Il y a 3 ans … Hrant Dink !


Il y a 3 ans, le journaliste turc d’origine arménienne, Hrant Dink, était assassiné, au cœur d’Istanbul, devant le siège du journal «Agos», dont il était le rédacteur en chef. Depuis, le 19 janvier est devenu, en Turquie, un jour de recueillement et de combat, non seulement pour les proches et les amis du journaliste, mais aussi pour tous ceux qui se battent pour la liberté d’expression et l’établissement d’un État de droit véritable. Le 22 janvier 2007, pour les obsèques de Hrant Dink, 100 000 personnes étaient massivement sortis dans la rue, entre Harbiye et Kumkapı, non seulement pour demander justice, mais aussi pour que l’on fasse la clarté sur les pratiques occultes qui paraissaient à l’origine d’un tel crime (cf. notre édition du 30 janvier 2007).

Depuis 3 ans, pourtant, l’enquête piétine, malgré les efforts des avocats de la famille et de «l’Association des amis de Hrant». Ces derniers craignent que cette procédure progressivement subisse le même sort que celles qui ont suivi les assassinats d’autres journalistes ou personnalités. Un an après la disparition tragique de Hrant Dink, les débuts de l’affaire Ergenekon avaient fait naître l’espoir que, dans ce pays, plus rien ne puisse être comme avant. La mise en accusation du réseau Ergenekon et l’arrestation d’une série d’individus, impliqués de longue date dans des activités comparables à celles qui avaient préparées l’assassinat du journaliste d’Agos, sonnaient comme un coup de semonce contre l’Etat profond. Des juges et des procureurs osaient enfin s’attaquer directement à ce pouvoir occulte instrumentalisé par certains secteurs de l’Etat et par des ultra-nationalistes, pour s’opposer aux réformes et maintenir la chape de plomb officielle. Mais les résultats de l’affaire Ergenekon ont déçu et n’ont pas fait beaucoup avancer l’enquête sur l’assassinat de Hrant Dink. La justice semble peu encline à admettre, en effet, qu’une telle opération ait été préméditée et qu’elle ait un lien étroit avec d’autres assassinats, survenus précédemment ou peu après, et attribués à Ergenekon, notamment celui du prêtre italien, Andrea Santoro, à Trabzon, en 2006, et ceux des trois chrétiens de Malatya, en avril 2007 (cf . notre édition du 23 avril 2007) ; autant d’affaires dont les enquêtes ont connu d’ailleurs des déboires similaires. Les avocats ont aussi manifestement du mal à faire accepter l’idée d’un lien pourtant possible entre l’assassinat de Hrant Dink et le «plan cage», plus récemment découvert, dont l’objectif était d’intimider des personnalités non-musulmanes et d’en faire disparaître un certain nombre.

En réalité, l’assassinat de Hrant Dink reflète probablement, à lui seul, une bonne partie les turpitudes de l’État et sa difficulté à se réformer. À partir du moment où l’on refuse de croire qu’un tel acte ait pu être perpétré par quelques jeunes extrémistes exaltés, on est amené à mettre en cause les législations incomplètes du gouvernement, les négligences complices de la police, les manipulations tordues des militaires et les tabous officiels sur lesquels a reposé le fonctionnement de l’Etat profond pendant des décennies. À cet égard, la tentative de réformer le fameux article 301 du Code Pénal est particulièrement révélatrice. Cette disposition, pénalisant «l’insulte à la turcité», dont Hrant Dink avait été victime, et que certains avaient décrite comme un véritable appel au meurtre, n’a été que très partiellement amendée en avril 2008. Désormais, il faut l’autorisation du ministre de la justice pour pouvoir engager des poursuites sur la base de cet article. Ainsi, on n’a pas osé véritablement poser le principe de la liberté d’expression, on s’est contenté de confier au gouvernement la faculté de réguler l’usage de la répression. De surcroît, cette réforme légère n’a été votée que par les députés de l’AKP, ceux de l’opposition nationaliste et kémaliste l’ayant combattue avec vigueur, lors de son adoption.

En janvier 2007, les 100 000 manifestants qui avaient accompagné Hrant Dink à sa dernière demeure avaient pourtant défilé aux cris de «Katil 301 !» (301 assassin !), mais l’on observait déjà qu’aucun ténor politique n’avait daigné se déplacer pour honorer le cortège de sa présence. Trois ans plus tard, les amis de Hrant Dink, même s’ils sont probablement de plus en plus nombreux, se sentent toujours politiquement seuls en Turquie…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.