La Turquie et le dossier nucléaire iranien


La question nucléaire iranienne s’est ravivée récemment, donnant l’occasion à plusieurs de ses protagonistes de revoir ou de raffermir leurs positions. À l’origine de cette évolution, l’annonce par Téhéran, en février dernier, du début des opérations de production par l’Iran d’uranium enrichi à 20% (le taux d’enrichissement n’avait jusqu’alors jamais dépassé le seuil de 3,5%, largement suffisant pour la production d’énergie nucléaire au niveau civil). Perçue comme une nouvelle provocation du régime, cette déclaration a encouragé les Etats-Unis et l’Union européenne à réclamer la mise en place d’un nouveau train de sanctions par les Nations Unies. Le président français Nicolas Sarkozy a considéré que «le temps était venu de prendre une décision», les chefs de gouvernement britannique et allemand, Gordon Brown et Angela Merkel affirmant qu’ils feraient «tous les efforts nécessaires pour que l’Europe s’engage dans un régime de sanctions», tout en rappelant que la porte des négociations demeurait «ouverte si les Iraniens le souhaitent». Cette position, confirmée par la chancelière allemande, lors de sa visite en Turquie, les 29 et 30 mars derniers, a provoqué de vives réactions au sein du monde musulman. Lors du dernier Sommet de la Ligue arabe, le 27 mars 2010, à Syrte, en Lybie, son secrétaire général, Amr Moussa, s’est ainsi déclaré en désaccord avec la mise en place d’un nouveau volet de sanctions, et a dévoilé un projet de renforcement des liens diplomatiques et commerciaux avec l’Iran.

«De la diplomatie, encore de la diplomatie.»

En réaction aux dernières déclarations d’Angela Merkel, le Premier ministre Recep Tayip Erdoğan a, de son côté, répété avec vigueur que l’unique solution de la crise était d’ordre diplomatique, tout autre voie de règlement menaçant «la paix dans le monde». Cette prise de position du gouvernement turc, confirmé par une nouvelle déclaration de Recep Tayip Erdoğan, dans le Figaro, au moment de son séjour en France, le 6 avril, est susceptible de peser dans le processus de négociations. En sept ans de crise ouverte, la Turquie a en effet exprimé, à de multiples reprises, son souhait d’apparaître comme un médiateur sur la question du nucléaire, et régulièrement fait montre d’une volonté de ménager l’Iran. Elle a qualifié le président Ahmadinejad d’«ami», et les soupçons d’utilisation du nucléaire à des fins militaires, de «ragots». Cette attitude a ravivé les analyses sur une possible prise de distance turque vis-à-vis de l’Occident, mais elle a fini par porter ses fruits puisque Téhéran, qui avait décliné une possible médiation turque en décembre dernier, a récemment accepté de rencontrer le ministre des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu. Les discussions, qui ont porté sur la proposition de l’AIEA d’envoyer traiter l’uranium iranien à l’étranger, sont révélatrices de l’évolution des acteurs de ce dossier. Pourtant, et en dépit d’une action intensive à destination des officiels iraniens depuis le début de la crise en 2002, la diplomatie turque n’a pas obtenu de résultats concrets. Un scepticisme sur la volonté de Téhéran de continuer les négociations sur la question, se développe actuellement. Constatant l’absence de résultats de la diplomatie turque, un diplomate européen a estimé récemment que «la voie entre une réelle médiation et l’instrumentalisation de celle-ci par un régime qui en profite pour gagner du temps, est étroite».

Appréciée par les Etats-Unis (qui voient dans la Turquie un acteur régional plus fiable que la Russie qui est capable d’influer sur la diplomatie iranienne), la médiation d’Ankara est facilitée par ses relations commerciales avec Téhéran. Celles-ci devraient tripler en 2010 par rapport à leur volume de 2008, aux dires du ministre turc, Hayatı Yazıcı ; les deux pays ont en outre signé, le mois dernier, un mémorandum de coopération mutuelle portant sur plusieurs secteurs (textile, industrie énergétique et transformation de produits finis). En dépit de la loi américaine d’Amato, restreignant les échanges commerciaux avec l’Iran, sous peine de sanctions des Etats-Unis, les rapports commerciaux entre les deux pays ont passé un cap symbolique, puisque ces derniers ont décidé, le 17 mars dernier, de construire une ville industrielle à gestion partagée, à proximité de la ville frontalière de Makou. Aux yeux du ministre turc de l’économie Ali Babacan, l’Iran représente donc «un espoir majeur de coopération à long terme». Plusieurs accords énergétiques lient d’ailleurs les deux Etats et accroissent leur interdépendance, et la Turquie envisage un investissement de plus de 4 milliards d’euros dans les champs gaziers de son deuxième partenaire énergétique.

L’importance du nucléaire dans les rapports turco-iraniens

Économiquement enclavé, diplomatiquement isolé, Téhéran voit dans l’appui d’Ankara, tant une médiation objective qu’un soutien émanant d’un pays bénéficiant d’une légitimité à l’Ouest. L’Iran jouit, en outre, d’un positionnement privilégié sur la mappemonde énergétique (il détient 15% des réserves gazières mondiales et forme un couloir d’accès à l’Asie centrale, qui est alternatif désormais à l’imprévisible et divisé Caucase du Sud), ce qui représente un atout important pour la politique intensive d’accords énergétiques menée par Ankara. Au-delà d’une apparente intransigeance, les revendications réelles de Téhéran pourraient d’ailleurs être portées sans grande difficulté par la Turquie. Jeffrey Lewis, expert nucléaire de la New America Foundation, estime en effet que «l’Iran ne rêve que d’une chose : un arrangement global avec les États-Unis (évoqué en 2003), marquant sa réintégration dans le giron de la communauté internationale, contre la reconnaissance d’Israël, et l’enrôlement dans la lutte contre le terrorisme». Dans cette optique, l’uranium et le nucléaire apparaitraient moins comme un moyen de «rayer Israël de la carte» que comme «le meilleur des leviers face à l’Occident». Les officiels turcs, rompus à ce genre d’exercice diplomatique, l’ont sans doute compris, et pourraient agir en ce sens.

