Les derniers développements de la question kurde marquent-ils la fin du «printemps turc» ?


Alors que la Cour constitutionnelle doit aujourd’hui commencer à délibérer sur la demande d’interdiction du DTP, et que, depuis l’été, le gouvernement a lancé «l’ouverture démocratique», une stratégie visant à apporter une solution politique à la question kurde, le dernier week-end a été le théâtre de manifestations particulièrement violentes, dans le sud-est de la Turquie.

La raison de ces manifestations, qui après avoir embrasé un certain nombre de villes de cette région (Diyarbakır, Mersin, Urfa, Doğubeyazıt, Van…), ont également touché Istanbul lundi, est, à l’origine, une aggravation des conditions de détention du leader du PKK, Abdullah Öcalan, dont les avocats ont fait état la semaine dernière, évoquant notamment une réduction de moitié de la surface de la cellule de leur client. Le ministère turc de la justice a démenti cette information, en rappelant que, depuis la mi-novembre, il avait mis fin à l’isolement du chef rebelle (en admettant notamment d’autres détenus sur l’île où il est incarcéré) et que sa nouvelle cellule avait sensiblement la même taille que l’ancienne (à 17 cm2 près !). Des photos de cette cellule ont été diffusées et le ministère des affaires étrangères a invité le comité européen pour la prévention de la torture à venir effectuer une visite sur place.

Il semble donc bien que les conditions de détention d’Abdullah Öcalan ne soient pas la raison majeure de la détérioration de la situation présente, mais que celle-ci résiderait plutôt dans l’incrédulité des Kurdes à l’égard du processus de règlement politique engagée par le gouvernement, au moment où le DTP est menacé d’une dissolution que beaucoup considèrent comme certaine. Le gouvernement se retrouve ainsi aujourd’hui dans une position difficile. Face à l’opposition farouche et déterminée du camp laïque et nationaliste, son ouverture kurde, dévoilée devant le parlement il y a trois semaines, est restée prudente. La dissolution du DTP, si elle se confirme, risque de le priver dans ce processus de l’instance qui faisait figure d’interlocuteur politique et parlementaire, représentant la cause kurde. Mais cette dissolution marquera aussi son impuissance à aller jusqu’au bout de ses projets de réforme. On sait, en effet, que depuis que le DTP est visé par une procédure de dissolution et après que l’AKP lui-même en a été la cible l’an dernier, le gouvernement a tenté à plusieurs reprises de promouvoir une réforme du statut des partis politiques en Turquie, qui aurait mis le DTP à l’abri de la menace dont il est l’objet. Pourtant, confronté à l’intransigeance du CHP et du MHP, il n’a pu faire adopter cette réforme, qui suppose une révision constitutionnelle et l’obtention d’une majorité renforcée au parlement. On remarquera que l’ouverture kurde du gouvernement s’est heurtée au même type de limites. Lorsqu’il a révélé les mesures de ce processus au parlement, le 13 novembre dernier, le ministre de l’Intérieur, Beşir Atalay, a avoué que, pour aller plus loin, il lui faudrait pouvoir modifier la Constitution, voire en élaborer une nouvelle, ce qui bien sûr n’est pas possible dans la configuration politique actuelle (cf. notre édition du 16 novembre 2009).

Dans un tel contexte, le gouvernement n’a donc pu ni donner l’ampleur souhaitable à son projet kurde, ni empêcher la dissolution du DTP. Ce constat de l’impuissance gouvernementale a probablement conforté au sein du camp kurde les tendances les plus dures ou en tout cas les plus sceptiques à l’égard des chances d’une solution politique. Dès le mois d’août, et en particulier lors de la manifestation du 1er septembre à Diyarbakır, il était clair que cette tendance avait pris l’ascendant au sein du DTP (cf. notre édition du 2 septembre 2009). Elle n’a fait que se renforcer depuis, en trouvant, de surcroît, de nouveaux arguments dans les décisions répressives d’un pouvoir judiciaire souvent acquis aux thèses du camp laïque et nationaliste, qui ont frappé sans ménagement les militants et même les députés du DTP, au cours des dernières semaines (cf. notre édition du 4 octobre 2009). La dissolution du DTP va venir conforter cette tendance et le parti kurde semble avoir d’ailleurs déjà tourné la page de sa participation à la vie politique parlementaire turque.

Si elle se confirme, cette évolution risque d’avoir des conséquences préoccupantes pour la Turquie. Dans les zones kurdes, alors que la guérilla du PKK semble sur le déclin (malgré ses récents sursauts) et que l’option parlementaire du DTP n’a pas pour autant réussi à faire ses preuves au cours des deux dernières années, on risque d’assister à une généralisation des incidents qui se sont déroulés ce week-end, avec la tenue de manifestations de plus en plus violentes, faisant intervenir de très jeunes gens (photo). Tant des recherches récentes que les communiqués officiels des organes de sécurité après les manifestations du week-end, font état de l’avènement d’une nouvelle génération souvent peu politisée mais particulièrement radicale et déterminée, un phénomène que le cinéaste, Fatih Akın, montrait bien déjà, en 2007, dans son film «De l’autre côté» («Auf der anderen seite ou en turc «Yasemin kıyınsında»). Pour la Turquie dans son ensemble, si la dissolution du DTP est finalement prononcée, elle risque de consacrer les limites du «printemps turc» ouvert par la large victoire de l’AKP, en juillet 2007. Le projet de Constitution civile, les réformes annoncées par la suite par le gouvernement et aujourd’hui ses tentatives de solution politique de la question kurde se sont heurtées à un verrou constitutionnel, constitué à la fois par l’impossibilité de modifier la Constitution actuelle et par l’intransigeance de la Cour constitutionnelle qui, à cet égard, a continué à jouer le rôle de garde-fou, qui lui avait été assigné par la Constitution de 1982, issue du coup d’État de 1980.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.