-française dans le dossier israélo-syrien, tandis qu’il jugeait prématurée l’idée d’une conférence globale sur le Moyen-Orient.

L’irruption de la France dans ce processus n’est pas vraiment surprenante. On se souvient qu’en juillet 2008, au début de la présidence française de l’UE, Paris, tout en saluant le travail fait par la Turquie pour rapprocher Damas et Tel-Aviv, avait aussi contribué à sortir la Syrie de son isolement diplomatique, en faisant venir en France le président el-Assad, à l’occasion du sommet inaugural de l’Union pour la Méditerranée. Nous avions alors évoqué une possible convergence entre Paris et Ankara à propos de l’accompagnement de ce processus syro-israélien de négociations (cf. notre édition du 21 juin 2008). C’est plutôt une concurrence qui s’affirme aujourd’hui, car il est clair que la France se verrait bien jouer les facilitateurs dans une reprise de contacts entre Israël et la Syrie.

En dépit de ses bonnes relations avec Paris, Damas semble tenir à une médiation turque. Quant à l’État hébreu, si l’hypothèse d’une médiation française serait a priori plus de nature à emporter ses faveurs, il n’a jamais rompu avec la Turquie, avec laquelle il vient même de reprendre des manœuvres militaires communes. De surcroît l’isolement international actuel du gouvernement Netanyahou pourrait l’inciter à se montrer conciliant à l’égard de la présence turque dans ce processus. Quoiqu’il en soit, commentant ces derniers développements, Recep Tayyip Erdoğan déclarait, le 19 novembre 2009 :

«Je ne sais pas quelle position Monsieur el-Assad adoptera en ce qui concerne les efforts de la France pour endosser le rôle de la Turquie. Mais j’ai appris qu’il ne souhaitait pas une telle chose. À ce stade, Israël déclare ne pas faire confiance à la Turquie. Nous n’allons pas lui forcer la main. Le premier ministre israélien précédent, Ehoud Olmert, faisait confiance à la Turquie, son successeur, Netanyahou n’est pas du même avis. C’est lui qui voit.»

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.