Inquiétudes et espoirs pour la candidature européenne de la Turquie après les élections présidentielles françaises

L’élection de Nicolas Sarkozy à la Présidence de la République remet-elle en question le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne ? Les propos tenus par le nouveau président au cours de la campagne électorale avaient d’ores et déjà alarmé les responsables européens et les dirigeants turcs. Depuis les résultats du scrutin, le 6 mai dernier, les réactions se succèdent et soufflent le chaud et le froid…
Dès l’annonce de cette élection, le Président de la Commission européenne José Manuel Barroso, a mis en garde la France en lui rappelant les engagements pris par les 27 à l’égard d’Ankara quant à l’ouverture du processus d’adhésion. Le 9 mai dernier, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a réaffirmé les aspirations européennes de son pays. Il a notamment exhorté les Etats-membres « à éviter les déclarations et les attitudes qui pourraient affecter négativement » le processus d’adhésion de son pays, en visant directement la France. Interrogé plus particulièrement sur les conséquences que pourrait avoir l’élection de Nicolas Sarkozy sur l’évolution des relations bilatérales turco-françaises, il a répondu : « je ne sais pas, on verra ça plus tard dans la pratique ». Pour sa part, Alain Lamassoure, député européen et proche de Nicolas Sarkozy, a confirmé, après les élections présidentielles, la volonté du nouveau Président de mettre à exécution ses projets de rupture des négociations avec la Turquie en expliquant que, selon lui, les engagements pris par la France en la matière n’étaient pas irrévocables.
Chemin faisant, le 18 mai 2007, François Fillon, le Premier ministre nommé par Nicolas Sarkozy, a annoncé la composition de son gouvernement. Dans le sillage de la perspective d’ouverture voulu par le Président de la République, il a nommé le socialiste Bernard Kouchner à la tête du ministère des Affaires Etrangères. Bernard Kouchner est, on le sait, un partisan de longue date de la candidature turque et il a souvent dit son souhait de voir ce « pays d’islam séculier » intégrer l’Union européenne. Selon lui, « la Turquie est en Europe » et elle est le seul pays musulman à avoir su organiser une séparation entre la religion et l’État. Pour le justifier, il n’a cessé de prendre à rebours les arguments géographiques et historiques souvent entendus ces derniers temps. Certes, Bernard Kouchner convient qu’en « tout état de cause, le processus engagé sera long » mais il semble espérer que le Président de la République changera d’avis.
Les paroles hostiles de Nicolas Sarkozy à la candidature turque ont fait redouter ces dernières semaines une dégradation des relations franco-turques. Pourtant, en Turquie, on continue à espérer que le chef de l’Etat français finira par adopter une attitude pragmatique sous la pression conjuguée de l’intensité des relations économiques existant entre les deux pays et de la nécessité pour la France de sortir de l’impasse consécutive au vote négatif sur le Traité de Constitution européenne.
Cécile Nourigat


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.