Bataille rangée à la Grande Assemblée Nationale de Turquie


La Grande Assemblée Nationale de Turquie a été le théâtre, mardi dernier, 2 février 2010, de très vifs accrochages entre opposition et majorité. Ce sont les commentaires sarcastiques d’un député nationaliste sur le premier ministre et son épouse qui sont à l’origine de ce qui s’est transformée rapidement en une véritable bataille rangée. Pour comprendre les raisons de l’incident, il faut rappeler que, dimanche dernier, lors d’une émission en direct sur la chaîne publique TRT1, Recep Tayyip Erdoğan, afin de stigmatiser la persistance des rigidités du laïcisme officiel, avait révélé une mésaventure dont son épouse, Emine, avait été victime, en 2007. Celle-ci, qui voulait alors rendre visite à l’acteur Nejat Uygur, hospitalisé dans un hôpital militaire, le GATA (Gülhane Askeri Tıp Akademisi), s’en était vue empêchée en raison de sa coiffure. L’accès des bâtiments et des zones militaires en Turquie est, en effet, strictement interdit aux femmes voilées ou aux hommes barbus, et le premier ministre avait vivement regretté cette situation à la télévision.

Rebondissant sur l’exposé public des déboires d’Emine Erdoğan, Osman Durmuş, député du MHP et au demeurant ancien ministre de la santé, a donc ironisé, mardi, au Parlement, en se demandant comment «on avait pu oser refuser l’entrée du GATA à la femme d’un premier ministre qui est considéré comme un prophète.» Il faut dire que la remarque de Durmuş faisait aussi allusion implicitement à la déclaration d’un responsable local de l’AKP, qui, en novembre dernier, avait qualifié le premier ministre de “second prophète”. Quoi qu’il en soit, les propos du député nationaliste ont provoqué la colère de Recep Tayyip Erdoğan et des députés de l’AKP. Furieux que l’on implique son épouse, d’une façon cavalière, dans des polémiques parlementaires, il a accusé le MHP de manger à tous les râteliers, en cherchant d’un côté à gagner le vote des femmes voilées et en continuant, de l’autre, à soutenir ceux qui leur refusent l’accès de certains lieux. Cet échange verbal a été suivi par un pugilat, qui a vu les députés des deux partis en venir aux mains, tandis que leurs leaders respectifs ne cherchaient même pas à les séparer.

À peine apaisées, les tensions ont repris, opposant cette fois le gouvernement au CHP. En effet, le vice-premier ministre, Bülent Arınç, s’en est pris à la présidente de séance, la députée kémaliste, Güldal Mumcu, en lui reprochant de mal conduire les débats parlementaires, et notamment de n’être pas juste dans la répartition des temps de parole. Güldal Mumcu a vertement riposté, en expliquant que Bülent Arınç était venu la voir dans son bureau, avant la reprise de la session, pour mettre en cause sa conduite des débats. Piquée au vif, la députée kémaliste a même qualifié une telle initiative d’atteinte à la séparation des pouvoirs. Pour sa part, Bülent Arınç, lors d’une conférence de presse, tenue le lendemain, a estimé que Güldal Mumcu était coutumière du fait, et que, si l’on prenait la peine de relire les procès verbaux de l’Assemblée Nationale, on s’apercevrait que, souvent, par le passé, des débats avaient dérapé par la faute de la députée du CHP. Il faut savoir en outre qu’un lourd contentieux existe entre Güldal Mumcu et les milieux islamistes turcs, puisqu’elle est la veuve du journaliste Uğur Mumcu, victime en 1994 d’un assassinat qui n’a jamais été élucidé.

Ces incidents dont le gouvernement et les partis d’opposition se sont rejetés la responsabilité, en se demandant mutuellement de présenter des excuses, révèlent le climat de tensions qui règne à l’Assemblée Nationale actuellement, et qui découle principalement du fait que deux projets à haut risque viennent d’y être relancés par le gouvernement : la réforme constitutionnelle et l’initiative kurde. Tandis que, pour l’opposition, de tels incidents illustrent le comportement dominateur du parti majoritaire à qui elle reproche d’avoir établi une véritable «dictature civile», pour l’AKP, ils démontrent en fait que l’opposition est prête à tout pour empêcher l’aboutissement des réformes constitutionnelles et de l’ouverture kurde, avant les prochaines élections législatives, qui doivent avoir lieu en 2011.

À cette occasion, en tout cas, la question du foulard a fait son retour au sommet de l’Etat. On se souvient que ce problème, objet de conflits permanents, au sein des universités, depuis une vingtaine d’années, a déjà atteint le plus haut niveau de la société politique turque, à plusieurs reprises, au cours de la dernière décennie. En 1999, Merve Kavakçı, une députée du parti islamiste Fazilet, avait tenté de siéger dans l’hémicycle, la tête couverte. En 2003, lors de la fête nationale, le président de la République, Ahmet Necdet Sezer, avait refusé l’accès de sa résidence aux femmes voilées des ministres de l’AKP, récemment entrés en fonction. En 2007, la coiffure de la femme du président actuel, Hayrunisa Gül, avait été l’une des raisons majeures de la résistance farouche, opposée par l’establisment politico-militaire, à la candidature de son époux, Abdullah.

À l’issue des incidents de mardi, Recep Tayyip Erdoğan a déclaré que son épouse et lui-même avait été confrontés à bien d’autres situations de rejet, qu’il s’est toutefois refusées à détailler, en estimant qu’il serait temps de le faire, lorsqu’il aurait définitivement quitté la vie politique. En attendant, le premier à faire les frais de toute cette affaire est le responsable AKP de la province d’Aydın, Ismail Hakki Eser, qui, emporté par son enthousiasme, avait qualifié son leader de «second prophète». Mal lui en a pris ! «Cette remarque peut certes provenir d’une certaine ignorance ; mais si vous êtes pieux, vous ne pouvez pas tenir un tel propos ; l’ère des prophéties est finie depuis longtemps et l’on ne peut parler d’Erdoğan comme d’un prophète», a déclaré le premier ministre, en expliquant que, bien qu’Ismail Hakki Eser soit «un ami», il faudrait qu’il se résolve à abandonner ses responsabilités au sein du parti. L’enfer est souvent, comme l’on sait, pavé de bonnes intentions…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.