Le chef d’Etat-major persiste et signe


Lors d’une interview au quotidien «Milliyet», le 14 mars 2010, le chef d’état-major, le général Ilker Başbuğ, a créé la surprise en déclarant qu’il ne savait toujours pas si le document décrivant «le plan d’action contre la réaction» était un vrai ou un faux. Les déclarations du général ont fait sensation car les forces armées, depuis mois de février 2010, sur leur site Internet, semblaient avoir admis l’authenticité du document en question. Le général a rappelé, en outre, qu’un procureur militaire était toujours saisi dans cette affaire et que la justice devrait se prononcer pour établir notamment la culpabilité du colonel Dursun Çiçek, qui fait figure de principal suspect en l’occurrence, puisque sa signature est apposée sur le document.

L’émoi provoqué a été d’autant plus important que cette affaire affecte gravement, depuis près d’un an, les relations de l’armée et du gouvernement. Rappelons qu’elle a commencé avec la publication par le quotidien «Taraf», le 12 juin 2009, d’un document intitulé «plan d’action pour combattre la réaction», qui aurait été soumis à l’état major, en avril 2009. Ce plan aurait consisté à discréditer le gouvernement de l’AKP ainsi que le mouvement de Fetullah Gülen, tout en organisant la défense des militaires impliqués dans l’affaire «Ergenekon». Dès le 15 juin 2009, un procureur militaire avait mis en cause l’authenticité de ce document que la justice militaire avait dénoncé comme un faux. Cela avait conduit, lors d’une conférence de presse le 26 juin 2009, le chef d’état major, flanqué de tous ses adjoints, à défendre solennellement l’institution militaire, et à conclure que la Turquie avait perdu beaucoup de temps et dépensé beaucoup d’argent pour un document qui n’était, selon lui, «qu’un bout de papier». Au même moment, alors qu’une polémique sur le bien-fondé des immixtions politiques de l’armée faisait rage, le Parlement avait voté une très importante réforme du code de procédure pénal destinée à réduire les compétences de la justice militaire et à soumettre les militaires à la justice civile. Le 30 juin 2009, l’un des principaux militaires mis en cause dans cette affaire, le Colonel Dursun Çiçek avait été arrêté avant d’être relâché peu après. Ces multiples rebondissements avaient profondément détérioré les relations entre le gouvernement et l’armée. Le président Gül et des responsables politiques étaient alors intervenus à plusieurs reprises pour essayer de rassurer les militaires.

Un premier retour à la une de l’actualité de l’affaire du «plan d’action pour combattre la réaction» devait s’opérer à la fin du mois d’octobre 2009, un officier de l’état-major dont le nom n’a pas été révélé, ayant envoyé par e-mail, l’original du fameux plan dont l’authenticité était contesté par l’armée. Ce nouveau rebondissement avait bien sûr placé le chef d’état-major dans une position difficile, eu égard aux mots particulièrement durs qu’il avait eus, en juin, à l’égard du document, qualifié de «bout de papier». Face aux protestations provoquées par la publication de l’original du plan, qui s’étaient accompagnées, au demeurant, de la mise en cause directe de 5 officiers supérieurs de l’état major, dont le général, Hasan Iğsız, chef du premier corps d’armée, le chef d’état major, le général Ilker Başbuğ, avait ordonné une nouvelle enquête, le 26 octobre 2009. Mais cette initiative n’avait pas suffi pas à éteindre ce nouvel incendie médiatique qui avait vu la presse allait jusqu’à demander la révocation du chef d’état major. Une certaine accalmie était néanmoins revenue à l’issue d’une rencontre entre le chef d’état-major et le premier ministre, le jour de la fête nationale, le 29 octobre 2009, le gouvernement s’étant curieusement montré modéré et n’ayant pas cherché à mettre l’armée en accusation.

Par la suite, les choses se sont accélérées, comme l’on sait, et cette affaire a été supplantée par de nouvelles mises à jour de complots impliquant l’armée (tentative attentat contre le vice-premier ministre, plan Balyoz…), mais le «plan d’action contre la réaction» a refait surface au mois de janvier à deux occasions. D’une part, l’affaire d’Erzincan ayant abouti à l’arrestation du procureur Cihaner a été identifiée par les procureurs saisis sur ce dossier comme une tentative de mise en application du plan d’action contre la réaction (cf. notre édition du 3 mars 2010). D’autre part, le 21 janvier dernier, la Cour constitutionnelle a annulé la réforme réduisant les compétences de la justice militaire et soumettant les militaires à la justice civile (cf. notre édition du 24 janvier 2010). Cette annulation n’a pourtant pas empêché la justice civile de continuer ses investigations sur les tentatives de coup d’Etat et sur les immixtions de l’armée dans la vie politique…

Certains spécialistes estiment aujourd’hui que les examens répétés du document original du «plan d’action contre la réaction », menés à la demande de l’armée, visent en fait à le dégrader pour pouvoir mettre en cause son authenticité ou tout au moins laisser planer le doute. Il est frappant de voir, en effet, qu’en dépit de la situation difficile dans laquelle elle a été plongée à l’occasion de cette affaire, l’autorité militaire n’a pas abandonné la partie et que le général Başbuğ semble bien décidé à démontrer, contre vents et marées, que le fameux plan n’est rien d’autre «qu’un bout de papier.» Les récentes déclarations du commandant en chef de l’armée turque dans «Milliyet» confirmeraient donc que, depuis la fameuse réunion tripartite (président, premier ministre, chef d’état-major) du 25 février 2010, perçue par les observateurs comme une concession aux protestations de l’état-major qui avaient suivi l’arrestation d’une quarantaine de militaires dans l’affaire Balyoz, l’armée aurait décider de suivre une ligne à nouveau plus offensive. On remarque aussi d’ailleurs que l’état major n’a pas retiré sa confiance au général Saldıray Berk, commandant de la 3ème armée et principal suspect (avec le procureur Cihaner) de l’affaire d’Erzincan. Au début du mois de mars, le général Berk a dirigé les manœuvres d’hiver de l’armée turque à Kars, boudées par les membres concernés du gouvernement (à la différence des années précédentes), mais honorées de la présence du général Başbuğ.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *