Les dernières élections locales à Tunceli et l’expression de l’identité «Dersimi»


Tunceli, cette petite bourgade de l’est de la Turquie, préfecture du département du même nom, est au cœur de l’actualité politique turque depuis les déclarations malheureuses du député du CHP, Onur Öymen, le 9 novembre dernier (cf. notre édition du 22 novembre 2009). Le scandale engendré par les propos du député kémaliste et l’évocation des massacres de Dersim (nom kurde de Tunceli, et aussi son nom turc d’ailleurs jusqu’en 1936) sont venus rappeler que les «Tuncelililer» possèdent une identité complexe : ils sont Kurdes mais aussi alévis. En 1937-38, lorsqu’ils ont tenté d’exprimer cette double spécificité, au sein d’un Etat-nation turc particulièrement centralisé, cela leur a coûté très cher, puisque la répression dont ils ont été victime a fait plusieurs dizaines de milliers de morts. Toutefois, la revendication d’une spécificité «Dersimi» ne s’exprime pas qu’à l’égard de l’Etat turc, mais elle concerne aussi la communauté kurde de Turquie, qui est en majorité sunnite, et qui n’accepte pas toujours facilement que l’on puisse être kurde… et alévi.

Analysant la campagne et les résultats des élections locales de mars dernier à Tunceli, Musa Çimen montre que ce particularisme n’est pas qu’un héritage historique, mais qu’il est une réalité politique très contemporaine.

Les élections de mars 2009 à Tunceli ont été marquées par des moments notables de tension, principalement provoqués par les pratiques électoralistes du parti au pouvoir, qui ont été abondamment commentées dans la presse. L’usage par l’AKP de bâtiments officiels pour stocker des appareils électroménagers, destinés à être distribués aux électeurs, ou pour entreposer du matériel électoral (affiches ou banderoles diverses) ont porté un coup très dur à l’image de cette formation, à Tunceli. La visite de Recep Tayyip Erdoğan, en octobre 2008 avait déjà été un échec, la population boudant le rendez-vous, et la municipalité ayant même dû faire enlever des affiches de protestations, avant l’arrivée du chef du gouvernement turc. On se souvient que ce passage du premier ministre à Tunceli s’était inscrit dans une campagne de déplacements dans le sud-est, qui avait été émaillée d’incidents, le plus grave s’étant produit à Hakkari, où le leader de l’AKP était allé jusqu’à s’écrier : «La Turquie, tu l’aimes ou tu la quittes !». À cela s’étaient ajoutés le souvenir du soutien gouvernemental aux opérations militaires en Irak du nord, en février 2008, et l’inquiétude suscitée par la procédure visant à dissoudre le DTP, pendante devant la Cour constitutionnelle, depuis novembre 2007. Tous ces événements avaient donc été mal accueillis par la population kurde de Turquie, et dans un tel contexte, des initiatives gouvernementales comme la création de la chaîne publique turque en kurde «TRT Ses», l’annonce de réformes constitutionnelles en vue de la reconnaissance de la langue et de l’identité kurdes, ou la création d’un institut de Kurdologie, n’avaient pas vraiment réussi à convaincre ceux à qui elles étaient destinées.

Les principales données de la campagne à Tunceli

Parallèlement à cette actualité débordante provoquée par les initiatives de l’AKP, le DTP, qui partait grand favori pour ses élections à Tunceli, allait de son coté y vivre, lui aussi, des heures difficiles. La défection, au sein de sa coalition, de son principal soutien local, l’EMEP, aura des conséquences importantes. La querelle entre le DTP et l’EMEP portait sur le refus du DTP de présenter une candidature commune sous l’étiquette EMEP. Ce désaccord toutefois ne durera pas, deux mois avant les élections l’EMEP finira par trouver une solution médiane, avant de se rallier au DTP. Mais ce conflit temporaire entre les deux formations provoquera une scission au sein de l’EMEP, ce qui profitera à Murat KUR, une personnalité indépendante, mais en réalité officieusement soutenue par un autre parti d’extrême gauche le DHF («Demokratik Halk Federasyonu» – Fédération démocratique du peuple).

