Accords énergétiques et coopération militaire entre Bakou et Ankara

Bakou et Ankara ont conclu, le 6 mars 2010, un accord consacrant leur rapprochement énergétique. La Turquie, pays déjà incontournable en matière de transit énergétique du fait de sa participation aux projets de gazoducs «Nabucco» et «Southstream», conforte ainsi sa position dans ce domaine, en obtenant que le gaz naturel vendu à la Syrie par l’Azerbaïdjan transite à l’avenir par son territoire. Le volume du gazoduc (plus d’un milliard de mètres cube par an selon le ministre azerbaïdjanais de l’énergie) qui acheminera cette nouvelle manne et sa possible ouverture aux autres pays arabes, devraient dès lors assurer à Ankara, outre d’appréciables retombées financières, un avantage stratégique dans les échanges énergétiques de la région. Cette stratégie énergétique, dont les accords passés avec l’Iran au mois d’octobre dernier avaient constitué un premier jalon important, permettra à la Turquie, aux dires du ministre de l’énergie Taner Yıldız, de se constituer une réserve de «35 milliards de mètres cube de gaz» et d’en revendre «au moins la moitié» à l’Europe. L’Etat turc vise, en l’occurrence, non seulement à résoudre ses propres problèmes énergétiques, mais aussi à devenir un maillon incontournable pour l’approvisionnement de la zone européenne.

Cet accord dépasse néanmoins le cadre strictement énergétique, et constitue l’une des facettes du raffermissement général des liens entre les deux pays, relativement distendus depuis la signature des protocoles de normalisation avec l’Arménie. Car il se traduit également par une convergence dans le domaine de la coopération militaire, des échanges de haut niveau impliquant le ministre-adjoint azerbaïdjanais de la défense ayant eu lieu, le 22 février, à Ankara. Ces derniers ont porté, outre sur la coopération militaire en général, plus particulièrement sur la préparation des officiers, la médecine, le droit et l’industrie ; autant de domaines pointés par plusieurs observateurs comme des lacunes ayant joué un rôle important dans la défaite azerbaïdjanaise de 1993. Cette collaboration militaire, que des spécialistes, comme Stepan Safarian, analysent à l’aune des relations de plus en tendues avec l’Arménie, se traduit jusque dans les relations entre institutions, le colonel de la jandarma, Ünal Ödemiş ayant été nommé le 1er mars conseiller du ministre azerbaïjanais de la défense, pour une durée de six mois. Parallèlement, les déclarations d’amitié se sont multipliées entre la Turquie et l’Azerbaïdjan. Le ministre turc des affaires étrangères Ahmet Davutoğlu, a ainsi récemment déclaré, à Bakou :

«que nos frères azerbaïjanais n’aient pas de craintes. Quels que soient les développements, nous tenons à l’intégrité territoriale azerbaïdjanaise comme à celle du territoire de la Turquie», en ajoutant que «le drapeau de l’Azerbaïdjan flotte aussi haut que le drapeau turc en Turquie

De son côté, l’Azerbaïdjan avait fait savoir mi-novembre qu’il envisageait la suppression des visas pour les ressortissants turcs souhaitant se rendre sur son territoire.

Dans le contexte difficile de la ratification des protocoles de normalisation des relations diplomatiques avec l’Arménie, ce rapprochement militaire apparaît comme un moyen pour la Turquie de rappeler à l’Azerbaïdjan qu’elle demeure son alliée au-delà de la diplomatie de voisinage à destination d’Erevan, et qu’elle entretient de forts liens affectifs à son égard. Concernant l’Arménie, cette politique pourrait même faire évoluer la question des protocoles dans un sens favorable aux intérêts turcs. Ankara reliant la ratification à une sortie du conflit du Haut-Karabagh «acceptable pour l’Azerbaïdjan», la coopération militaire constitue un signal fort à l’adresse de l’Arménie, sous-entendant qu’elle devra compter indirectement avec la Turquie en cas de conflit avec l’Azerbaïdjan. Pour autant, la démarche adoptée par la diplomatie turque évite que cet avertissement puisse être dénoncé par Erevan comme une volonté de torpiller le protocole, les accords avec Bakou n’apparaissant au final que comme un dialogue bilatéral avec un Etat qui n’est pas partie au traité.

L’intérêt azerbaïdjanais à ce rapprochement pourrait trouver sa raison d’être dans le contexte politique actuel de la région et dans la nature des rapports diplomatiques du triptyque Arménie-Azerbaïdjan-Turquie. Les tensions entre Bakou et Erevan sont en effet croissantes depuis le cessez-le-feu de 2006, le nombre de ses violations étant passé de 600 en 2006 à 4600 en 2009. Cette situation pourrait de fait pousser l’Azerbaïdjan à se rapprocher militairement de ses alliés traditionnels, ses propres forces étant plus faibles que celles de l’armée arménienne. Arif Keskin, chercheur au Centre Turc des Relations Internationales et de l’Analyse Stratégique, estime même que les deux pays turcophones ont «pris du retard» dans leur coopération et qu’il est nécessaire qu’ils signent sans délai un «traité à grande échelle», ceci afin de se «sécuriser» face à une Arménie perçue comme bénéficiant de nombreux soutiens étrangers, dans la mesure où elle est membre du CSTO et bénéficie d’un accord militaire avec la France. Conscient de cette situation, l’Azerbaïdjan estime d’ailleurs officiellement qu’une «grande guerre» dans le Sud-Caucase est inévitable, en cas de maintien des troupes arméniennes. Plongé dans un certain isolement diplomatique, depuis le réchauffement des relations turco-arméniennes, l’Azerbaïdjan a en outre perçu les protocoles de normalisation comme un risque de règlement implicite bilatéral de la question du Haut-Karabagh. La diplomatie azerbaïdjanaise a donc tout intérêt à encourager ce retournement relatif de situation qui lui rend l’appui de son principal allié dans la région.

Outre les avantages financiers que représentent le passage d’un nouveau gazoduc et la signature d’accords militaires, la Turquie peut voir dans ce rapprochement une solution pour réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de l’extérieur, principal intérêt de l’accord aux yeux d’Arif Keskin. Mais elle peut aussi espérer qu’elle sera la porte de sortie de protocoles mal accueillis par l’opinion turque (54% d’opinions défavorables), qui souhaite la préservation des relations avec l’Azerbaïdjan (perçu comme le meilleur allié de la Turquie par près de 20% de la population). Ce rapprochement apparaîtrait donc comme le moyen de retrouver les relations d’amitié qu’elle entretenait auparavant avec son «allié naturel», tout en se présentant aux yeux de l’Occident comme désireuse d’entretenir de bonnes relations avec un voisin arménien proche de l’Europe et des Etats-Unis.

Le rapprochement turco-azerbaïdjanais est une réalité dépassant le cadre purement énergétique pour s’inscrire dans le contexte politique de la région. Il est donc une donnée qu’il importe de prendre en compte, au moment même où la reconnaissance du génocide arménien par la commission des affaires étrangères de la Chambre des Représentants américaine et par le parlement suédois complexifie les données de ce processus de normalisation turco-arménien lancé en octobre dernier.
Louis-Marie Bureau


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Cagatay dit :

    Les Azerbaidjanais sont turcs comme les turcs en Anatolie… Ils viennent des tribus d’Oghuz ce sont le même peuple ils parlent juste le turc avec un accent différent et même en Turquie chaque région a son accent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *