Fatih Akın n’ira pas en Suisse pour la première de son dernier film «Soul Kitchen».

Fatih Akın (photo) a annoncé, jeudi 3 décembre 2009, qu’il allait boycotter la Suisse et qu’il ne se rendra pas à la première de son film «Soul Kitchen», qui devait se tenir à Zurich, le 16 décembre prochain. Le célèbre réalisateur germano-turc souhaite par ce geste protester contre la votation suisse qui s’est déclarée favorable à l’interdiction des minarets, le 29 novembre dernier.

« Ce référendum va à l’encontre de ma conception de l’humanisme et de la tolérance ainsi que de ma conviction qu’une cohabitation harmonieuse entre des gens d’origine, de race et de religion différentes doit être possible», a déclaré Fatih Akın qui a tenu à rappeler par ailleurs qu’ «enfant de parent musulman», il ne voyait pas «les minarets comme le symbole d’un islam politique», mais simplement «comme un élément d’architecture qui est associé à un lieu de culte»

On comprend que la votation suisse touche particulièrement Fatih Akın. Né en 1973 dans une famille d’immigrés turcs arrivés en Allemagne dans les années 60, il s’est fait connaître par des films dont les thèmes centraux sont le plus souvent la diversité culturelle et la migration. “Crossing the Bridge, the sound of Istanbul” (sorti en 2005) est ainsi une promenade exploratoire dans le kaléidoscope musical d’Istanbul, des groupes de hip hop de la rive asiatique à une diva kémaliste octogénaire, des rockers de Beyoğlu à la chanteuse kurde Aynur, du virtuose de saz Orhan Gencebay, étoile des années 1970, aux violonistes roms aux sonorités balkaniques, de la musique de cour ottomane au rap anarchiste et aux mélodies soufies électroniques de Mercan Dede…

Par des scénarios particulièrement réussis et une mise en scéne brillante, Fatih Akın parvient également à faire de ses films un aller-retour permanent et parfois époustouflant entre son pays natal et celui de ses parents. Récompensé d’un Ours d’or au Festival de Berlin, en 2004, «Gegen die Wand» (“Duvara Karşı”, sorti en France sous le titre “Head on”) en particulier est une comédie sentimentale noire entre deux Turcs allemands, partagés entre Berlin et Istanbul. «Auf der anderen Seite» (“Yasmin Kıyısında”, “De l’autre côté”), qui a obtenu le prix du scénario au Festival de Cannes en 2007, suit les destins croisés d’une dizaine de personnages, Turcs et Allemands, d’un pays à l’autre…

«Je souhaite exprimer ma grogne», a dit le cinéaste pour conclure sur sa décision de ne pas aller en Suisse. «Malheureusement, je ne peux pas faire grand’chose de plus». C’est déjà beaucoup…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.