Dès lors, durant toute la campagne, la confrontation majeure opposera le DTP et les indépendants de Murat Kur. Les autres acteurs seront en retrait sur la scène politique «tuncelili». Ainsi, les campagnes électorales des grands partis nationaux comme l’AKP ou le CHP seront quasiment inexistantes. Le candidat de l’AKP organisera un meeting et un convoi électoral, deux jours avant la tenue du scrutin. Cela en dit long sur la position inconfortable du parti gouvernemental à Tunceli, où se promener avec l’une des brochures de ce dernier pour vanter les mérites de son candidat aux «tuncelili» était difficilement concevable, même pendant une campagne électorale. Car un citoyen de Tunceli, qui vote AKP, préfère ne pas l’avouer publiquement. En revanche, les brochures du DTP ou du candidat indépendant, Murat Kur, étaient au même moment distribuées à chaque coin de rue, et s’accompagnaient souvent d’invitations à des concerts, des meetings ou des cortèges. Dans le camp du CHP, également la discrétion était plutôt de rigueur : ni meetings, ni concerts, ni défilés. On s’est contenté d’une publicité réduite et concentrée. Les distributions de tracts avaient lieu dans des points bien précis et nul part ailleurs. Le parti kémaliste a ainsi adopté une attitude de spectateur, en espérant que l’affrontement AKP, DTP et indépendants lui donne la possibilité de profiter de la confusion ambiante, pour grappiller quelques voix d’indécis. Il faut dire que le candidat CHP, ancien maire de Tunceli, était dans une situation particulièrement délicate, ayant été mêlé à plusieurs affaires de corruption, bien qu’il n’ait jamais été cité comparaître.

La campagne électorale à Tunceli a été marquée par quatre thématiques importantes : celle de l’économie et des politiques de services, celle de l’identité «Dersimi» et alévie, celle de l’écologie et du tourisme, celle de la politique de mémoire. Les multiples sondages réalisés avant les élections ont montré néanmoins que ce sont les problèmes économiques qui ont été perçus comme étant les plus importants. Pour les interviewés, le problème le plus grave à résoudre est le chômage, qui touche environ 35% de la population, à Tunceli. L’un des arguments de campagne de l’AKP était justement de promouvoir et de développer le secteur du bâtiment, de créer des centres commerciaux et des zones de commerces, mais aussi d’aider les petites et moyennes entreprises à se développer. En tant que parti gouvernemental, l’AKP s’engageait aussi à trouver les financements et les capitaux nécessaires.

Analyse des résultats

La première remarque qui s’impose concerne le taux de participation. En effet, celui-ci a atteint 79,7%. C’est le taux le plus élevé de ces vingt dernières années (en 2004, lors de la précédente consultation locale, il s’élevait à 65,22%). Cette forte participation est à la fois révélatrice de l’intensité de l’affrontement DTP/AKP dans le sud-est, et du mouvement de protestation qui a marqué les zones kurdes, à l’occasion de ces élections locales.

En ce qui concerne les résultats dans l’arrondissement centre de Tunceli, alors que les sondages donnaient une victoire confortable au DTP, seules 744 voix l’ont finalement séparé de la liste indépendante de Murat Kur, arrivée en seconde position. Le DTP n’a, en outre, réussi qu’à remporter la mairie du centre, ce qui était certes un objectif majeur, mais qui n’était pas tout, loin s’en faut. En 2004, la coalition HADEP-EMEP sous l’étiquette SHP avait remporté cette même mairie avec plus de 3812 voix, ce qui représentait alors 37,5% des voix. On doit ainsi considérer qu’en 2009, le DTP a perdu 7 points, en n’obtenant que 30% des voix. Cette baisse est imputable à plusieurs facteurs, en particulier la mauvaise politique de communication de la mairie sortante et le désaccord avec l’EMEP. On peut donc parler d’un vote de sanction contre le DTP, qui n’a pas su réagir avec efficacité à ses lacunes de gestionnaire.

Pour sa part le CHP, après un règne de quarante ans, a vu fondre son influence locale. Avec 15% des voix, il connaît, pour la première fois, un recul très significatif. Ce bastion historique du CHP est indiscutablement en crise. Le choix d’un maire accusé de corruption a précipité le parti kémaliste dans le gouffre. De surcroît, le programme proposé localement par le CHP n’a pas mis en avant des idées novatrices, se contentant de rappeler les réalisations les plus saillantes de son ancien maire. Ainsi, les 2027 voix, récoltées à Tunceli par le parti de Deniz Baykal, sont principalement le fruit du reliquat de la génération des années 30, encore très fidèles dans ses choix politiques. Les jeunes, pour leur part, ne sont plus séduits par l’image du CHP, qui ne se donne plus les moyens d’innover et qui, plus grave, ignore superbement le sud-est.

