Face à face entre l’Armée et le Gouvernement

La tenue du premier tour de l’élection présidentielle, vendredi 27 avril, n’a pas permis, comme cela était prévisible, l’élection d’Abdullah Gül, le candidat à la présidentielle de l’AKP. Mais la désignation d’un tel candidat et la décision de réunir l’Assemblée pour lancer l’élection présidentielle montrent bien la détermination du gouvernement et de l’AKP à ne pas céder aux pressions laïques.
Alors même que les députés du CHP ont saisi la Cour Constitutionnelle et que l’on attend de connaître la décision de cette dernière pour savoir s’il y aura une annulation de l’ouverture du processus électoral et des élections législatives anticipées, l’Armée et le Gouvernement ont respectivement haussé le ton avec une intensité inhabituelle. Ce qui montre bien que l’on est entré dans une phase déterminante du face à face qui oppose depuis plusieurs mois l’establishment laïque au gouvernement de l’AKP.
Dans un communiqué diffusé dans la nuit de vendredi à samedi, l’Etat-Major, rappelant l’intervention de son chef, le Général Büyükanit, le 12 avril dernier, a commenté le déroulement de l’élection en estimant que le « débat présidentiel » s’était « focalisé sur la question de la laïcité » et qu’il y avait là un phénomène qui « préoccupait les forces armées turques ». Or, « Il ne faut pas oublier, poursuit le communiqué parlant toujours des forces armées, qu’elles sont parties à ce débat et qu’elles sont les garantes infaillibles de la laïcité. » Pour l’Etat Major donc, « nul ne doit douter » qu’en «cas de nécessité, les forces armées exprimeront clairement et nettement leur position et agiront en conséquence ». Cette mise en garde précède une condamnation très nationaliste et sévère de « ceux qui s’opposent à la conception : Heureux qui peut se dire Turc ! » (une devise officielle kémaliste célèbre) et qui sont qualifiés « d’ennemis de la République ».
Toutefois plus impressionnant encore est le début du communiqué de l’Etat major qui cherche à établir le constat d’une croissance des atteintes à la laïcité au cours des derniers jours et qui explique notamment que ces activités

« vont jusqu’à organiser des célébrations alternatives aux fêtes nationales qui sont le symbole de l’indépendance de notre Etat et de l’Unité de notre nation ».

Il est très clair en l’occurrence que l’armée, comme elle l’a fait par le passé pour justifier ses interventions et comme l’ont fait d’autres instances représentatives du kémalisme le plus orthodoxe (la Cour constitutionnelle par exemple), lie « atteintes à la laïcité » à « atteintes à la nation ». Suit alors une énumération de cas précis qui auraient été relevés ces derniers jours en Turquie et qui sont bien sûr destinés à étayer l’argumentation militaire. Ainsi,

« le 22 avril 2007, on a fait interpréter des chants religieux à de petites filles auxquelles on a fait porter des tenues rétrogrades alors même qu’elles auraient dû se trouver, à cette heure-là, dans leurs lits, avec la participation de certains groupes venant de Şanlıurfa, Mardin, Gaziantep et Diyarbakır »,

cette cérémonie se seraient accompagnées de tentatives faites pour profaner des portraits d’Atatürk. D’autres événements religieux sont encore cités essentiellement pour essayer de démontrer la passivité voire la complicité de certaines institutions publiques (ministère de l’Education nationale, municipalités…) et permettre au communiqué de conclure :

« Le fait que les activités en question aient été organisées en toute connaissance de cause des autorités locales, qui auraient dû intervenir et les empêcher, rend la situation encore plus grave. »

Dans un autre développement, le communiqué déplore

« les catastrophes provoquées par l’instrumentalisation de la foi et de la religion dans les discours politiques »

avant de faire ouvertement allusion à l’attentat de Malatya pour en conclure que

« le seul moyen, pour que la République de Turquie puisse vivre dans la paix et la stabilité en tant que démocratie moderne, est de rester fidèle aux valeurs fondamentales de notre Etat déterminées dans la Constitution ».

On retrouve là un argumentaire qui a constitué le plus souvent le corps même de la justification des interventions militaires passées, sous toutes leurs formes, mais qui n’avait pas encore été invoqué dans le débat présidentiel qui s’est déroulé au cours des dernières semaines. Mais le plus intéressant est qu’en dépit de sa dureté, la mise en garde militaire ne semble pas avoir impressionné l’AKP et le gouvernement qui ont riposté peu après par des propos d’une intensité comparable.
Le porte-parole du gouvernement, Cemil Çiçek, s’est exprimé, samedi 28 avril, dans une intervention qui ressemblait plus à un sermon qu’à une simple mise au point.

« Il est inconcevable, a-t-il dit, que dans un pays démocratique basé sur l’Etat de droit, un Général puisse s’exprimer de la sorte à l’encontre de son gouvernement ».

Il a poursuivi en expliquant que « le Chef d’Etat major relevait du Premier ministre » et que la déclaration, qu’il avait faite, avait pour objet de faire pression sur la Cour Constitutionnelle. Le porte parole du gouvernement a révélé par ailleurs que Recep Tayyip Erdogan avait appelé le Général Büyükanit par téléphone pour lui demander des explications.
En dépit de la fermeté de cette riposte gouvernementale, le ton comminatoire du communiqué de l’Etat major a tout de suite fait dire à certains que l’on était entré dans une forme de « coup d’Etat light » rappelant le « coup d’Etat post-moderne » de 1997. Toutefois, la situation est bien différente aujourd’hui, car le gouvernement dispose d’une majorité confortable et qu’il peut espérer la retrouver si jamais la Grande Assemblée Nationale est dissoute. De surcroît, la clôture de la période des candidatures et le lancement de l’élection, laissent pour l’instant peu d’espace à la négociation et au compromis…


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19 mars 2012

    […] armées, afin d’intimider l’AKP et de l’inciter à retirer son candidat, Abdullah Gül (cf. notre édition du 29 avril 2007). Ces développements électroniques hardis de l’immixtion de l’armée dans la chose publique, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.