Turquie : relance de la polémique sur l’existence d’un conflit institutionnel au sommet de l’Etat.


Les récentes déclarations du général Başbuğ sur l’affaire du «plan d’action pour combattre la réaction» (cf. notre édition du 16 mars 2010), ont relancé les polémiques sur l’existence d’un conflit institutionnel au sommet de l’Etat. Lors d’un point de presse, lundi, le chef d’Etat-major a poursuivi sur sa lancée, en mettant cette fois en exergue un incident ayant opposé récemment la justice et l’armée, pour démontrer la méfiance existant, à l’heure actuelle, entre institutions au sommet de l’Etat. Le 10 mars dernier, en effet, suite à une dénonciation électronique anonyme, la police a arrêté un camion civil rempli de grenades destinées à l’armée. L’e-mail qui avait informé la police, laissait entendre que ces grenades devaient servir prochainement, au moment de la fête de Nevruz (Newroz), à commettre une série d’attentats dans le sud-est. Deux jours plus tard, le procureur général d’Ankara a finalement fait savoir qu’il n’y avait pas lieu d’ouvrir une enquête, l’armée ayant fourni les explications nécessaires. Ce ratage judiciaire a donc tout de suite été exploité par le général Başbuğ pour «victimiser» l’institution militaire. Selon lui, celle-ci pâtirait de la méfiance de la justice et de la police à son égard. Le chef d’état-major s’est demandé pourquoi les magistrats saisis n’avaient pas cherché à joindre rapidement les autorités militaires en cause, afin d’éclaircir la situation.

Expliquant qu’il n’était pas «dans une logique d’affrontement» avec le gouvernement mais simplement «d’une humeur offensive», le général Başbuğ s’en est prit également à la presse en l’accusant de diffuser des informations erronées qui mériteraient, selon lui, de sérieuses condamnations. Il s’est même mis en colère lorsqu’un journaliste l’a interrogé sur son éventuelle démission, en déclarant notamment :

«Vous seriez-vous heureux que je démissionne ? Je vous le dis je servirai jusqu’à la dernière minute de ma mission comme si j’avais encore 100 années devant moi. J’ai porté cet uniforme depuis 50 ans et je me sens encore comme un lieutenant !»

Il a enfin exclu l’existence de conflits à l’intérieur de l’armée, notamment entre sa hiérarchie la plus élevée et ses cadres les plus jeunes.

Avant qu’il quitte Ankara pour se rendre au Royaume-Uni, le 16 mars au soir, la presse a interrogé Recep Tayyip Erdoğan sur cette nouvelle charge du général Başbuğ. Évitant la polémique, le premier ministre a estimé qu’il n’y avait pas, actuellement, à son avis, de conflit au sommet de l’État. Il a souhaité que chaque institution respecte le domaine de compétence qui lui est assigné. L’hypothèse d’un conflit institutionnel au sommet de l’Etat est évoquée depuis qu’à la fin de l’année passée, dans le cadre d’une enquête sur une tentative d’assassinat dont aurait été victime le vice-premier ministre, Bülent Arınç, la justice a mené des investigations au sein même des archives les plus sécrètes de l’armée. Cette banale affaire de camion de grenades, bien que rapidement close, confirme en fait, si ce n’est l’existence d’un conflit ouvert permanent, du moins la forte défiance existant entre les différentes institutions concernées (police, armée, justice). Elle relance aussi les supputations sur l’existence de dissensions internes au sein de l’institution militaire qui expliqueraient les fuites ou les dénonciations que l’on relève actuellement, à l’occasion de toutes les affaires où l’armée est mise en cause. La réaction immédiate de l’état-major montre bien, en tout cas, que la polarisation au sommet de l’Etat reste vive et que chaque incident est mis à profit par les différents acteurs pour essayer de gagner du terrain.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.