Pour Ahmet Kuyas, « la Turquie vit actuellement une des périodes les plus importantes de son Histoire. »

« Écrire ensemble l’Histoire : enseignement de l’Histoire et manuels scolaires en Europe », tel est le thème des journées d’études organisées, les 18 et 19 mai 2007, par l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes (IFEA) en collaboration avec le Lycée Notre-Dame de Sion et l’Orient-Institut d’Istanbul. Lors de la première journée qui s’est tenue au Lycée Notre-Dame de Sion, c’est notamment de l’enseignement de l’Histoire turque dont il a été question avec deux auteurs de manuels récemment publiés et remarqués en Turquie : Ahmet Kuyaş qui a dirigé la réalisation du manuel d’Histoire sponsorisé par la TÜSIAD (L’Association des hommes d’affaires et des industriels turcs) et Faruk Alpkaya qui est l’un des auteurs du manuel du « Tarih Vakfi » (la Fondation pour l’Histoire).
Derrière le débat sur l’enseignement de l’Histoire pointent vite des enjeux politiques. Pour Ahmet Kuyaş, le manuel de la TÜSIAD présente deux nouveautés de taille. En premier lieu, il couvre une période qui va de la Seconde guerre mondiale aux années 90 alors même que l’Histoire contemporaine enseignée dans le secondaire turc s’arrête le plus souvent à la disparition de Mustafa Kemal Atatürk en 1938. En second lieu, il intègre l’Histoire nationale turque dans l’Histoire du monde rompant avec des traditions nombrilistes souvent dénoncées. Pour sa part, Faruk Alpkaya a expliqué que l’un des problèmes les plus complexes de la rédaction de tels manuels scolaires est le traitement des problèmes sensibles d’une Histoire nationale, comme par exemple la question kurde en Turquie.
À la fin de cette première journée qui a vu aussi deux représentants de l’EHESS, Pierre Monnet et Alain Delissen, évoquer respectivement « le genèse du manuel franco-allemand Nathan-Klett » et « le manuel commun Chine-Corée-Japon », l’OVIPOT a poursuivi la discussion avec Ahmet Kuyaş et vous livre ci-dessous les meilleurs passages de cet échange.”

Pourquoi l’Histoire est-elle un enjeu politique aussi important en Turquie depuis une vingtaine d’années ?

“Parce qu’avec la démocratisation de la Turquie, je veux dire très concrètement le retour au parlementarisme après le coup d’Etat de 1980, on a eu tendance à réinterpréter l’Histoire. Et cela d’autant plus que la société turque a connu de nouveaux problèmes comme le problème kurde, le problème arménien ou le problème de l’identité nationale lié à la candidature turque à l’Union européenne formulée par l’ex-Président Özal. De fait, au cours des deux dernières décennies, les Turcs ont commencé à se poser des questions sur leur passé et bien entendu comme toute réinterprétation historique, celle-ci a eu aussi des prolongements politiques. Sur ce type de problème, les milieux officiels se sont sentis mis en cause et les débats historiques ont en fait rejoint des débats politiques en cours. Car « l’establishment » ne veut pas entendre parler d’une réinterprétation de l’Histoire qui toucherait à un certain nombre de tabous.”

Il y a donc encore des tabous dans l’Histoire turque ?

“Oui bien sûr, d’abord cette idée que la République turque a empruntée à la République française, à savoir qu’elle est une et indivisible. La question kurde, qui a suscité des idées de fédération ou des projets éducatifs dans une autre langue que le turc, est également un tabou. Il y a aussi la question arménienne qui est un tabou, sans doute pas autant qu’elle a pu l’être par le passé, mais quand même ce genre de sujet dérange parce qu’il tend à remettre en cause tout un continuum de pensée qui commence à être inculqué au citoyen turc dès l’école primaire. S’il faut citer d’autres tabous, comment nier qu’Atatürk ou la Guerre d’indépendance le soient encore à bien des égards. Lorsqu’on explique, par exemple, que les pertes de cette guerre ont été inférieures à celles de la bataille de Gallipoli, il y a des gens qui se vexent parce que cela ne se dit pas. Toutefois je pense que si la production historique se poursuit au même rythme, on va probablement se libérer de telles préventions.”

