L’AKP ou l’inusure du pouvoir

adobe-pdfMémoire présenté en 2015 par Max-Valentin ROBERT sous la direction de Pierre Martin en vue de l’obtention du grade de Master Sciences de gouvernement comparées à l’IEP de Grenoble.

Lors des élections locales du 30 mars 2014, le Parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkınma Partisi, AKP) a remporté son huitième scrutin consécutif depuis sa création (en 2001). Puis, le 10 août 2014, le Premier ministre sortant et dirigeant de ce mouvement (Recep Tayyip Erdoğan) remporta l’élection présidentielle dès le premier tour. De prime abord, les victoires constantes de l’AKP pourraient nous étonner : en effet, la période pré-électorale fut caractérisée par un contexte extrêmement tendu pour le gouvernement (protestations du Parc Gezi, scandales financiers, affrontement avec la confrérie de Fethullah Gülen, etc). En nous inspirant de la théorie de Lipset et Rokkan, nous étudierons la formation du système partisan turc et de ses clivages (dans lesquels l’AKP et ses opposants se situent encore aujourd’hui). Ensuite, nous constaterons que le succès de cette formation conservatrice s’appuie sur son bilan économique et ses positionnements idéologiques, ainsi que sur une large base électorale construite autour de divers facteurs politiques et sociologiques.

Pour citer cet article : Max-Valentin Robert, "L’AKP ou l’inusure du pouvoir," in Observatoire de la vie politique turque, 5 novembre 2015, https://ovipot.hypotheses.org/13974.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *