Un nouveau sondage sur l’image de l’armée turque révèle des changements.


Un sondage récent de l’Institut «Metropoll» d’Ankara révèle des changements importants dans la perception de l’armée par l’opinion publique turque. Réalisé entre les 3 et 8 janvier derniers, ce sondage est d’autant plus intéressant qu’il montre l’impact qu’a pu avoir la mise à jour des complots qui ont défrayé la chronique à la fin de l’année dernière. Le premier, connu sous le nom de «Plan Cage» a été rendu public en novembre 2009 ; l’autre, intitulé «plan d’action pour combattre la réaction», avait fait la une du journal «Taraf» en juin 2009, avant de revenir sur le devant de la scène, en octobre, suite à l’envoi de sa copie originale à la justice (cf. notre édition du 29 octobre 2009). L’impact sur l’opinion publique de l’ultime plan de coup d’Etat, le fameux plan «Balyoz» (dont on peut penser qu’il n’est probablement pas négligeable non plus), n’a pu être pris en compte par le sondage, puisque sa découverte ne remonte qu’au 20 janvier 2010 (cf. notre édition du 21 janvier 2010).

Quoiqu’il en soit, le sondage de l’Institut «Metropoll» révèle un net déclin de la confiance des Turcs dans leur armée. En janvier 2010, 55% des personnes interrogées sont en effet convaincues qu’une partie des militaires sont en train de préparer un coup d’Etat, contre 48% qui croyaient la même chose, en juillet 2009. Au sein de ces 55%, la moitié des sondés (27%) sont de surcroît persuadés que ces plans de putsch pourraient être réellement mis en œuvre à l’avenir et qu’un coup d’Etat est donc encore tout à fait possible en Turquie, à l’heure actuelle.

L’opinion publique est divisée sur la question de savoir si l’armée prend des mesures suffisantes pour mettre les putschistes hors d’état de nuire : 46% estiment que c’est le cas, contre 47% qui croient que l’armée devrait faire plus pour combattre les tendances séditieuses qui existent en son sein. Par ailleurs, si 57% des interrogés disent que les développements récents de l’actualité n’ont pas changé l’image qu’ils se faisaient des militaires, 30% déclarent que leur confiance dans l’armée a baissé, tandis qu’un dernier carré récalcitrant de 10% clame haut et fort que sa confiance dans l’armée a été plutôt confortée par les événements récents.

Le sondage a également dépassé cette première appréciation globale, pour prendre en compte les affinités politiques des personnes interrogées. Les réponses des sympathisants de l’AKP, le parti au pouvoir, et ceux du CHP, le principal parti d’opposition, révèlent des attitudes diamétralement opposées, quant à l’armée en elle-même et au rôle qui est le sien. À titre d’exemple, une majorité écrasante (69%) des électeurs de l’AKP pense que certains des membres de l’armée sont en train de préparer un coup d’Etat, contre seulement 37% des électeurs du CHP. Il est cependant intéressant d’observer qu’en dépit de cette différence d’appréciation, il se trouve des sympathisants dans les deux partis pour penser que les chances de réalisation de tels coups d’État sont fortes. Enfin, on remarque que le quart des électeurs et de l’AKP et du CHP estiment qu’un nouveau coup d’Etat aura effectivement lieu, mais pour des raisons différentes : les CHP’li considèrent que l’armée ne le veut pas, et les AKP’li, qu’elle ne le peut plus.

Hormis ces derniers points, les sympathisants des deux partis se contredisent sur tout, avec des écarts de pourcentage qui sont souvent considérables. 38% des AKP’li contre 56% CHP’li trouvent «sincères et convaincantes» les réponses du chef d’état major aux accusations qui sont portées contre l’armée (cf. notre édition du 27 décembre 2009). Mais, le plus révélateur est la réponse à la question concernant la légitimité des perquisitions judiciaires récentes dans les archives militaires les plus secrètes («Kozmik Oda»). Une majorité (68%) des AKP’li la considèrent comme fondée, tandis que seuls 28% des CHP’li la jugent acceptable (cf. notre édition du 7 janvier 2010).

Le clivage assez net opposant les sympathisants des deux plus grands partis turcs sur la question militaire montre que les débats sur la démilitarisation, la démocratisation et l’établissement d’un État de droit, qui sont largement répercutés par les médias actuellement, font l’objet d’un très grand intérêt en Turquie. Plus que les questions de société, il semble que ces débats, avivés encore par les révélations récentes des différents coups d’Etat, soient en passe de devenir l’un des éléments majeurs de la structuration de l’espace politique turc


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.