Ceux-ci ont, de leur côté, un intérêt réel à se voir reconnaître un statut de médiateur sur la question iranienne, car cela accrédite l’image d’une Turquie, pays musulman, non arabe et entretenant de bons rapports avec l’Ouest. Mahir Zeylanov note ainsi que, plutôt que de se contenter de «faciliter la communication entre l’Iran et le P5+1 (les membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne)», la Turquie a rempli bien plus qu’un rôle d’assistance. Plus qu’un médiateur se tenant à distance avec le problème, l’Etat turc semble donc conscient des avantages qu’il peut tirer d’un règlement de la crise, attitude pouvant expliquer la proposition de Recep Tayyip Erdoğan à Doha d’utiliser le territoire turc comme lieu de transit pour l’uranium, en cas de gestion partagée avec l’Iran.
Les intérêts turcs doivent être également analysés en tenant compte de la rivalité turco-iranienne pour le statut de puissance régionale majeure. Un règlement de la crise confèrerait en effet à Ankara un prestige accru sur la scène internationale. En outre, l’importance croissante de la Turquie dans la balance commerciale iranienne et l’appui diplomatique qu’elle apporte à l’Iran lui permettent de contrebalancer la pression énergétique que Téhéran exerce sur elle. Toutefois, la croissance économique de la Turquie accroît ses besoins énergétiques. De bonnes relations avec un Iran économiquement dépendant pourraient ainsi assurer à Ankara une moins forte dépendance à l’égard des ressources russes. Le rôle du gouvernement turc sur l’évolution du dossier iranien est par ailleurs susceptible de conditionner ses rapports avec le reste du monde musulman. En répétant, pour rejeter l’hypothèse de nouvelles sanctions contre la République islamique, que «d’autres pays possèdent déjà l’arme nucléaire mais ne subissent pas de sanctions» (faisant allusion à Israël), le Premier ministre Erdoğan s’est attaché à relier le nucléaire iranien au conflit du Proche-Orient. Cette démarche permet à la diplomatie turque de bénéficier, sur la question du nucléaire iranien, de l’effet provoqué dans le monde arabo-musulman par le «one minute» de Recep Tayip Erdoğan, l’année dernière, lors du Forum de Davos. Considérée par les pays arabes comme l’Etat qui a osé s’opposer au soutien occidental à Israël, la Turquie peut apparaître, dès lors, comme une puissance régionale bénéficiant d’un surcroît de légitimité.

La nécessité d’un règlement diplomatique de la crise

L’accroissement des sanctions et les risques de conflit entre Iran et Occident représenteraient en outre une menace pour les intérêts économiques d’Ankara dans la région. Au-delà même des répercussions négatives sur les échanges commerciaux, la déstabilisation de son voisin, avec lequel elle partage une frontière de 380 km, risque en effet de conditionner son accès aux ressources énergétiques. Un contrôle américain des réserves gazières offrirait sans doute des conditions d’approvisionnement moins intéressantes que celles offertes actuellement par un Iran bien disposé à son égard. Suat Kınıklıoğlu, un député de l’AKP, a d’ailleurs confirmé l’intérêt du gouvernement à un règlement diplomatique de la crise, les diplomates turcs ayant rencontré leurs homologues iraniens à plusieurs reprises, afin de parvenir à un accord avec l’AIEA. Si la perspective d’une puissance nucléaire rivale de ses ambitions régionales, n’enchante pas la Turquie, celle-ci ne veut donc pas pour autant d’une déstabilisation de la région. La diplomatie turque ne perçoit pas la bombe iranienne comme un facteur d’insécurité, jugeant peu probable la possibilité d’une attaque contre Israël. La récente déclaration du porte-parole du ministère des affaires étrangères, Burak Ozergin, sur les «bonnes intentions» de Téhéran, quant à l’usage qu’elle ferait de sa puissance nucléaire, est sans doute sincère : il y a, à cet égard, une profonde différence de postulats entre les Etats-Unis et la majorité des Etats musulmans.

En dernier lieu, l’opposition de Recep Tayyip Erdoğan à la mise en place de nouvelles sanctions pourrait refléter des intérêts concernant les rapports de la Turquie avec l’Occident. Le discours acerbe, tenu par le premier ministre à l’égard des Etats-Unis, est nuancé par les efforts turcs pour éviter un enrichissement de l’uranium iranien au-delà du seuil des 20%, ce qui permet au gouvernement turc de ménager les susceptibilités des deux côtés, et d’apparaître comme un médiateur respectable. Les bons rapports turco-iraniens dans le domaine énergétique pourraient servir les ambitions européennes de la Turquie et son influence sur le continent. La possible alimentation en gaz iranien du gazoduc Nabucco (censé réduire la dépendance de l’Europe à l’égard du gaz russe) offrirait ainsi à Ankara un statut d’intermédiaire incontournable entre l’Union et l’Iran, lui permettant de faire avancer sa candidature européenne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *