De Çağlayan à Izmir : pression laïque sur fond de recomposition partisane


Et de trois ! En l’espace d’un mois les adversaires de l’AKP peuvent se vanter d’avoir réussi trois manifestations d’une ampleur tout à fait exceptionnelle dans les trois plus grandes villes de Turquie. Après Ankara, le 14 avril, Istanbul, le 29 avril, Izmir, le 13 mai, a été le théâtre d’un rassemblement de près d’un million de personnes.
Une fois de plus les jeunes femmes ont été en première ligne de l’événement. Mais avec le beau temps, les minijupes rouges tendaient à supplanter le jean moulant qui était encore de rigueur, à Çağlayan, il y a 15 jours.
Il faut dire que le contexte politique a changé lui aussi. À Ankara, il s’agissait de dissuader Recep Tayyip Erdoğan de se présenter, à Istanbul, il s’agissait de protester contre la candidature d’Abdullah Gül, à Izmir, à côté du désormais traditionnel« La Turquie est laïque et elle le restera » apparaissaient de nouveaux mots d’ordre appelant notamment les partis de gauche (CHP et DSP) à s’unir. « Unissez-vous ou demain il sera trop tard ! » chantaient avec conviction les manifestants et surtout les manifestantes.
Les protagonistes de cette union tant désirée n’étaient d’ailleurs pas loin. Ainsi, si Deniz Baykal n’a fait qu’une courte apparition sur les lieux, Zeki Sezer, le leader du DSP, Murat Karayalçın, le leader du SHP et Doğu Perinçek, le leader du petit parti d’extrême gauche IP, ont vraiment participé à l’événement. Des rumeurs avaient même laissé entendre que l’alliance du CHP et DSP pourrait être annoncée lors de la manifestation, une « gauchisation » qui a fait fuir les nationalistes du MHP, dénonçant en l’occurrence une politisation du mouvement qui n’était bien sûr pas de leur goût. Il ne faut pourtant pas exagérer cette « gauchisation ». À cet égard, révélatrice sur la nature de la mobilisation du camp laïque aura été aussi la présence inhabituelle de nombreuses organisations patronales. On se souvient que le grand patronat turc, de neutre dans la crise présidentielle turque avait évolué, à la veille de la tenue de l’élection, vers des positions plus engagées, en conseillant notamment à Recep Tayyip Erdoğan de ne pas se présenter.
Il est certes vrai que l’heure est à la recomposition du paysage politique et social turc. Le Centre droit a ouvert la voie en mettant un projet d’union à son ordre du jour depuis plusieurs mois. Bien peu croyaient au départ à la pertinence de ce projet tant les leaders successifs des deux formations concernées s’étaient distingués par leurs haines tenaces. L’annonce des élections législatives anticipées aura sans doute libéré les énergies. L’ANAP et le DYP sont ainsi en train de fusionner. Mais la nouvelle étiquette, qui a leur faveur et qui prétend reprendre une enseigne légendaire, celle du « Parti démocrate », est tombée sur os ! La marque vient en effet d’être déposée par un inconnu. Est-ce par hasard ou à dessein ? Quoiqu’il en soit, en France comme en Turquie, observons qu’il est difficile, en ces temps de bouleversements politiques, de créer un parti démocrate ! François Bayrou, confronté à un obstacle similaire, a dû se résoudre à créer un « mouvement démocrate », les centristes turcs devront-ils passer eux aussi du « parti » au « mouvement » ou bien choisir de jouer les refondateurs en optant pour un titre du genre « nouveau parti démocrate » ? Affaire à suivre…
En attendant, il est probable que la pression populaire laïque va se poursuivre. Il est assez frappant de voir que, depuis le 23 avril, jour de la traditionnelle fête de la jeunesse, les drapeaux turcs flottent aux fenêtres en bien des endroits et ne sont pas retournés dans les placards… De surcroît, de nombreuses fêtes ou cérémonies sont, pour des associations ou des fondations l’occasion, d’arborer allègrement l’emblème national, le plus souvent en compagnie de portraits de Mustafa Kemal, comme à la grande époque ! Sans doute, cette stratégie a-t-elle été payante au cours du mois qui vient de s’écouler mais elle pourrait aussi légitimer en retour des manifestations d’une tout autre nature. En atteste, le premier meeting de masse tenu par Recep Tayyip Erdoğan, il y a quelques jours, dans l’Est du pays qui a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes. Jusqu’à présent l’AKP, qui jouait la carte de la légalité, a voulu respecter le calendrier prévu en appelant au déroulement normal d’un processus électoral présidentiel impliquant, selon la Constitution, les institutions et non le peuple. Mais, dès lors que l’on entre dans une campagne pour des élections générales, il n’est pas interdit de penser que l’AKP puisse, à son tour procéder à des démonstrations de force comparables, à ceci près que le turban y remplacera sans doute la minijupe !
Que les vendeurs de drapeaux turcs se rassurent pourtant, leur avenir semble assuré. Lors du dernier meeting de l’AKP, nombre de commentateurs avertis n’ont pas manqué de relever que, pour la première fois, le drapeau national y supplantait nettement l’oriflamme du parti et sa fameuse ampoule ! Bonsoir Monsieur Edison !


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. zizi dit :

    Mon dieu … même sur « cet observatoire », on se met à avoir cet éternel ton pompeux BHL-ien à la sauce tf1 en parlant de jeunes et belles filles libres en jean slim face a des petits barbus lapideurs de femmes qui soit, sont forcées de portés le foulard soit sont trop ignares pour saisir la finesse et la lumiére de la liberté à la francaise ( cf fadela amara) et ne savent pas ce qu’elles font lorsque « elles disent selont elles » le porter librement. les pauvres connes. Bref je commençais à être agréablement surpris par le sérieux de ce site, une surprise de courte durée devant cet article affligeant de panurgisme . Béééé bééééé z’avez dla chance que la fête de l’ aid soit passé sinon les méchants barbus que nous sommes vous aurez… couic couic !

  2. Jacky dit :

    Puisque l’on en est à comparer la France et la Turquie, il faudrait que l’on m’explique ce qu’a en commun un Doğu Perinçek (İşçi Partisi) avec une Arlette Laguiller, un Olivier Besancenot ou un José Bové puisqu’il est placé à l’extrême-gauche de l’échiquier politique turc.Derrière la référence au monde ouvrier, un tel individu affiche sans complexe les symboles du nationalisme républicain en vigueur dans ses meetings et son discours ressemble davantage à celui d’un Jean-Marie Le Pen.Il n’est pas inutile de rappeler qu’il n’existe aucune formation politique de gauche d’obédience communiste ou guévariste légale en Turquie depuis le coup d’Etat militaire de 1980 et à laquelle on permettrait de former un parti politique.Lorsque José Bové s’est rendu en Turquie en délégation pour se pencher sur le sort des paysans kurdes expropriés et parqués dans les gecekondu, je ne crois pas savoir qu’il aurait rencontré son « homologue » Doğu Perinçek…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.