Gel de la ratification des protocoles entre l’Arménie et la Turquie


La coalition au pouvoir en Arménie a annoncé, le 22 avril dernier, un gel de la ratification des protocoles signés, en octobre 2009, avec la Turquie. Les trois partis (Arménie prospère, Républicains, Pays de loi), qui disposent de la majorité au Parlement arménien, ont justifié cette décision, en expliquant que «la partie turque refusait de ratifier les protocoles sans poser des conditions préalables et dans un délai raisonnable». Cette décision fait suite à la rencontre du président arménien, Serge Sarkissian, avec le premier ministre turc, Recep Tayyipp Erdoğan, le 12 avril dernier, en marge du sommet sur la sécurité nucléaire à Washington (photo). Au cours de ce tête-à-tête, le chef du gouvernement turc avait insisté sur la nécessité de faire progresser la résolution du conflit du Haut-Karabakh avant de ratifier les protocoles, signés en octobre dernier. La démarche turque, liant la ratification des protocoles à une avancée des négociations au Haut-Karabakh, est considérée par la coalition arménienne au pouvoir comme « inacceptable », et le président arménien a confirmé, le 22 avril, par un message adressé à la nation, le gel du processus en cours avec la Turquie.

Le gouvernement turc a accueilli la nouvelle avec un certain calme. Recep Tayyip Erdoğan a déclaré que la Turquie restait attaché à la normalisation des relations avec l’Arménie, mais il a redit que la ratification des protocoles dépendrait du progrès des négociations sur le conflit du Haut-Karabakh. Le premier ministre turc a toujours lié l’établissement de relations diplomatiques avec l’Arménie au déblocage du conflit du Haut-Karabakh. Après le déplacement historique du président Abdullah Gül à Erevan, pour le match Arménie-Turquie, en septembre 2008, cette attitude de Recep Tayyip Erdoğan avait failli faire capoter, au printemps 2009, ce que l’on a appelé «la diplomatie du football». Par la suite, la signature entre l’Arménie et la Turquie des protocoles destinés à normaliser leurs relations diplomatiques n’a pas vraiment clarifié la situation. Les deux pays semblent avoir tu leur désaccord, le temps d’une cérémonie spectaculaire, le 10 octobre dernier, à Zurich, sans pour autant que les sources majeures de leur différend soient réellement taries. Ainsi l’Arménie a accepté la réunion d’une commission d’historiens sans exiger d’Ankara une reconnaissance formelle du génocide, mais on a vu que cette reconnaissance demeurait plus que jamais à l’ordre du jour, après les résolutions votées récemment aux Etats-Unis et en Suède. Quant à la Turquie, sans attendre un règlement au Haut-Karabakh, elle a néanmoins demandé une accélération des négociations en cours concernant ce conflit. En réalité, le pari de la signature des protocoles était que l’événement provoquerait une onde de choc incitant les deux pays à surmonter leurs ultimes désaccords. Les mois écoulés ont montré qu’en dépit des progrès accomplis au cours des deux dernières années, des différends de fond demeurent et qu’il faudra encore du temps pour les dépasser.

Rentrant du sommet de l’OTAN à Tallin, pour se rendre à Lefkosie (RTCN), afin d’assister à la cérémonie d’investiture du nouveau président chypriote turc, Derviş Eroğlu, l’infatigable Ahmet Davutoğlu s’est également montré optimiste. Justifiant l’obstination de son pays à souhaiter que des progrès dans les négociations sur le Haut-Karabakh soient accomplis, le chef de la diplomatie turque a estimé que le rapprochement turco-arménien reprendrait et qu’il fallait concevoir cette initiative comme une démarche d’ensemble visant à assurer la stabilité de la toute la région. Nombre d’observateurs estiment, pourtant, que le gel de la ratification des protocoles peut retarder fortement le processus lancé à Zurich, voire même carrément le remettre en cause.

Quoi qu’il en soit, les difficultés rencontrées par les politiques dans la normalisation des relations turco-arméniennes risquent de donner encore plus d’importance aux initiatives que prendront les sociétés civiles dans les mois à venir. Récemment le directeur des archives arméniennes a appelé les historiens turcs à venir travailler à Erevan. En ce 24 avril 2010, où l’on commémorera de par le monde, le 95e anniversaire du génocide de 1915, les yeux sont aussi tournés vers Istanbul, où plusieurs manifestations d’ongs et d’intellectuels doivent avoir lieu, pour la première fois…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.