La petite guerre froide égéenne et les marchands de canons

Une nouvelle étude de l’Institut d’études stratégiques suédois «Sipri» a révélé que l’Allemagne a doublé ses exportations d’armements, au cours des cinq dernières années, et qu’elle est devenue le troisième exportateur du monde. À première vue, cette nouvelle ne semble pas mériter de figurer dans ce Blog. Mais une analyse plus précise des chiffres fournis par le «Sipri» montre que le succès des groupes d’armement allemands est en réalité fortement lié à la situation existant en Méditerranée orientale. Leur premier débouché étant la Turquie, le deuxième, la Grèce, les usines d’armement allemandes profitent directement des tensions toujours persistantes entre les deux voisins égéens. La Grèce, qui dépense plus de 4% de son PIB pour entretenir son armée, gonfle les carnets de commandes des marchands d’armes de l’Allemagne, pays où l’on ne consacre que 1,3% du PIB à la défense nationale.

La Grèce est donc le membre de l’Union européenne qui devrait se permettre le budget militaire le moins extravagant, et le pays avec le budget militaire le plus extravagant est située sur l’autre rive de la mer Egée. En dépit du rapprochement entre la Grèce et la Turquie, lancé il y a déjà plus de dix ans, les armées de ces deux pays voisins continuent leur guerre froide miniature. Les intrusions d’avions de combat dans l’espace aérien du voisin constituent un aspect des relations turco-grecques aussi régulier que lourd. Loin de n’être que des combats de coqs, ces provocations et incidents mutuels ont déjà coûté la vie à de nombreux pilotes. Mais la vraie confrontation entre les deux pays se situe en réalité sur le marché des armes, où les Forces armées turques s’approvisionnent à volonté, et sans contrôle ou presque de leurs autorités civiles, pour bénéficier des systèmes d’armement les plus modernes actuellement disponibles, de préférence des systèmes allemands. Dans cette course égéenne aux armements, la Grèce ne peut que suivre…

Il y a peu d’espoir que cette situation change tant que l’armée turque conserve la haute main sur son «budget national propre», ce qui lui permet de poursuivre une stratégie d’armement quasiment indépendante de la politique étrangère de son gouvernement. Il est ainsi surprenant de voir que la marine turque équipe ses ports égéens de péniches de débarquement, alors même que la diplomatie turque poursuit une politique de bon voisinage avec la Grèce. Il est vrai que, sous la pression de l’Union européenne, des pas tendant à un meilleur contrôle du budget militaire turc, par les autorités civiles, ont été faits. Mais ils doivent être encore confirmés.

Toutefois, quand on observe la situation des commandes d’armement en mer Egée, on perçoit certaines des réactions allemandes à la situation financière grecque d’une tout autre façon. Rappelons récemment que des responsables conservateurs allemands ont conseillé à la Grèce de vendre ses îles inhabitées appartenant au domaine étatique, pour rééquilibrer son budget national. Est-ce que ces hommes politiques bien inspirés ont donné ce conseil à la Grèce dans l’espoir qu’elle puisse continuer à acheter des armes à l’Allemagne pour protéger les îles restantes ? La réponse à cette question humoristique est bien sûr négative, ces responsables politiques n’ayant certainement pensé ni à la Grèce, ni à la Turquie, ni aux groupes d’armement allemands, mais uniquement à leur électorat. Pourtant, on peut trouver ces propos surprenants quand on sait qu’ils viennent de milieux proches d’entreprises qui tirent en fait profit du conflit égéen. La surprise est encore plus grande quand on se souvient que les forces politiques auxquelles appartiennent ces hommes politiques s’opposent farouchement à toute perspective d’adhésion à l’Union européenne pour la Turquie. L’idée qu’il pourrait y avoir un lien entre ces trois phénomènes (dépenses militaires massives grecques, maintien de la Turquie hors de l’Europe, et endettement grec) ne semble pas les avoir effleurés. Dommage


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.