Ankara et Washington mettent leurs pendules à l’heure


La visite officielle de Recep Tayyip Erdoğan aux Etats-Unis, au début de la semaine dernière, et sa rencontre avec le président Obama, le 7 décembre 2009, ont été l’occasion de faire le point sur un certain nombre de dossiers où, ces derniers mois, Turcs et Américains ne sont pas toujours apparus sur la même longueur d’ondes.

L’Iran était, à cet égard, le dossier le plus chaud. On se souvient, en effet, que, dans une interview publiée à la fin du mois d’octobre 2009, dans le quotidien britannique «The Guardian», alors même qu’il était en déplacement en Iran, le premier ministre turc avait choqué les Occidentaux, en qualifiant la République islamique et son président «d’amis». On se souvient aussi que plus récemment, lors d’un vote à l’AIEA (Agence internationale de l’Énergie Atomique) condamnant l’Iran à de nouvelles sanctions, suite à la découverte en septembre d’une nouvelle branche de son programme nucléaire, la Turquie avait encore indisposé les Etats-Unis, en abstenant et en jugeant cette condamnation prématurée. Il était donc temps que Washington et Ankara mettent un certain nombre de choses au point. Depuis quelque temps déjà les Turcs, fidèles à la stratégie d’approfondissement stratégique du mentor de leur diplomatie, Ahmet Davutoğlu, entendent voir leur pays jouer un rôle majeur de médiateur entre les Occidentaux et la République islamique, bien que cette dernière d’ailleurs n’ait jamais été vraiment convaincue de l’utilité de la médiation turque, préférant parler directement aux Occidentaux, le cas échéant. Toutefois, l’arrivée de Barack Obama au pouvoir a renforcé la diplomatie turque dans sa conviction de la pertinence de ce rôle d’intercesseur, qui, en matière de politique intérieure, présente, de surcroît, l’avantage pour le gouvernement de l’AKP de se présenter en défenseur des musulmans «maltraités» ou «incompris» par les Occidentaux. L’évolution de la position turque sur le dossier iranien est devenue d’autant plus inquiétante pour les Américains qu’elle s’est accompagnée d’une dégradation sans précédent des relations turco-israéliennes. Il reste pourtant que, comme les Américains, comme Israël, comme les pays arabes et comme la plupart des pays de la région, la Turquie n’a pas intérêt à voir la République islamique se doter de l’arme nucléaire. À Washington, Barack Obama a donc admis le rôle de médiateur que la Turquie pouvait jouer sur le dossier iranien, mais il a aussi voulu faire comprendre à celle-ci que cette fonction ne devait pas la conduire à se désolidariser de la communauté internationale lorsque des sanctions sont prises.

L’autre dossier sur lequel l’allié turc a fait entendre sa différence, ces derniers temps, est celui de l’Afghanistan. Alors que la Turquie a pris le commandement des forces de l’OTAN, dans ce pays, en novembre dernier, Recep Tayyip Erdoğan, à la veille de son départ pour les Etats-Unis, a refusé d’envoyer plus de soldats turcs combattre les Talibans, en ne consentant qu’à un accroissement de l’aide humanitaire et à un renforcement du soutien turc à la formation de la police et de l’armée afghanes. Dans un contexte où la Turquie doit faire face à de nouveaux attentats liés à la questions kurde, celui de Tokat s’étant produit au moment même où le premier ministre était à Washington, ce dernier a eu beau jeu d’expliquer que l’armée turque avait besoin de toutes ses forces et ne pouvait consentir de nouveaux efforts pour renforcer la présence militaire de l’OTAN en Afghanistan. Barack Obama a d’ailleurs apporté son soutien à Ankara, pour ce qui est de la lutte contre le PKK, en annonçant un développement de la coopération dans le domaine de l’échange d’informations militaires entre les deux pays. Il a en outre encouragé le premier ministre à poursuivre son ouverture démocratique pour trouver une solution politique à la question turque.

En ce qui concerne enfin les relations turco-arméniennes, rappelant qu’Ankara avait accepté de disjoindre le règlement de son différend avec Erevan du règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-karabakh, les Etats-Unis ont appelé la Turquie à ratifier rapidement les protocoles signés en octobre, et à normaliser ses relations avec l’Arménie. Recep Tayyip Erdoğan a néanmoins cherché à convaincre les Etats-Unis que des avancées sur le Haut-Karabakh faciliteraient la ratification des protocoles en question, tandis que Washington laissait entendre qu’une résolution du Congrès sur le génocide arménien pourrait reprendre corps, si le processus actuel de rapprochement turco-arménien échouait.

Dans ce contexte de marchandages et de mises au point, on ne s’étonnera pas que les deux pays aient formellement débordé d’amabilités l’un pour l’autre. Mais, cela ne doit pas faire oublier que ce qui s’est en réalité discuté à Washington, c’est de la compatibilité de la nouvelle politique étrangère turque avec l’engagement de la Turquie dans l’OTAN et plus généralement du sens qu’avait aujourd’hui son statut d’allié des Américains. Ce faisant, l’administration américaine n’a pas remis en cause le droit d’Ankara de disposer d’une marge de manœuvre à l’égard de ses alliés occidentaux, mais elle a surtout voulu essayer de borner l’interprétation nouvelle que fait Ankara de sa relation avec eux.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.