Rencontre entre Abdullah Gül et Shimon Peres, en marge du sommet de Copenhague


Alors que les relations turco-israéliennes restent incertaines, les présidents Abdullah Gül et Simon Peres se sont rencontrés, le 18 décembre 2009, en marge du sommet de Copenhague sur le climat. Les deux hommes se sont fixés comme objectif de revenir à «des relations normales, positives et de routine», et Shimon Peres a remercié la Turquie pour les efforts qu’elle a fait en faveur de la paix au Moyen-Orient. De nouveau, le président israélien a invité à venir en Israël son homologue turc, qui aurait accepté.

Après la sortie de Recep Tayyip Erdoğan, lors du forum de Davos, au début de l’année, les relations turco-israéliennes se sont fortement dégradées. En septembre dernier, le ministre turc des affaires étrangères a même annulé un voyage qu’il devait faire en Israël. En octobre dernier, les manœuvres «Aigles d’Anatolie», faisant intervenir les forces aériennes des deux pays, ont été reportées à une date indéterminée.

En novembre dernier, pourtant, on a eu l’impression qu’Ankara et Tel-Aviv s’efforçaient de retrouver le chemin d’un dialogue constructif. La venue en Turquie du ministre israélien du commerce et de l’emploi, Benjamin Ben-Eliezer, connu pour sa sympathie à l’égard de la Turquie, a amélioré un climat ambiant passablement négatif. Toutefois, lors de son récent voyage aux Etats-Unis, Recep Tayyip Erdoğan, a tenu des propos sans nuance à l’égard d’Israël. Et plus récemment, tout en démentant les rumeurs selon lesquelles Israël aurait violé l’espace aérien turc pour mener des opérations d’espionnage contre l’Iran, il a déclaré que si ces assertions se révélaient exactes, la réponse turque ferait «l’effet d’un tremblement de terre». De surcroît, cette mise en garde a vu le premier ministre affirmer que l’Etat hébreu ne devait pas s’attendre à refaire des manœuvres communes avec la Turquie, tant que la situation précaire des Palestiniens perdurerait à Gaza. Israël a vivement réagi à cette nouvelle charge du leader de l’AKP, en disant que la Turquie désormais ne manque pas une occasion pour s’exprimer d’une façon comparable à celle des États musulmans les plus radicaux de la région. Le 15 décembre dernier, enfin, la déclaration du vice-ministre israélien des affaires étrangères, Dany Ayalon, estimant que la médiation turque dans les pourparlers indirects syro-israéliens «avait été une erreur» ayant affecté les relations entre les deux pays, et incitant à faire sans tarder la distinction entre les relations bilatérales et les relations multilatérales de ces derniers, confirmait encore les incertitudes ambiantes.

En réalité, il semble qu’à l’heure actuelle, ce soit surtout Israël qui veuille restaurer sa relation avec la Turquie qui, pour sa part, engagée dans de nombreux dossiers cruciaux (Iran, Arménie, Chypre, Syrie…), ne considère pas comme une priorité la relance d’une relation avec un gouvernement israélien radical et isolé sur le plan international. De façon itérative, depuis l’automne, la Turquie oppose aux appels du pied qu’effectuent les Israéliens dans sa direction, des conditions générales qui recoupent les principaux souhaits régulièrement formulés par la communauté internationale : amélioration de la situation des Palestiniens à Gaza et arrêt des nouvelles implantations de colonies.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.