La Cour Constitutionnelle fidèle à sa réputation

Il n’y aura donc pas eu de surprise. Par une décision qui a été connue vers 18h30, mardi 1er mai, la Cour constitutionnelle a annulé le premier tour de l’élection présidentielle ce qui va probablement provoquer des élections législatives anticipées. C’est donc le Parlement qui sortira des urnes qui aura vraisemblablement la lourde tâche d’élire le successeur d’Ahmet Necdet Sezer qui, pour l’heure, va sans doute jouer les prolongations en exerçant un « interim » de plusieurs mois.
Cette décision confirme l’orientation kémaliste orthodoxe qui est celle de la Cour mais il faut voir qu’elle a été d’autant plus facile à prendre que, depuis que l’Armée s’est impliquée dans le déroulement de la présidentielle, la tenue d’élections anticipées étaient largement souhaitées par la plupart des acteurs politiques.
Sur le fond toutefois, la décision en question apparaît comme une victoire des laïques qui, non seulement infligent un camouflet au gouvernement, mais « bétonnent » en quelque sorte l’accès de Çankaya. En effet, la Cour a annulé la tenue de l’élection vendredi, au motif que le quorum des deux tiers n’avait pas été atteint, alors même que, selon elle, ce quorum est nécessaire tant pour élire le président au premier tour que pour commencer à procéder à son élection. Dès lors, après les prochaines législatives, sauf si l’un d’entre eux obtient plus de 367 sièges, les partis seront obligés de s’entendre sur un candidat de compromis sous peine de voir l’assemblée dissoute. Il risque donc d’être difficile à l’AKP de maintenir la candidature d’Abdullah Gül, s’il n’obtient pas une majorité des deux tiers. Il y a ainsi de fortes chances que le prochain hôte de Çankaya soit une personnalité plus consensuelle.
Cette décision de la Cour vient clore la contre-offensive laïque aux efforts faits par l’AKP pour faire élire l’un des siens à la Présidence. Au cours des dernières semaines, en effet, l’ensemble des instances laïques se sont successivement mobilisées pour constituer une force de dissuasion destinée à détourner de la route de Çankaya, Tayyip Erdoğan ou l’un des siens. Alors même que cette dissuasion n’était pas parvenue à faire reculer l’AKP, l’establishment kémaliste, avec le memorandum de l’Etat-major et cette ultime décision de la Cour constitutionnelle, a procédé à un coup de semonce pour essayer de relancer le processus électoral présidentiel sur de nouvelles bases. Cette stratégie n’est pourtant pas sans risques…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.