Patates et chocolats cosmiques au menu des premières joutes politiques de l’année


Alors même que la justice turque conduit une enquête totalement inédite, qui la voit accéder actuellement aux archives militaires les plus secrètes (la salle cosmique, kozmik oda), l’opposition, en ce début d’année, reprend de plus belle ses critiques contre le gouvernement. Ce sont les traditionnelles réunions des groupes parlementaires du mardi qui, au début de cette semaine, ont donné lieu aux premières passes d’armes.

Pour le MHP, son leader, Devlet Bahçeli, s’est dit inquiet de la mauvaise passe que traverse actuellement la Turquie, en pointant du doigt l’ouverture démocratique kurde conduite par le gouvernement et les attaques permanentes dirigées contre l’armée. Ces déclarations ont fait écho au nouveau comportement adopté par le MHP depuis son congrès de novembre, qui a vu notamment le parti nationaliste se porter au secours de l’armée, sévèrement mise en cause dans plusieurs affaires de complot au cours de l’année 2009. Depuis plusieurs semaines, les responsables nationalistes se sont mis aussi à critiquer la conduite de l’enquête Ergenekon et les autres procédures qui s’en prennent à des militaires, en dénonçant une manipulation gouvernementale.

Même son de cloche au CHP… Mardi dernier, Deniz Baykal (photo) s’en est pris, pour sa part, à l’enquête ordonnée, suite au complot qui aurait visé le vice-premier ministre, Bülent Arınç et qui a permis aux juges d’accéder à la fameuse salle cosmique (kozmik oda). Estimant que le gouvernement était derrière cette opération et que la tentative d’assassinat de Bülent Arınç était une affaire plus ou moins inventée, le leader kémaliste a ironisé sur l’enquête, qui est actuellement conduite, en disant qu’elle faisait beaucoup de bruit pour n’aboutir finalement qu’à la découverte de «patates cosmiques.» Ce trait d’esprit n’a pas manqué de faire réagir le principal intéressé, Bülent Arınç, rarement en reste dans ce genre de circonstances, qui a invité la presse à demander à Deniz Baykal, ce qu’il pensait des balles de kalachnikov qui accompagnaient les lettres de menace reçues par le juge et le procureur en charge de cette enquête. « Je me demande s’il dira que ces balles sont «des chocolats cosmiques»», a ironisé, à son tour, le vice-premier ministre.

Mais au-delà de ces nouvelles polémiques autour du rôle de l’armée, c’est l’organisation d’élections législatives anticipées qui a été au cœur des déclarations des leaders de l’opposition, lors de la première réunion de leurs groupes parlementaires. Prenant acte du climat actuel de tensions politiques et d’une baisse supposée de l’influence de l’AKP, Devlet Bahçeli et Deniz Baykal ont tous les deux réclamé la tenue d’un scrutin anticipé. Il faut dire que cette revendication a été confortée par les supputations récentes de certains observateurs, qui ont interprété les annonces par Recep Tayyip Erdoğan, tant de la signature prochaine d’un accord avec le FMI, que de l’augmentation des retraites, comme des nouvelles destinées à «booster» la popularité de l’AKP dans la perspective de prochaines élections.

Lors de la réunion du groupe parlementaire de l’AKP, le premier ministre a vigoureusement réagi à ces rumeurs, tout en conseillant aux leaders de l’opposition de «ne pas perdre leur temps» à les alimenter. Le vice-président de ce groupe, Mustafa Elitaş a surenchéri en estimant que, de son point de vue, les partis d’opposition avaient tendance à mettre sur le même plan la situation des gouvernements de leur époque et celle du gouvernement de l’AKP :

« C’était des gouvernement qui n’utilisaient pas toute l’autorité qu’ils avaient reçu de la nation jusqu’au bout. L’AKP aujourd’hui raisonne sur la base d’élections organisées à intervalles réguliers. Nous faisons de notre mieux pour exercer le pouvoir que nous a confié la nation, jusqu’à la fin de notre mandat. Les prochaines élections législatives auront donc lieu le 17 juillet 2011, comme prévu. »

Dont acte, il n’y aura pas d’élections cette année. Pour autant la vitalité de ces premières joutes politiques laisse pressentir une année politique turque particulièrement dense.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.