L’Union Européenne ménage la Turquie sur Chypre

L’Union Européenne a finalement ménagé la Turquie, le 8 décembre dernier, sur le dossier chypriote, en ne lui appliquant aucune sanction, bien qu’Ankara ait continué à refuser d’ouvrir ses ports et aéroports à Nicosie.

Le règlement de la question chypriote gêne les négociations de la Turquie avec l’UE depuis qu’elles ont commencé. En 2004, le refus de la partie grecque de ratifier le plan Annan avait empêché qu’une solution du conflit intervienne avant l’ouverture de ces négociations. Résultat : en 2005, le lancement du processus avait failli être bloqué, car la Turquie, arguant du rejet chypriote grec du plan Annan, avait refusé d’appliquer l’accord d’Union douanière à la République de Chypre, c’est-à-dire d’ouvrir, au nouvel État membre, ses ports et aéroports. Un accord avait été trouvé in extremis enjoignant la Turquie de se conformer à cette exigence dans un délais d’un an. À la fin de l’année 2006, Ankara maintenant son refus, l’UE avait décidé de bloquer 8 chapitres des négociations, tout en reformulant son souhait de voir l’accord d’Union douanière appliqué, avant la fin de l’année 2009.

Pourtant, avec l’élection de Dimitris Christofias (à droite sur la photo avec son homologue chypriote turc, Mehmet Ali Talat) à la présidence chypriote grecque, en février 2008, la donne a changé peu après, car les négociations ont repris entre les deux parties de l’île, avec initialement tout au moins, la ferme intention de parvenir à une solution avant la fatidique fin de l’année 2009. En dépit de gestes significatifs (réouverture du check point de Ledra Street à Nicosie, en particulier) et d’une amélioration des relations entre les deux rivaux, les négociations se sont enlisées et n’ont finalement pas permis d’aboutir à un règlement en 2009. Dès lors, tout le problème était de savoir si l’UE allait appliquer de nouvelles sanctions à la Turquie, en cette fin d’année.

La solution modérée, qui a été adoptée, n’a pas vraiment surpris. Le rapport annuel de la Commission Européenne, sur la candidature turque, rendu en octobre dernier, paraissait déjà avoir exclu l’hypothèse de sanctions. Le nouveau premier ministre grec, Georges Papandréou, bien qu’il ait tenu des propos très durs à l’encontre de la Turquie pendant la campagne électorale précédant son élection à l’automne, avait paru lui aussi assouplir ses positions, au cours des dernières semaines. Pour leur part, au mois de novembre, tout en appelant la Turquie à respecter l’accord d’Union douanière, les Britanniques avaient fait savoir qu’ils refusaient que ce problème bloque la candidature de la Turquie. Enfin, la troïka européenne, de passage à Istanbul récemment, n’avait pas adressé d’ultimatum à Ankara.

Il faut dire qu’en cours d’année, la Turquie (et en particulier son nouveau ministre des affaires étrangères), n’a pas ménagé ses efforts pour apparaître comme un partenaire de bonne volonté. De surcroît, de nouvelles sanctions auraient porté atteinte au processus de négociations en cours, dont on espère toujours qu’il va finir par aboutir à un règlement définitif, quant au statut politique de l’île. Et en tout état de cause, des sanctions ayant été déjà prises, on se demande bien en quoi auraient pu consister de nouvelles sanctions, sauf à décider de bloquer complètement la candidature d’Ankara, ce à quoi un certain nombre d’États-membres étaient totalement opposés. En réalité, avec la démarche qui la caractérise, quand aucune solution ne lui paraît possible, l’Union européenne s’était mise, depuis un certain temps déjà, dans la position de temporiser et d’attendre…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.