La crise politique turque actuelle vue d’Espagne

3 mai 2007, j’arrive en Espagne où l’on parle volontiers de la crise turque actuelle et où celle-ci fait les grands titres de la presse quotidienne. Je participe à la 1ère Rencontre des jeunes chercheurs de la Méditerranée, organisée par l’Université de Tarragone, en Catalogne, et suis l’objet, dès mon arrivée, de nombreuses questions sur la situation politique en Turquie. Très vite, je me rends compte que parmi mes interlocuteurs qui viennent de tous les bords de la Méditerranée, les Espagnols montrent une connaissance et un intérêt surprenants pour la Turquie alors même qu’ils ne sont pas, la plupart du temps, des spécialistes de ce pays. Je viens d’être interviewé à Istanbul par des journalistes français qui m’ont supplié d’être didactique et de simplifier ce qui ne peut pas toujours l’être, parce que, me disent-ils, «les Français mélangent tout ». Mais alors pourquoi donc les Espagnols paraissent-ils mieux comprendre ce qui est en train de se passer en Turquie ?

Je rencontre enfin un Espagnol spécialiste de la Turquie, il s’agit d’Eduard Soler i Lecha, un jeune chercheur catalan qui termine une thèse sur l’observation comparative d’une série d’acteurs européens face à la candidature turque à l’UE. Au menu : la France, l’Allemagne et l’Espagne ainsi que la Commission et le Parlement européens. Eduard Soler i Lecha est par ailleurs Coordonnateur du Programme « Méditerranée » à la Fondation CIDOB de Barcelone. Le débat s’engage et se transforme en interview pour les lecteurs du blog de l’OVIPOT.

De quand date l’intérêt marqué des Espagnols pour la Turquie et en particulier pour la candidature de ce pays à l’UE ?

Eduard Soler i Lecha : “L’intérêt des Espagnols pour la Turquie est très récent, 3 à 4 ans maximum Il remonte aux réformes engagées par la Turquie pour permettre que s’ouvrent des négociations d’adhésion avec l’Union Européenne et aux polémiques qu’a suscitées cette nouvelle perspective. Les conflits qu’a provoqués en France la candidature turque, notamment lors du débat qui a précédé la victoire du « Non » au référendum sur la Constitution européenne, ont surpris en Espagne et ont sans doute contribué y faire naître un intérêt pour ce pays et sa volonté d’entrer dans l’Europe. Auparavant, les seuls à s’intéresser un peu à la question étaient les régions historiques de l’Espagne les plus autonomes (Catalogne, Galice et Pays Basque) et les mouvements autonomistes, cela en raison de la question kurde. Pour le reste, la classe politique était plutôt en retrait sur la question.”

Justement quelle est aujourd’hui la position des principales forces politiques espagnoles sur la candidature de la Turquie ?

Eduard Soler i Lecha : “Ces forces politiques et en particulier les grands partis politiques de la majorité et de l’opposition (Parti socialiste –PSOE- et Parti Populaire –PP-) sont favorables à cette candidature qui ne cristallise donc pas de conflits politiques comme c’est le cas en France ou en Allemagne. Le consensus sur l’intégration de la Turquie a même augmenté car l’extrême gauche, notamment « Izquierda Unida » (proche du parti communiste) manifestait au départ quelques réticences, ce qui n’est plus le cas à l’heure actuelle.”

Pourquoi y a-t-il un tel consensus en Espagne sur la candidature turque à l’Union Européenne ?

Eduard Soler i Lecha : “Il y a de mon point de vue deux raisons majeures à ce consensus. En premier lieu, là encore à la différence de la France et de l’Allemagne, en Espagne où ne vivent que 1000 Turcs à peine à l’heure actuelle, la Turquie n’est pas associée pas au problème de l’immigration. En second lieu, en Espagne, il y a pour les élargissements une sorte de sympathie voire de sentiment de solidarité. Ce phénomène qui a pu être observé pour le récent élargissement à l’Europe de l’Est, se vérifie actuellement pour la Turquie. Ces élargissements, en particulier celui qui a concerné l’Europe de l’Est, ne nous sont pas forcément très favorables. Mais les Espagnols ne pensent pas en l’occurrence à leurs intérêts subjectifs étroits, ils mettent en avant une sorte d’impératif éthique et moral que l’on peut résumer de la manière suivante : « on va pas refuser à d’autres, ce qui nous a tant profité ! »”

Quel regard portez-vous sur l’attitude actuelle de la France à l’égard de la candidature turque ?

Eduard Soler i Lecha : Tout le problème en France est que la question turque est au cœur d’enjeux politiques nationaux majeurs : conflits entre la droite et la gauche, on l’a vu encore récemment lors du débat entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, mais aussi et surtout conflits à l’intérieur même des grandes formations politiques françaises. L’évolution de la position de l’UMP sur la candidature turque depuis trois ans est tout à fait révélatrice à cet égard. Si vous analysez cette évolution, vous allez en fait retrouver les conflits de tendances et les affrontements de personnes qui ont affecté cette formation politique au cours des derniers mois. En particulier, vous verrez que cette évolution et notamment la montée en force d’une position hostile à la Turquie correspondent très précisément à l’arrivée de Nicolas Sarkozy à la tête d’un parti dont Jacques Chirac (favorable à la candidature turque) a perdu le contrôle dans le même temps. À la différence de ce qui se passe en Espagne, en France non seulement la question turque n’est pas l’objet d’un consensus mais elle est présente au cœur même des fractures politiques les plus profondes qu’a vécues la vie politique au cours de ces dernières années.

(Tarragone, 5 mai 2007, propos recueillis par Jean Marcou)


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Cendrillon dit :

    POurquoi l’espagne est elle favorable a l’adhésion de la turquie, mis a part sa gentillesse envers les nouveaux arrivants…?

  2. OVIPOT dit :

    Oui c’est d’accord pour la publication sur votre forum turco-allemand avec l’origine et le lien complet.L’OVIPOT

  3. Mirage dit :

    Merci pour cet article très intéressant. Une autre perspective que celles que je connais, la française et l’allemande.Je voudrais faire profiter mes amis, turcs pour la plupart, du forum turco-allemand auquel je participe régulièrement. Je vous demande donc si vous m’autorisez à traduire en allemand votre article et à le poster dans le dit forum, bien entendu en donnant l’origine et le lien complet de votre article.Merci pour votre réponse.

Répondre à OVIPOT Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.