Le crime de Kahta attire à nouveau l’attention sur les violences subies par les femmes

L’assassinat d’une jeune Kurde de 16 ans par des membres de sa famille, a relancé, en Turquie, au cours du week-end dernier, les débats sur la persistance des « crimes d’honneur » et des violences faites aux femmes. Le corps de Medine Memi a été récemment retrouvé, ligoté en position assise, au fond d’une fosse recouverte par une chape de béton, dans un jardin attenant à la maison de sa famille, qui réside à Kahta, une petite ville située dans la province d’Adıyaman, au pied du Nemrut Dağı. L’autopsie de la jeune fille, qui avait «disparu» depuis 40 jours selon ses proches, a révélé qu’elle était encore vivante lorsqu’elle a été enterrée, probablement par son père et son grand-père, qui lui reprochaient de trop sortir et d’avoir des conversations téléphoniques avec des hommes. Mais l’enquête indique également que Medine serait allée se plaindre, à quatre reprises, aux autorités locales, des coups et mauvais traitements, dont elle et les femmes de son entourage étaient régulièrement victimes. Ce constat amène les associations féministes et certains médias à pointer du doigt, une fois de plus, l’inaction coupable de l’Etat à l’égard de pratiques qui demeurent courantes, en dépit des législations adoptées et des programmes lancés dans le sillage de la candidature d’Ankara à l’UE.

Les violences faites aux femmes en Turquie sont multiples : mariages forcés, mariages religieux (sans passage devant l’officier d’état civil, ce qui permet de contourner l’interdiction de la polygamie), violences conjugales, répudiations, meurtres déguisés en suicides, «crimes d’honneur» (480 femmes assassinées entre 2000 et 2005). Elles sont particulièrement fréquentes dans les provinces kurdes du sud-est anatolien, mais aussi, dans l’ouest du pays, au cœur des grandes métropoles, et dans les communautés immigrées en Europe occidentale. La famille de Medine Memi appartient, il est vrai, à une congrégation musulmane intégriste dont Kahta est réputée être le centre, mais les spécialistes s’accordent à dire que ces violences sont avant tout liées à une structure familiale patriarcale où une certaine conception de l’honneur de la communauté est érigée en valeur ultime. La passivité de l’Etat turc face à l’ampleur du problème comme les tolérances suspectes des appareils policier judiciaire dans les affaires de violences familiales (alors qu’ils se montrent d’ordinaire beaucoup plus répressifs sur d’autres terrains) conduisent les travailleurs sociaux et les ONG à demander régulièrement des comptes aux institutions publiques et à la classe politique dans son ensemble. Plusieurs commentateurs s’étonnaient, lundi, qu’aucun ténor politique n’ait éprouvé le besoin de réagir à l’assassinat particulièrement odieux de Medine Memi, craignant que l’on veuille en l’occurrence éviter de troubler un consensus social qui ferme les yeux sur ces violences, voire qui les approuve purement et simplement. La dépêche de l’AFP, relatant le «crime d’honneur» de Kahta rappelait notamment qu’un sondage réalisé, en 2006 à Diyarbakır, montrait que 37% des personnes interrogées estimaient qu’une femme adultère devait être punie de mort.

Le décalage demeure donc grand entre l’affichage d’une législation plutôt égalitaire, dont la Turquie peut s’enorgueillir au sein du monde musulman, et des pratiques institutionnelles et sociales, qui laisse encore libre cours à une violence insupportable, comme celle qui a frappé Medine Memi. Ce décalage est d’ailleurs régulièrement souligné par les rapports que la Commission européenne rend chaque année pour évaluer la candidature d’Ankara. Il faut rappeler que l’Union Européenne (UE) sait de quoi elle parle. En 1999, une enquête effectuée par «Eurobaromètre», à la demande de la Commission européenne, sur l’ensemble des pays membres de l’UE, avait révélé que, 20 à 50% des femmes y étaient victimes de violences conjugales, ce qui représentait alors un total de 4 millions de personnes. En Turquie, une enquête menée en 2008 par KSGM (Kadının Statüsü Genel Müdürlüğü, Direction du statut de la femme) a révélé que 39% des femmes interrogées dans 51 provinces subissaient des violences de la part de leur époux ou compagnon, mais que seulement 4% d’entre elles osaient porter plainte. L’assassinat de Medine Memi montre hélas que cette audace n’est pas sans risque.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.