Dans le camp de l’AKP, le bilan est mitigé. La campagne électorale du candidat du parti gouvernemental privilégiait des politiques accrues de services et promettaient des moyens financiers importants. Cet argumentaire n’a pourtant pas porté ses fruits. Il faut dire que la distribution d’appareils électroménagers, relayée par tous les médias turcs, a rendu la tâche du candidat AKP, Cihan Açıkgöz, bien compliquée. La riposte, organisée par toutes les associations et institutions «Dersimi» ou alévies, pour faire barrage à cette opération publicitaire particulièrement contestable, a réduit à néant les chances de gagner de la formation de Recep Tayyip Erdoğan. « Les voix des Dersimi ne peuvent être achetées !», a déclaré Şerafettin Halis, le député DTP de Tunceli, en expliquant que, dans de telles conditions, voter AKP serait même trahir et déshonorer le peuple de Dersim. Mais, en se plaçant au troisième rang avec 22% des voix, le parti gouvernemental jusqu’à là méprisé, sera sans doute à prendre très au sérieux, lors des prochaines consultations. L’AKP a réalisé un bon score, car il se classe troisième, à seulement 400 voix du candidat local indépendant. L’appui du premier ministre lui a donc permis de passer de 8 à 22% des voix, ce qui représente une augmentation de 14 points. Comment expliquer un tel gain ? On ne doit pas oublier de comptabiliser, tout d’abord, le vote des «yabancı» (étrangers), il faut entendre par là l’ensemble des électeurs, qui affectés à Tunceli, n’en sont pas pour autant originaire, et qui sont en fait principalement des fonctionnaires (policiers, enseignants et militaires). Cihan Açıkgöz a évalué cet ensemble à 1400 voix (principalement celles des 700 policiers et des 700 militaires). L’AKP a probablement abondamment puisé dans cette réserve pour obtenir 2909 voix, en mars 2009. Quant au choix des fonctionnaires de se reporter sur le parti gouvernemental, il peut avoir plusieurs explications : l’effondrement massif du centre droit qui n’existe plus, la progressive disparition du DSP de la scène politique et la diminution substantielle des voix du CHP. Mais cet apport électoral des fonctionnaires n’explique pas tout, car il probable qu’un électorat indigène, antérieurement proche du CHP, a été séduit par le programme du candidat de l’AKP, et lui a donné ses voix. Pour comprendre cette poussée du parti gouvernemental, il ne faut pas omettre non plus les effets provoqués par l’augmentation très sensible du nombre des inscrits. On est passé, en effet, de 16 803 inscrits, en 2004, à 17 415, en 2009, soit une augmentation de 3,6%. Le nombre des suffrages exprimés s’élevait ainsi, en 2009, à 13448, soit un écart de prés de 3000 voix par rapport à la précédente consultation de 2004, où il était de 10959 voix.

En dépit de la victoire du DTP, le grand bénéficiaire du scrutin aura été, le candidat indépendant, Murat Kur, arrivé en seconde position avec 24% des voix. Jamais aucun indépendant n’avait dépassé la barre des 2500 voix, à Tunceli. Après ce résultat qui lui fait de l’ombre, le DTP a avancé plusieurs explications : celle, tout d’abord de la trahison (une majorité de militants EMEP aurait voté pour Murat Kur, au mépris de l’accord passé), celle ensuite d’une meilleure utilisation de l’identité alévie et «Dersimi» par les indépendants (elle aurait porté ses fruits, une partie des indécis préférant faire confiance pour l’exprimer à Murat Kur). L’étonnant résultat du candidat indépendant semble, cependant, venir plutôt du ralliement d’un électorat de souche CHP, anti-PKK, qui ne s’est pas retrouvé dans la coalition du DTP-EMEP. Il est intéressant de noter que l’extrême gauche locale reste particulièrement divisée. Il existe 8 partis d’extrême gauche à Tunceli (ESP, Halk Cephesi, EMEP, HKM, İşçi Köylu-Partizan, İşçi Partisi), TKP, DHF) et ils n’ont jamais réussi à s’unir. Ces mêmes partis ne se sont pas unis au DTP, lors des dernières élections locales, en lui reprochant notamment son obsession du pouvoir. Cette extrême gauche, qui n’a pas réussi au niveau national, a remporté localement une mairie, celle de Mazgirt. Pour conclure sur ce sujet, il faut néanmoins signaler que le succès des indépendants d’extrême gauche, dans l’histoire des élections locales, est fortement lié à la dimension tribale que peut prendre un scrutin municipal. L’exemple de la mairie de Mazgirt est révélateur. L’ancien maire, Ibrahim Koç, y a remporté les élections à cinq reprises, cela uniquement grâce au soutien de sa tribu, qui est établie majoritairement dans cet arrondissement.

Pour ce qui est des élections départementales (dans le département de Tunceli, donc, puisque les élections départementales se déroulent en même temps que les élections municipales en Turquie), c’est l’AKP qui a obtenu le plus de voix, avec 25%, (soit une augmentation de 10% par rapport à 2004). Le parti gouvernemental a presque doublé le nombre de suffrages obtenus, en passant de 3592 à 6725 voix. Mais paradoxalement, dans le même département, on observera que l’AKP a perdu 3 mairies, celle de Mazgirt, Darikent et Ovacik. Le DTP, quant à lui, a progressé au niveau départemental, mais avec une faible augmentation de 2% (par rapport aux voix obtenues par le HADEP et l’EMEP en 2004, puisque le DTP n’a été créé qu’en 2005). De son coté le CHP a perdu 3%, atteignant difficilement 20%. Enfin, les candidats indépendants ont là encore fait parler d’eux, puisqu’ils ont perdu seulement 3%, au niveau départemental (passant de 27% à 24%), tandis qu’ils remportaient 3 mairies sur 10 lors des élections municipales.

Conclusion

On sait que, sur le plan national, lors de ces élections, le DTP a accru sensiblement son influence, en récupérant deux départements perdus en 2004 (Van et Siirt). Dans ce contexte favorable, Tunceli n’a pas fait figure de bastion du DTP, lorsqu’on observe comparativement ce qui s’est passé à Hakkari ou à Diyarbakır, où le parti kurde a obtenu respectivement 79% et 65% des suffrages exprimés. Ce dernier a donc payé cher ses divergences idéologiques avec la gauche socialiste de Tunceli et son ancrage local s’est avéré difficile. Ainsi, le DTP qui s’était présenté comme l’unique et indétrônable parti de Tunceli, en jouant sur son accord avec des groupuscules locaux d’extrême gauche, a été confronté à la montée en puissance de l’AKP et à la concurrence d’un courant indépendant d’extrême gauche réfractaire à une union avec lui. L’AKP, qui n’a fait son entrée sur la scène politique locale qu’en 2002, a continué à creuser son sillon. Ces efforts ont été payants. Les erreurs de campagnes de l’AKP ont donné beaucoup du fil à retordre à son candidat à Tunceli, Cihan Açıkgöz, mais la progression de ce dernier, dans un tel contexte, semble annoncer un avenir prometteur. En tout état de cause, lors de ces dernières élections locales, le DTP et l’AKP ont évolué dans des temporalités différentes, l’AKP investissant et travaillant sur du long terme, tandis que le DTP visait des objectifs à plus immédiat (en particulier celui de devancer l’AKP).

La campagne électorale du DTP n’a pas su exprimer suffisamment une stratégie kurde plurielle. Le DTP a été gêné par l’expression de cette identité kurdo-alévie infra-régionale bien spécifique, qui ne veut pas se voir absorbée dans une nébuleuse globale pro-kurde. L’histoire et la religion ont joué ici un rôle majeur, rappelant que la majorité sunnite des Kurdes a toujours eu beaucoup de mal à accepter les «Dersimi» comme des Kurdes. Dans les années à venir, s’il veut s’implanter durablement dans la région, le DTP devra donc respecter cette identité «Dersimi». Mais à moyen terme, il est probable que le parti essayera de trouver une alternative idéologique à ce problème d’identité.

Pour l’AKP, le futur est incertain, mais le principal atout du parti gouvernemental, ce sont les moyens financiers qu’il peut mobiliser. Il y a des chances qu’il accentue sa politique de services et qu’il s’emploie à reconnaître l’identité kurde. Mais il sera toujours face à un problème de taille, celui du particularisme religieux. Les alévis de Tunceli ne sont affiliés à aucune fédération ou association alévie de Turquie (ABF, Cem Vakfı ou Pir Sultan Abdal Kültür Derneği…). Ils perçoivent ces associations essentiellement comme turques, ce qui est donc rédhibitoires pour eux. Actuellement l’AKP n’a pas encore vraiment abordé ces questions de religion et d’identité, dans toute leur complexité, mais à l’avenir, il sera bien obligé de le faire. Le désir du parti de Recep Tayyip Erdoğan de s’affirmer dans le paysage politique du sud-est, et plus particulièrement à Tunceli (bastion d’une extrême gauche locale), constitue un élément essentiel dans le contexte actuel où le règlement politique de la question kurde est posé. Si l’AKP avait réussi à remporter des bastions du DTP tels Diyarbakır ou Hakkari, il aurait pu éliminer le DTP des débats. Mais une vision assez classique du règlement de la question kurde selon laquelle l’augmentation du niveau de vie des Kurdes permettrait de répondre significativement à leurs attentes, ne suffira pas, et le gouvernement devra aussi comprendre que la question kurde est avant tout un problème politique.
Musa Çimen


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 juin 2013

    […] relever. Dans un article écrit pour ce Blog en 2009 sur les élections municipales à Dersim (cf. notre édition du 1er décembre 2009), j’avais rappelé que la politique régionale du CHP était un fiasco total. Baykal était […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.