Où en est l’ouverture kurde ?


Le 28 janvier dernier, le parlement a commencé à examiner deux textes, présentés comme faisant partie du projet d’ouverture kurde du gouvernement. Le premier établit un sous-secrétariat d’État à l’ordre public et à la sécurité, une institution présentée comme un pôle de réflexion et d’analyse de la lutte contre le terrorisme. Le second crée une institution indépendante de protection des droits de l’homme, qui examinera les plaintes concernant les actes de torture, les cas de discrimination et les atteintes aux droits fondamentaux. Cette nouvelle a fait écho à des déclarations de Recep Tayyip Erdoğan qui, la veille, avait annoncé sa détermination à poursuivre un processus d’ouverture kurde, fortement entamé, au mois de décembre, par la dissolution du DTP et les manifestations qui l’avaient entourée. Le ministre de l’Intérieur, Beşir Atalay, qui vient de demander aux préfets d’alléger les contrôles militaires sur les routes du sud-est, a salué cette relance parlementaire. En tant que ministre en charge de l’ouverture kurde, il s’est efforcé également de la mettre en rapport avec les récentes révélations concernant le plan «Balyoz» (cf. nos éditions des 21 et 23 janvier 2010) et le projet en cours de révision de la Constitution (cf. notre édition du 22 janvier 2010). Selon lui, tout cela prouverait que les efforts, faits par le gouvernement pour renouer avec son initiative kurde, se font dans une Turquie «nouvelle», «démilitarisée, plus transparente et plus ouverte.»

Pourtant, compte tenu du contexte ambiant, la relance de l’ouverture démocratique, visant à apporter une solution politique à la question kurde, apparaît comme une entreprise mal engagée. En effet, outre le fait que la création d’un sous-secrétariat d’Etat à l’ordre public n’était peut-être pas la première décision à prendre pour inaugurer de façon convaincante la réactivation de ce processus, il faut rappeler qu’après la dissolution du DTP, des mesures répressives répétées ont lourdement frappé de nombreux responsables kurdes. Le 24 décembre dernier, en particulier, 35 responsables politiques dont 8 maires, ont été arrêtés dans le cadre d’une enquête visant le KCK/TM (Le Conseil de Turquie de l’Union des Communautés Kurdes) que la justice turque soupçonne d’être la branche urbaine du PKK. Les images de ces personnes menottées, alignées en file indienne, et placées sous l’étroite surveillance de policiers en uniforme, ont frappé une partie de l’opinion, et provoqué des débats intenses dans les médias pendant plusieurs jours. Le 13 janvier, dans le cadre de la même enquête, et pour des propos tenus en décembre, le maire de Diyarbakır, Osman Baydemir (photo), a fait l’objet d’une mesure de contrôle judiciaire lui interdisant de sortir de Turquie. Le 21 janvier, neuf responsables du nouveau parti kurde BDP ont été arrêtés dont le maire d’Iğdır…

Dès le début du mois de janvier, le vice-président de l’AKP, Hüseyin Çelik, estimait que le processus d’ouverture kurde du gouvernement avait été gravement endommagé, tant par l’accueil triomphal réservé au groupe de la paix (ce groupe de rebelles qui avaient accepté symboliquement de déposer les armes au poste frontière de Habur, cf. notre édition du 8 novembre 2009), que par les images des responsables kurdes menottés, lors de l’opération visant le KCK/TM. Mais Hüseyin Çelik affirmait déjà que le gouvernement n’avait pas d’autres options que de continuer dans la voie qu’il s’était tracé depuis l’été ; une opinion que le premier ministre n’a cessé de réitérer. Toutefois, pour se convaincre que le gouvernement a réellement repris la voie de la réforme en la matière, il en faudra plus que les mesures limitées annoncées cette semaine au parlement. En novembre dernier, lors du lancement de l’ouverture kurde à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur avait justifié la modestie de ses premières réformes, en invoquant l’impossibilité pour le gouvernement de réviser la Constitution par voie parlementaire. Force est néanmoins de constater que, la semaine dernière, un projet référendaire de révision constitutionnelle a été lancé par l’AKP, et qu’il ne concerne que peu l’ouverture kurde, qui semble être passée, dans les faits, au second rang des préoccupations gouvernementales.
JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31 juillet 2012

    […] sur des réformes significatives (cf. entre autres nos éditions du 14 novembre 2009 et du 30 janvier 2010). Au cours des dernières années, des accrochages armées parfois très meurtriers ont eu lieu en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.