• Non classé
  • 1

Fin de partie pour Deniz Baykal.


Deniz Baykal a démissionné le 10 mai de son poste de secrétaire général du CHP. Cette décision fait suite au séisme qui, depuis la fin de la semaine dernière, a frappé le premier parti d’opposition après la publication, le 7 mai, sur plusieurs sites internet, d’un clip montrant Deniz Baykal, dans une situation compromettante avec Nesrin Baytok, une députée du CHP qui fut aussi sa collaboratrice pendant plusieurs années. Douze jours avant le congrès du parti qui semblait devoir le reconduire dans ses fonctions sans coup férir, l’indéboulonnable leader aura donc été abattu en trois jours par cette affaire qui risque également de modifier le paysage politique turc, tant le CHP était identifié à la personne même de Deniz Baykal.

Un certain nombre de commentateurs voient déjà dans cette démission une opportunité qui peut permettre à la gauche turque de se reconstruire autour de nouvelles idées et surtout de nouvelles têtes. Deniz Baykal, qui a dominé le CHP au cours des deux dernières décennies, est accusé par beaucoup d’avoir contribué au déclin de la formation kémaliste par ses positions nationalistes et étatistes. Le député d’Antalya aura préféré, semble-t-il, conserver la haute main sur l’appareil du parti et sur un spectre électoral limité, égal au cinquième de l’électorat turc, en collant le plus souvent aux idées de l’establishment politico-militaire, plutôt que de courir le risque d’ouvrir une nouvelle voie et de préparer l’avènement d’une autre génération politique. Cette attitude sectaire doublée d’une stratégie méfiante envers la démocratisation et d’une approche répressive de la question kurde avaient fini par lui attirer les foudres de l’Internationale Socialiste dont certains responsables demandaient l’exclusion du CHP, en estimant qu’il n’avait plus rien à voir avec la social-démocratie.

Il n’est pas sûr pourtant que la sortie de Deniz Baykal apaise la gauche turque et en particulier le CHP. Les événements de ces derniers jours ont avivé les conflits qui existent au sein de cette famille politique, déjà durement atteinte par ses revers électoraux des dernières années. Alors même que Mustafa Sarıgül, le maire de Şişli a tout de suite été soupçonné d’être à l’origine de la fuite audiovisuelle qui a été fatale au secrétaire général du CHP, la garde rapprochée de celui-ci a essayé de contre-attaquer, samedi, en accusant cet ex-rival de Deniz Baykal d’avoir tenté de le faire assassiner par un homme de main, en avril dernier. En tout état de cause la manière dont le leader du CHP a été poussé dehors risque aussi de ternir l’image du parti, surtout s’il s’avère que la diffusion de la vidéo est le fait de certains membres ou ex-membres de celui-ci. Pour retrouver un crédit lui permettant d’affronter les échéances à venir (et elles ne sont pas minces avec la tenue prochaine d’un référendum constitutionnelle et d’élections législatives…), le CHP devra non seulement se trouver un nouveau leader, mais aussi sortir du système de gouvernement que Deniz Baykal avait instauré.

Dans le discours qu’il a prononcé pour annoncer sa décision de démissionner, Deniz Baykal, a accusé l’AKP et le gouvernement d’être à l’origine de cette affaire, qu’il a aussi liée à la révision constitutionnelle qui est en cours actuellement. Les ténors du parti majoritaire ont pourtant désapprouvé la publication de la vidéo, le premier ministre demandant à ses troupes ne pas chercher à exploiter la situation. Certains observateurs pensent que la démission de Deniz Baykal pourrait aussi cacher une tentative de revenir au pouvoir après s’être posé en victime d’un complot, et à condition que personne n’ose faire acte de candidature à sa succession, lors du prochain congrès. Mais cette analyse paraît peu crédible. L’ère Baykal paraît bel et bien révolue.
JM


1 réponse

  1. 6 mars 2014

    […] secrétaire, qui a eu raison en 2010 de l’indéboulonnable président du CHP, Deniz Baykal (cf. notre édition du 10 mai 2010). La diffusion du même genre de matériel à caractère intime a décapité la direction du parti […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.