Forte affluence à la manifestation laïque de Çağlayan à Istanbul

Des drapeaux turcs commencent à s’agiter dans les stations de métro anormalement fréquentées pour un dimanche après-midi. Dès la sortie de la bouche de Şişli, sur la « Cumhuriyet Caddesi », il n’y a qu’à suivre les groupes compacts qui se forment pour deviner la présence proche de la grande manifestation laïque qui est en train de se rassembler à Çağlayan. Il fait beau, le soleil est au rendez-vous et l’ambiance est plutôt conviviale. Beaucoup de familles accompagnées parfois de très jeunes enfants convergent vers le lieu de rassemblement. Pourtant, il saute vite aux yeux que le manifestant de base est une manifestante car il suffit d’observer les cortèges pour être frappé par le nombre de jeunes filles et de jeunes femmes qui les peuplent. Généralement cheveux au vent ou coiffées d’une casquette fantaisie, le plus souvent vêtues de jeans, de tee-shirts et de baskets, elles sont les éléments les plus actifs des groupes qui commencent à défiler, on est loin des vieilles barbes du kémalisme officiel que certains m’avaient annoncées.
J’engage la conversation avec Elif, 21 ans, étudiante en marketing à Istanbul :

« Vous avez peur d’Abdullah Gül ? On se méfie de l’AKP, ils jouent les démocrates mais en réalité ils laissent se réislamiser la société par le bas, il n’y a qu’à voir ce qui se passe dans certaines municipalités. Ils vont conforter une société qui est déjà trop patriarcale »

Une de ses amies vient surenchérir et me dit en riant : « Gül’e, güle, güle ! » (Gül, au revoir !). Plus loin des jeunes diffusent le journal « Yurtsever », Deniz, 22 ans, étudiante en histoire, me le propose et je lui demande :

« Vous êtes nationaliste ? Non, non, nous sommes des patriotes, nous ne sommes pas racistes ou xénophobes, nous luttons contre l’impérialisme américain ou européen, et puis nous aimerions pouvoir enfin manifester librement le premier mai ».

Je lui parle de l’élection présidentielle, elle me dit que la Cour constitutionnelle va mettre un terme à l’élection et provoquer des élections anticipées. « Vous souhaitez que l’armée intervienne? Non, nous ne souhaitons pas cela non plus, nous voulons simplement la laïcité et la démocratie. » Deniz s’enflamme et entreprend de me parler en français mais finalement elle revient rapidement au turc. « Aujourd’hui c’est le jour de la Turquie, alors nous devons parler en turc, n’est-ce pas ? » Une de ses collègues l’appelle, elle s’excuse et prend congé.
Devant le cimetière italien de Şişli, la foule devient très dense et scande de façon distincte le mot d’ordre principal de la manifestation : « Türkiye laiktir, laik kalacak ! » (La Turquie est laïque, laïque elle restera !). Il n’y a pratiquement pas de banderoles partisanes, la plupart des manifestants arborent un drapeau turc qu’ils agitent au rythme des slogans qui sont lancés et des musiques qui sont proposées par les mégaphones. Certains néanmoins préfèrent s’afficher avec un portrait d’Atatürk, d’autres essayent de se singulariser par une pancarte à la devise humoristique. L’une d’elles notamment brocarde l’ampoule qui est le sigle de l’AKP en affirmant : « Edison, tu dois te repentir d’une telle invention ! » Quelques manifestants du DSP passent avec des drapeaux bleus et le portrait de Bülent Ecevit, leur défunt leader, surmonté de la mention « Bende buradayim ! » (Moi aussi, je suis là !)
Devant le pont de l’autoroute derrière les cimetières de Şişli, une camionnette municipale diffuse des chants patriotiques que les manifestants reprennent à tue-tête. Sur le toit du véhicule, plusieurs personnes s’agitent, en particulier, un grand diable coiffé d’un karakalpak qui finit par prendre la parole : « Vous êtes tous là, les jeunes, les non-voilées, les laïques, c’est ça la vraie Turquie ! » Des salves d’applaudissements ponctuent chacune de ses phrases avec ferveur.
Je remonte encore la manifestation en direction du square de Çaglayan, c’est maintenant une mer de drapeaux qui défile, combien peuvent être les participants, 100 000 ? 200 000, 500 000, 1 000 000, plus ? Beaucoup sont déjà passés et beaucoup sont encore à Çaglayan, au point central de rassemblement, devant une tribune de laquelle une jeune fille parle à la foule et énumère la liste interminable des organisations qui ont appelé à la manifestation. À côté de moi, un vieil homme coiffé d’une casquette embrasse religieusement un portrait d’Atatürk que lui présente une jeune fille. Mais, dans l’ensemble, l’ambiance est toujours aussi jeune et le ton de la manifestation, qui est assez peu nationaliste, est en fait plutôt fidèle à ce mot d’ordre que plusieurs jeunes manifestantes ont inscrit en bleu sur une grande pancarte : « Ne şeriat, ne darbe, tam demokratik Türkiye » (Ni charia, ni coup d’Etat, juste une Turquie démocratique).
Je reviens en direction de Şişli, la manifestation s ‘écoule encore et encore. L’ambiance y est de plus en plus décontractée. Les slogans fusent : « Hükümet istifa ! » (gouvernement démission !), « Türkiye Ayıldo, Iman bayıldı ! » (La Turquie s’est réveillée et l’imam s’est évanoui !). Sur la passage du cortège, au premier étage d’un immeuble, un couple de personnes âgées a placardé des photos d’Atatürk sur les vitres de son appartement et salue les manifestants qui les applaudissent.
La dispersion commence vers la Mosquée de Şişli mais de très nombreux manifestants poursuivent avec leurs drapeaux et leurs slogans sur la Cumhuriyet Caddesi. Le cortège qu’ils forment encore occupe même complètement l’une des voie de cette grande artère. À Taksim, beaucoup d’entre eux se sont rassemblés autour du monument de l’indépendance gardé par plusieurs escadrons de police. D’autres prennent des rues de traverse, d’autres s’engouffrent dans une bouche de métro, d’autres s’assoient à la terrasse d’un café, d’autres passent dans des bus… On les remarque encore à cause de leurs drapeaux. Petit à petit, pourtant, tandis que la nuit commence à tomber, ils se fondent dans la foule de la grande ville qui va mettre plusieurs heures avant de les absorber complètement. « Güle, güle ! »


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jacky dit :

    Le lendemain, place de Taksim, les manifestations du Premier Mai qui se sont déroulées sans encombre dans les principales villes européennes ont été sauvagement réprimées par la police anti-émeutes.Bilan : 700 arrestations et de nombreux blessés.Un beau contraste avec les manifestations républicaines et pro-armée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.