Justement est-ce que les choses ne sont pas en train d’évoluer ?

“Certainement les Turcs ont beaucoup changé ces dernières années. Certes, ces transformations, il faut bien le dire, ne touchent pas encore la majorité d’entre eux mais une bonne partie ont changé leur vision du passé et commence à se poser des questions. Cela est un signe de bonne santé sociale. Toutefois, il faut voir aussi que ces changements provoquent des réactions. Ces réactions peuvent être violentes car il y a des milieux qui n’acceptent pas que l’on touche à un passé qui a été conçu comme un catéchisme et qui sont prêts pour le préserver à recourir à des moyens extrêmes, comme on l’a vu, avec le meurtre de Hrant Dink en janvier dernier ou plus récemment encore avec le massacre des chrétiens de Malatya.”

En dépit de ce nouvel extrémisme nationalo-islamiste auquel vous faites allusion, n’y a-t-il pas en Turquie une certaine stabilisation politique. Tout le monde s’est intégré au système même les islamistes, non ?

“Votre discours est un peu optimiste car l’arrivée des islamistes au coeur des institutions politiques a contribué à banaliser leurs idées dans le système et il faut bien voir que les islamistes amènent aussi avec eux leurs tabous, leur mythologie et leur Histoire. Cette Histoire peut être erronée et amplifiée par une culture de la « martyrisation ». Le mythe du martyr de l’islam pendant la période républicaine, ce genre de victimisation qui se développe actuellement est aussi un tabou à dépasser par l’historien. Je dis souvent à mes étudiants de se demander comment les années 50 et le coup d’Etat de 1960 peuvent être étudiés au département de Science politique de l’Université Adnan Menderes. Les islamistes voient en Adnan Menderes un martyr parce que c’est lui qui, le premier, a commencé à donner à l’islam politique une visibilité et qu’il a certes été exécuté après le coup d’Etat de 1960. Mais, plus on examine les années 50, en particulier en s’intéressant aux libertés publiques, plus l’on s’aperçoit que la Turquie était loin d’être alors un pays démocratique. Donc il faut mener des analyses rigoureuses et éviter de remplacer les anciens tabous par de nouveaux tabous. Or, il y a de milieux qui aujourd’hui ne veulent pas du débat sur l’Histoire parce qu’il est porteur de liberté. En tout état de cause, les milieux les plus conservateurs n’aiment pas débattre, ils préfèrent le respect de la norme préétablie et pour tout dire la soumission. Mais, en fin de compte, je suis assez optimiste parce que le Turc, ce n’est plus un pauvre petit paysan illettré. L’urbanisation de la société turque tourne autour de 70% de nos jours. Les Turcs sont beaucoup plus difficilement gouvernables et toutes les difficultés politiques auxquelles on assiste ces derniers temps sont les symptômes d’une mutation sociale de fond.”

Cette période est-elle un tournant qui vous en rappelle d’autres dans l’Histoire turque ?

“Je pense qu’actuellement la Turquie vit une des périodes les plus importantes de son Histoire. Et l’ampleur des débats sur l’Histoire auxquels on assiste me rappelle ceux qui ont eu lieu entre historiens au début du XXème siècle, moment où justement une nouvelle vision du passé ottoman a préparé le terrain à la fondation de cet Etat nation que nous appelons la Turquie aujourd’hui. Vous retrouvez en effet la teneur de ces débats historiques dans les discours politiques des fondateurs de la République comme Mustafa Kemal. C’est un peu au même phénomène que nous assistons aujourd’hui même si bien sûr le contenu des débats et des discours est totalement différent.”

Propos recueillis par JM le 18 mai 2007


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.