Réconciliation de circonstance mais tensions de fond entre Ankara et Tel-Aviv


La visite effectuée à Ankara par Ehoud Barak, dimanche 17 janvier 2010, s’est officiellement “parfaitement déroulée”. Assurant que la crise diplomatique était “derrière” eux, le ministre de la défense israélien et son homologue turc, Vecdi Gönül, ont essentiellement fait porter leurs discussions sur la coopération militaire en cours, notamment sur la livraison interrompue de drones de type “Heron” à l’armée turque. À grands renforts de compliments et de déclarations sur l’importance que peuvent avoir les relations entre des “voisins et alliés stratégiques”, les représentants de chaque pays ont tenu à présenter une image formelle d’unité, assurant qu’ils avaient “surmonté leur différend”. Ils faisaient allusion bien sûr à la récente crise diplomatique, qui avait marqué les jours précédents et qui avait été déclenchée par les protestations de Tel-Aviv réagissant à la diffusion d’une série télévisée turque, présentant des agents du Mossad kidnappant des enfants et tuant des personnes âgées. Faisant fi des usages diplomatiques en vigueur, le vice-ministre israélien des affaires étrangères, Dany Ayalon, avait alors convoqué l’ambassadeur turc et après avoir ostensiblement refusé de lui serrer la main, l’avait installé sur un siège plus bas que le sien et devant une table où ne figurait qu’un drapeau israélien. Cette «mise en scène humiliante» avait provoqué un incident diplomatique grave entre les deux pays. Mais, après les excuses présentées par Dany Ayalon, le 13 janvier 2010, le voyage d’Ehoud Barak à Ankara, avait finalement été maintenu.

Pourtant, aux dires de plusieurs responsables turcs et israéliens, cette réconciliation a eu un caractère essentiellement cosmétique. Le voyage même d’Ehoud Barak relativise fortement l’idée d’un apaisement des relations turco-israéliennes, et s’il n’a pas été annulé, il illustre l’hostilité larvée qui prévaut, pour l’heure, entre les deux pays. Prévue pour durer quatre jours, la visite a ainsi été écourtée à quatre heures. Ce déplacement éclair a vu le Président de la République, le Premier ministre et le chef d’Etat-major turcs briller par leur absence, alors qu’il était à l’origine prévu qu’ils rencontrent le ministre israélien. Et, si le Premier ministre a présenté pour excuse la tenue d’une conférence aux Emirats Arabes, le Président Gül et le général Başbuğ ont clairement fait savoir qu’ils n’avaient “pas de temps” pour cette rencontre. La semaine précédant la visite d’Ehoud Barak avait enfin vu l’arrivée dans la capitale d’un autre responsable israélien, venu, lui, pour régler le problème de la livraison de drones défectueux à Ankara, qui nourrissait un contentieux entre les deux pays depuis plusieurs mois.

