Une interview du Patriarche Bartholomée provoque de vives polémiques en Turquie


Dans une interview, diffusée dimanche 20 décembre 2009, par la chaîne américaine CBS, le Patriarche grec œcuménique de Constantinople, Bartholomée 1er (photo), s’est montré particulièrement sévère à l’égard de la Turquie, en expliquant que les membres de la minorité grecque de ce pays étaient traités comme «des citoyens de seconde zone», et qu’ils n’avaient pas «l’impression de pouvoir jouir de la totalité de leurs droits de citoyens turcs.» De surcroît et surtout, le Patriarche a ajouté : «Nous préférons rester en Turquie, même si nous y sommes parfois crucifiés.»

Ces propos ont surpris le gouvernement turc qui, avant même la diffusion de l’interview de Batholomée, a réagi, le 19 décembre 2009, par la voix de son ministre des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu. Le chef de la diplomatie turque a notamment déclaré :

« Nous considérons l’utilisation de la comparaison avec la crucifixion comme étant extrêmement malheureuse (…) J’aimerais y voir un lapsus (…) Nous ne pouvons accepter des comparaisons que nous ne méritons pas. »

Pour sa part, le Patriarcat a expliqué que les propos de Bartholomée n’avaient pas été bien compris et qu’on ne devait pas dramatiser l’usage du mot «crucifixion», qui est une terminologie courante chez les grecs orthodoxes. Quoiqu’il en soit, les critiques du Patriarche ont d’autant plus indisposé le gouvernement que ce dernier n’a pas ménagé ses efforts, au cours des derniers mois, pour séduire les minorités religieuses. Le 15 août 2009, dans le cadre du lancement de son ouverture kurde, Recep Tayyip Erdoğan était même venu recueillir l’appui de celles-ci, à l’occasion d’un déjeuner avec plusieurs de leurs représentants (Patriarches grec et arménien, Dignitaire syriaque et Grand Rabbin) sur l’île de Büyükada, au large d’Istanbul. Dans ce lieu symbolique, il avait aussi laissé entendre que le séminaire théologique du patriarcat œcuménique de Constantinople, situé dans l’île voisine d’Heybeliada et fermé depuis 1971, pourrait être rouvert prochainement. Pour beaucoup d’observateurs, cette position tendait à confirmer que le gouvernement de l’AKP était probablement le gouvernement turc qui s’était montré le plus favorable aux minorités religieuses, en particulier à la minorité grecque, depuis les débuts de la République.

La Grèce en outre est intervenue dans les débats. Le 21 décembre, en effet, le porte-parole du ministère grec des affaires étrangères a critiqué la réaction du ministre turc des affaires étrangères, en rappelant qu’une des obligations de la Turquie, pour pouvoir adhérer à l’UE, était de respecter les libertés religieuses et que le Patriarche Bartholomée “était connu pour sa sagesse, sa modération, et son soutien inébranlable à l’adhésion turque à l’UE”.

Pour avoir une vue d’ensemble de cette affaire et des réactions qu’elle a provoquées, il convient de préciser que l’interview du Patriarche remonte en réalité au mois de mai 2009, et qu’elle a donc précédé le déjeuner de Büyükada et les promesses de réouverture du séminaire d’Heybeliada. Cette antériorité, pourtant, ne constitue pas une excuse, pour le vice-premier ministre, Bülent Arınç, qui a participé, en août dernier, au déjeuner en question et qui a qualifié l’interview du dignitaire orthodoxe «d’inacceptable». Bülent Arınç s’est notamment étonné du contraste entre les termes de cette interview et les propos tenus par Bartholomée, lors de la rencontre de Büyükada au cours de laquelle ce dernier se serait au contraire réjoui de l’amélioration des libertés religieuses depuis l’arrivée de l’AKP au pouvoir.

Au cours des dernières années, le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan a pris des mesures favorables à la communauté grecque de Turquie, forte d’environ 2000 personnes résidant pour l’essentiel à Istanbul. Pourtant, un certain nombre de contentieux, comme la question de la réouverture du séminaire d’Heybeliada, demeurent. En outre, le gouvernement turc, qui se veut en cela fidèle à la lettre du Traité de Lausanne, qui a conféré aux Grecs orthodoxes d’Istanbul, un statut de minorité protégée, ne considère pas Bartholomée comme un Patriarche œcuménique, exerçant une primature d’honneur sur les orthodoxes du monde entier, mais simplement comme le chef de la communauté grecque orthodoxe de Turquie.

Les mesures prises par le gouvernement de l’AKP, en faveur des minorités religieuses (orthodoxe, arménienne et juive), sont de surcroît dénoncées comme suspectes par le camp laïque, qui considère que cette bienveillance préparerait en fait une réhabilitation des droits des fondations musulmanes, abolies par les réformes kémalistes qui ont suivi l’établissement de la République. L’un des ténors du CHP, Onur Öymen, dont les propos sur la tragédie de Dersim, ont récemment provoqué l’ire des Kurdes alévis de Tunceli (cf. notre édition du 22 novembre 2009), n’a d’ailleurs pas manqué de réagir, en renvoyant dos-à-dos le Patriarche et le ministre des affaires étrangères, le premier pour des propos jugés «inappropriés», le second pour une réaction considérée comme «trop faible»…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.