La Turquie s’invite lors du débat entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy


Le 2 mai, au soir, s’est tenu le traditionnel débat de l’entre-deux-tours des élections présidentielles françaises, entre les deux candidats qualifiés pour le second tour, Ségolène Royale et Nicolas Sarkozy. Diffusé sur les deux plus importantes chaînes françaises, TF1 et France 2, et animé par les journalistes les plus connus de ces deux chaînes de télévision, Patrick Poivre d’Arvor et Arlette Chabot, ce débat devait durer deux heures, et les candidats étaient astreints à la règle de l’égalité du temps de parole. Ce débat, qui a finalement duré deux heures et demie, a été regardé par une vingtaine de millions de Français.
La quasi-totalité de ce débat a été consacré à des questions de politique intérieure, et seules ses dix dernières minutes ont permis d’évoquer des sujets d’ordre international et européen. La Turquie était bien sûr l’un des sujets les plus attendus de ce trop court moment.
Suite à une question sur la Constitution européenne et le « Non » français lors du referendum de 2005, alors que Ségolène Royal insiste surtout sur le développement social de l’Europe comme solution à l’euro-scepticisme français, sans aborder la question de l’entrée de la Turquie dans l’Europe, Nicolas Sarkozy met au contraire en avant ce problème dans sa réponse et provoque un échange sur la question turque dont nous vous livrons l’intégralité.

NICOLAS SARKOZY : « […] Deuxième point, je crois très important d’arrêter la course en avant vers l’élargissement tant qu’on n’a pas doté l’Europe de nouvelles institutions. Et je pose très clairement la question de la Turquie : si je suis Président de la République, je m’opposerai à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne »

Après les réponses respectives des candidats sur ce sujet, le journaliste Patrick Poivre d’Arvor pose la question suivante à Nicolas Sarkozy :

PATRICK POIVRE D’ARVOR : « Et qu’est-ce qu’on peut faire pour que l’Europe soit plus forte face à des Etats-Unis qui d’ailleurs souhaitent l’entrée de la Turquie dans …

NICOLAS SARKOZY : Oui mais ceux qui souhaitent l’entrée de la Turquie en Europe c’est ceux qui ne croient pas à l’Europe politique, puisque l’élargissement sans limite de l’Europe c’est la mort de l’Europe politique. Et de mon point de vue, je suis très clair. D’ailleurs j’aimerais savoir, vous avez été à une réunion de l’internationale socialiste, où vous avez été d’ailleurs fort applaudie. Mais je ne sais pas si vous avez lu la déclaration de l’Internationale socialiste : elle était favorable à l’entrée de la Turquie dans l’Europe. Est-ce que, Madame, c’est votre position ?

SÉGOLÈNE ROYAL : Il y a un processus qui est ouvert, et vous le savez très bien. Le peuple français sera consulté par referendum sur cette entrée, donc ce n’est pas la peine de faire peur aux Français.

NICOLAS SARKOZY : Mais quelle est votre position, quel est votre avis ?

SÉGOLÈNE ROYAL : Moi je pense qu’il faut faire une pause, que le moment n’est pas venu aujourd’hui de faire entrer la Turquie…

NICOLAS SARKOZY : Elle doit rentrer ou elle doit pas rentrer ?

SÉGOLÈNE ROYAL : …mais que de toute façon c’est une échéance, si elle remplit…

NICOLAS SARKOZY : Il faut bien le dire aux Turcs…parce qu’à force de dire il y a une échéance, les négociations ont commencé en 1964 ; nous sommes en 2007… il est quand même venu le temps de dire aux Turcs, est-ce qu’on en veut ou est-ce que n’en veut pas. Pour moi, d’ailleurs c’est pas une question de démocratie, c’est pas du tout une question de musulmans, ou d’islam ; c’est que la Turquie c’est l’Asie mineure, c’est pas l’Europe. Et donc il faut dire clairement à ce grand peuple qu’est la Turquie qu’ils ont vocation à être le cœur de l’Union de la Méditerranée, mais pas le coeur de l’Union Européenne.

SÉGOLÈNE ROYAL : Mais un processus a été engage, vous le savez fort bien, avec l’accord de la France, donc la France doit tenir sa parole…

NICOLAS SARKOZY : Non !

SÉGOLÈNE ROYAL : On ne peut pas comme ça décider de changer…

NICOLAS SARKOZY : Non c’est l’unanimité ! C’est l’unanimité. Donc si la France dit non, la Turquie ne rentre pas.

SÉGOLÈNE ROYAL : On ne peut pas comme ça changer … le chef de l’Etat a dit que les Français seraient, pour tout élargissement supplémentaire, consultés par referendum. Donc les Français seront consultés par referendum.