Comment interpréter cette persistance des tensions entre la Turquie et Israël ? La réticence d’Ankara à maintenir des liens diplomatiques forts, en dépit des excuses de l’Etat hébreu et des tentatives de rapprochement menées par son gouvernement, semblent accréditer le caractère profond de la crise turco-israélienne et l’asymétrie croissante qui caractérise les relations entre les deux pays. Ce déséquilibre est, aux yeux de plusieurs analystes, une situation encourageant les estimations les plus pessimistes sur l’avenir du couple turco-israélien. Beaucoup sont convaincus, en effet, que les intérêts stratégiques des deux puissances ont changé à plusieurs titres, Israël étant plus isolé sur la scène internationale, tandis que la politique diplomatique active que mène actuellement la Turquie assure à celle-ci des soutiens plus nombreux sur le plan régional, en particulier dans le monde musulman. Le chef des renseignements militaires israélien, Amos Yadlin, considère d’ailleurs que cet éloignement diplomatique a une “signification profonde” découlant d’un éloignement stratégique. Par exemple, l’ennemi commun des deux pays qu’était encore la Syrie dans les années 90 est devenu un allié de la Turquie au cours des deux dernières années, ce qui peut expliquer qu’Ankara n’éprouve plus le même besoin d’être proche d’Israël. La situation est similaire dans le cas de l’Irak ou de l’Iran, chacun s’étant rapproché de la Turquie, au cours des derniers mois, tout en demeurant très hostile à l’Etat hébreu. Cette situation semble devoir s’accentuer au vu du degré d’implication d’Ankara au Moyen-Orient pour le développement de politiques de stabilisation. Du côté occidental, les choses suivent un peu le même chemin, la Turquie souhaitait auparavant se rapprocher en priorité de l’Occident, en jouant sur son statut de membre de l’OTAN et en visant un objectif d’intégration européenne. Mais les rebuffades européennes et la nouvelle politique d’Ahmet Davutoğlu encouragent des inflexions à cette stratégie et éloignent la Turquie par contre coup d’Israël. Ce dernier, quant à lui, est dans une posture délicate, et son isolement quasi-total au Moyen-Orient l’encourage à ne pas compromettre le partenariat fragile qui l’unit encore à Ankara. De même, la Turquie est l’unique pays économiquement dynamique de la zone, avec lequel Israël puisse coopérer. Si la crise diplomatique est un simple indicateur de la dégradation des relations diplomatiques, les excuses d’Israël peuvent donc être perçues comme un signal montrant que l’Etat hébreu a malgré tout besoin de la Turquie. En tout cas “plus que cette dernière n’a besoin de lui”. Il est ainsi intéressant de relever que le ministre de l’industrie, Benyamin Ben Eliezer, a déclaré après le dernier voyage d’Ehoud Barak que “les relations israélo-turques ne (retrouveraient) plus jamais leur éclat”. De la part d’un des plus influents partisans du rapprochement turco-israélien, une telle déclaration donne une idée de la précarité de l’alliance entre les deux pays. Pour sa part, le 9 février 2010, Avigdor Liberman, s’est rendu en Azerbaïdjan, un allié de la Turquie qui est, lui aussi, en froid avec elle actuellement, en raison du processus qu’Ankara et Erevan ont initié, en octobre dernier, pour essayer de normaliser leurs relations diplomatiques. À Bakou où l’on s’interroge sur les changements d’orientation de la politique étrangère turque, le ministre israélien des affaires étrangères a critiqué l’attitude de la Turquie à l’égard d’Israël, tout en confirmant que son pays ne souhaitait pas rompre avec Ankara :

« Toutes les semaines Israël est condamnée… Cette ligne anti-israélienne ne peut pas continuer chaque semaine… Pendant dix ans, nous avons eu des relations très proches avec la Turquie. Nous n’avions pas prévu ces récentes évolutions des fondamentaux de la politique étrangère turque, et elles ne sont pas claires pour nous. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour maintenir nos relations à leur précédent et fructueux niveau, pour conserver une coopération dans tous les domaines. Nous espérons que la Turquie de son côté apportera quelques inflexions aux concepts de sa politique étrangère actuelle…»

Consciente de cette asymétrie diplomatique, la Turquie n’entend pas prendre l’initiative d’y remédier. Les condamnations vigoureuses de la politique israélienne, le rapprochement avec ses voisins ont en effet valu de très élogieux commentaires au gouvernement de l’AKP de la part des autres pays du Moyen-Orient : la standing ovation survenue le 29 janvier 2010 au forum des Think Tanks des pays de l’Organisation de la Conférence islamique, afin de saluer l’action pro-palestinienne du «nouvel empire ottoman» en est encore l’une des manifestations récentes. Il est dès lors compréhensible que la proposition la plus symbolique faite par le ministre des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, se limite à la réouverture des pourparlers entre Israël et la Syrie. Le ministre sachant bien que le ministre des affaires étrangères israélien, Avigdor Lieberman, est farouchement opposé à cette éventualité, cela lui permet de se présenter à peu de frais comme favorable au rapprochement, en proposant une mesure symboliquement forte et ayant peu de chances de se réaliser. Dès lors, l’importance capitale du conflit palestinien dans les relations turco-israéliennes et la place qu’il occupe dans les condamnations répétées de Recep Tayyip Erdoğan à l’adresse de Tel-Aviv, semblent accréditer l’idée que, sans une évolution décisive du processus de paix et le règlement de la question palestinienne, la lente dégradation des relations entre les deux pays risque de se poursuivre. Les accusations d’antisémitisme et d’occupation illégale, les réconciliations de mauvaise grâce ont encore de beaux jours devant elles.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.