Le candidat inattendu et l’autre président


C’est finalement Abdullah Gül, l’actuel ministre des Affaires étrangères qui sera le candidat de l’AKP à la prochaine élection présidentielle qui doit s’ouvrir vendredi. Bien que le bras droit de Recep Tayyip Erdoğan ait fait partie des noms évoqués, cette désignation n’était pas vraiment attendue par les observateurs de la vie politique turque et elle résout autant de questions qu’elle en pose.
Certes, cette décision permet au Premier Ministre de conserver la haute main sur le parti pour le mener à la bataille lors des prochaines élections législatives qui s’annoncent particulièrement tendues. Mais il va perdre l’un de ses plus fidèles lieutenants qui, du fait de ses fonctions présidentielles, ne pourra plus s’impliquer directement dans la vie politique. En outre, la désignation d’un tel candidat ne permettra pas de surmonter le conflit avec les milieux laïques qui monte en puissance depuis plusieurs semaines. Abdullah Gül, quoique plus jovial, n’est pas moins affecté par l’esprit de religion que le Recep Tayyip Erdoğan et on le dit même parfois beaucoup plus conservateur que lui. De surcroît, son épouse porte le foulard et elle s’est même distinguée, il y a quelques années, en assignant la Turquie devant la Cour européenne des droits de l’Homme parce qu’on lui avait interdit l’accès du département des langues et de littératures arabes de l’Université d’Ankara, en raison de son voile. En 2004, elle avait finalement abandonné la procédure introduite contre son pays, son mari étant devenu entre temps Ministre des Affaires étrangères. Ainsi, loin de rassurer les kémalistes, la désignation d’Abdullah Gül à la candidature présidentielle, risque d’aviver leurs inquiétudes, voire même d’être perçue comme une provocation, eu égard aux antécédents de Madame Gül et à la dimension très symbolique et très passionnelle prise, ces dernières années, par la question du voile à Çankaya. Pour s’en convaincre, il n’est que de lire la déclaration faite par le Président Sezer après la nomination d’Abdullah Gül, appelant à la préservation de l’ordre constitutionnel et au règne de l’Etat de droit !
De toute évidence, même si Deniz Baykal essaye de se convaincre que le Premier Ministre a reculé et « qu’il a pris une bonne leçon de démocratie », force est de constater que l’AKP, en fait, ne s’est pas laissé intimider par le tir de barrage laïciste qui s’exprimait depuis plusieurs mois sous diverses formes et c’est bien au parti majoritaire et aux tendances qui s’expriment en son sein qu’il faut s’intéresser pour comprendre la désignation-surprise d’Abdullah Gül. Celle-ci est, sans doute, une consécration personnelle pour l’intéressé mais elle constitue aussi sa mise en hibernation politique, un événement à ne pas négliger car il ouvre la voie à d’autres ambitions. L’un des grands bénéficiaires de cette opération est, en effet, l’autre Président, le Président de l’Assemblée nationale, Bülent Arinç, qui voit ses désirs exaucés sur tous les plans. Il avait été l’un des premiers à souhaiter que Recep Tayyip Erdoğan ne se présente pas. Il avait été aussi à la pointe du combat pour enrayer l’offensive laïque, ripostant à « l’obstacle des 367 » soulevé par Erdoğan Teziç, mettant en garde les manifestants du 14 avril ou osant commenter les propos du chef d’Etat major. Le voilà en passe de devenir le véritable N°2 du système AKP. C’est enfin lui qui se prépare à forcer le destin en acceptant que l’élection puisse se tenir même si les deux tiers des députés ne sont pas présents dans l’Assemblée qu’il préside. Mais il faut bien voir que cette dernière audace sera peut-être le début de turbulences politiques dont on mesure encore mal toutes les conséquences : boycott des députés du CHP, saisine de la Cour constitutionnelle, annulation de l’élection… Le sort en est jeté !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.