NICOLAS SARKOZY : Non mais vous votre position c’est non à la Turquie ?

SÉGOLÈNE ROYAL : Pour l’instant, c’est une pause, oui en effet, je pense que…

NICOLAS SARKOZY : Pour l’instant… ça peut changer !

SÉGOLÈNE ROYAL : Ça peut changer puisque…

NICOLAS SARKOZY : Moi ça ne changera pas. Moi ça ne changera pas

SÉGOLÈNE ROYAL : … puisque la parole a été donnée…

NICOLAS SARKOZY : Non la parole n’a pas été donnée…

SÉGOLÈNE ROYAL : Il y a un processus de discussion qui a été engagée, il y a un processus de dis-cu-ssion qui est engagé…

NICOLAS SARKOZY : Madame, la discussion… quand on discute, c’est pas obligatoirement pour dire oui. Ou alors, dans ce cas-là il ne faut pas engager de discussion. Mais vous venez de dire que ça peut changer. C’est-à-dire que vous pouvez changer d’avis, et la Turquie pourra entrer en Europe.

SÉGOLÈNE ROYAL : Pas du tout, il y a des conditions qui sont posées donc si la Turquie à un moment remplit ces conditions et si le peuple français dit oui, peut être que d’ici là il y aura aussi d’autres solutions, il y aura des associations prioritaires, il y a des coopérations renforcées… je ne crois pas que ce soient de bonne politique, comme ça, de claquer la porte à ce grand pays. Méfiez-vous, parce qu’il y a des forces démocratiques aussi en mouvement en Turquie qui ont besoin d’être consolidées.

NICOLAS SARKOZY : Quand vous expliquerez aux habitants de la Cappadoce qu’ils sont européens, vous n’aurez fait qu’une seule chose, vous aurez renforcé l’islamisme.

SÉGOLÈNE ROYAL : Je pense qu’il faut être responsable…

NICOLAS SARKOZY : Mais je le suis !

SÉGOLÈNE ROYAL : … à l’égard de l’équilibre du monde. Et parler comme vous l’avez fait à l’instant de la Turquie je pense que ça n’aide pas les forces démocratiques à l’intérieur de la Turquie.

NICOLAS SARKOZY : Bien au contraire Madame, bien au contraire. Être responsable ….

SÉGOLÈNE ROYAL : Si l’Europe se ferme, alors que vous savez très bien que l’on peut mettre en place des coopérations privilégiées, que l’on peut voir comment les choses évoluent…

NICOLAS SARKOZY : Mais ça n’a rien à voir avec l’adhésion !

SÉGOLÈNE ROYAL : …que de toute façon ça ne se fait pas avant plus d’une dizaine d’années…donc n’utilisez pas ce sujet comme ça de façon aussi brutale, par rapport à un peuple, par rapport à un grand peuple qui a une aspiration, peut-être, à rejoindre l’Europe. Donc ne claquez pas la porte, parce que je pense que c’est dangereux pour l’équilibre du monde.

NICOLAS SARKOZY : C’est tout le contraire Madame. Depuis 40 ans, on laisse croire à nos amis Turcs -car vous avez raison c’est un grand peuple et une grande civilisation – qu’ils ont leur place dans l’Union Européenne.

SÉGOLÈNE ROYAL : C’est un pays laïque !

NICOLAS SARKOZY : Ça fait 40 ans qu’on leur fait croire…

SÉGOLÈNE ROYAL : Et vous avez vu les grandes manifestations pour la laïcité qui viennent d’avoir lieu en Turquie ! Aidons ce mouvement laïque et démocratique !

NICOLAS SARKOZY : Mais Madame, quand bien même c’est un pays laïque, il est en Asie mineure ! Je n’expliquerai pas aux écoliers français que les frontières de l’Europe sont avec l’Irak et la Syrie. Et quand on aura fait du Kurdistan un problème européen, on n’aura pas fait avancer les choses. Et je ne pense pas, très calmement, que la stabilité du monde on va la renforcer en tuant l’Europe. Ceux qui sont les adversaires de l’Europe politique sont pour l’élargissement sans fin de l’Europe, parce que l’élargissement sans fin de l’Europe empêche la réalisation de l’Europe politique. Je suis pour l’Europe politique, donc je préfère qu’on dise aux Turcs :

« vous allez être associés à l’Europe, on va faire un marché commun avec vous, mais vous ne serez pas membres de l’Union Européenne, pour une raison très simple, c’est que vous êtes en Asie mineure ».

Philippe Maurel


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.