• Non classé
  • 0

La démission de Deniz Baykal et la perspective de sa succession suscitent des pronostics incertains.


Ô tempora, ô mores ! Un clip de 6 minutes publié sur internet aurait-il réussi à faire en 3 jours ce dont rêvaient beaucoup depuis deux décennies : mettre un terme à la carrière politique de Deniz Baykal ? En ce 11 mai 2010, le ban et l’arrière-ban de la vie politique turque s’est réveillé sans Deniz Baykal, et se frotte les yeux pour y croire. La plupart des quotidiens n’en sont pas encore revenus et s’étonnent de l’efficacité de la vidéo compromettante qui a eu raison de la carrière du leader du CHP. Mais certains parient déjà sur le retour de celui qui a habitué son monde à des départs qui n’en sont pas vraiment… En effet, l’ancrage de Deniz Baykal dans le paysage politique turc ne date pas d’hier et s’est avéré particulièrement résistant, même aux débâcles les plus retentissantes. Explications…

Né en 1938, à Antalya, le futur leader du CHP fait ses études à la Faculté de droit d’Ankara et fréquente plusieurs universités américaines (Columbia, Berkeley), avant d’entamer une carrière d’universitaire et d’avocat. Fortement impliqué dans le mouvement étudiant qui précède le coup d’Etat de 1960 et la chute du gouvernement Menderes, ce n’est qu’en 1974 qu’il atteint les sommets de l’État, à l’issue des élections législatives de 1973 qui portent Bülent Ecevit au pouvoir. Ainsi, dans les années 1970, après avoir été élu député d’Antalya, il est à deux reprises ministre. Comme pour beaucoup d’autres membres de la classe politique turque, le coup d’Etat de 1980 est pour lui un long purgatoire. Arrêté d’abord, et banni ensuite de la vie politique, il n’y fait son retour qu’après le référendum de 1987, en devenant député d’Antalya pour le SHP (Sosyal Demokrat Halçı Parti – Parti social-démocrate populaire), le parti de gauche kémaliste qui s’est recréé sous la présidence d’Erdal Inönü, le fils du célèbre compagnon d’Atatürk. Mais l’ambition de Deniz Baykal est désormais tout autre. Il cherche à plusieurs reprises à s’emparer du leadership du SHP, qui exerce le pouvoir avec le DYP (Doğru Yol Partisi) de Süleyman Demirel, à partir de 1991. Après plusieurs échecs, il se résigne à conquérir cette formation politique de l’extérieur en recréant en 1992 le CHP. Il espère en effet que le label historique de ce parti finira par supplanter la formation qui lui a succédé après le coup d’Etat de 1980. Finalement, le SHP et le CHP fusionnent en 1995 sous l’étiquette CHP, et Baykal, qui a d’abord dû accepter un autre leader que lui, finit par prendre la tête du parti kémaliste refondé. Les résultats électoraux ne sont pourtant pas au rendez-vous de cette refondation. Lors des élections législatives de décembre 1995, le CHP obtient à peine plus du seuil de 10%, qui permet d’avoir une représentation au Parlement. Et en 1999, ayant fait un score de 8,71%, le CHP n’est même pas représenté au parlement. Une première depuis les débuts de la République ! À l’issue de cette déroute historique, Deniz Baykal est contraint d’abandonner le leadership de son parti. Il ne s’agit pourtant que d’un «au revoir», puisqu’il parvient à se faire réélire à la tête du CHP, lors du congrès de celui-ci en septembre 2000. C’est cet épisode mémorable qui conduit nombre d’observateurs aujourd’hui à rester prudents, quant au caractère définitif de la sortie du leader kémaliste.

Quoiqu’il en soit, au début du troisième millénaire, le député d’Antalya paraît solidement installé aux commandes, et rien, ni personne, ne semble pouvoir le déloger. Ce sont au contraire les figures les plus proéminentes du parti ou ses étoiles montantes qui finissent par quitter le CHP ou en être expulsés (Murat Karayalçın, Altan Öymen, Fikri Sağlar, Ercan Karakaş, Mustafa Sarıgül, Aydın Güven Gürkan). En 2002, l’AKP remporte une large victoire sur les partis politiques du système, mais le CHP, qui a obtenu 20% des voix, est la seule autre formation à être représentée au parlement. Dès lors, Baykal, après avoir facilité l’établissement de Recep Tayyip Erdoğan à la tête du gouvernement, parce qu’il pense que l’AKP est incapable d’exercer le pouvoir, s’installe dans un rôle d’opposant privilégié, tout en accusant le nouveau parti majoritaire d’avoir un agenda caché pour étrangler la république laïque. Parallèlement, il adopte des positions de plus en plus chauvines et devient très méfiant à l’égard de la candidature de la Turquie à l’Union Européenne. En 2007, il participe activement aux manœuvres de l’establishment politico-militaire visant à empêcher l’élection d’un candidat de l’AKP à la présidence de la République. En dépit de sa nouvelle défaite, lors des législatives anticipées de juillet 2007, il se maintient à la tête du CHP, et utilise tous les moyens pour entraver l’action gouvernemental (recours à la Cour constitutionnelle, notamment), tout en consentant des virages de circonstances (acceptation du voile islamique à la veille des élections municipales de 2009) ou en formulant des propositions sans lendemain (soutien à la réforme constitutionnelle en cours si 3 de ses articles fondamentaux en sont retirés par le gouvernement…). Cette attitude à laquelle s’ajoutent des déclarations souvent teintées de xénophobie et de racisme sur les questions kurde ou arménienne, et des positions particulièrement contestables au regard de la démocratie ou de l’Etat de droit (refus de la réforme de l’article 301 du Code pénal, par exemple), accroissent le malaise au sein de l’électorat du CHP.

Depuis la démission de Deniz Baykal, aucune solution à la tête du parti ne semble se dessiner vraiment. Plusieurs noms sont certes évoqués de façon récurrente, notamment celui de Kemal Kılıçdaroğlu, qui avait fait une campagne remarquée l’année dernière lors des élections municipales à Istanbul, ou celui de Murat Karayalçın, ancien maire d’Ankara, revenu l’année dernière au CHP, ou encore celui de Mustafa Sarıgül, le maire de Şişli, ex-rival de Baykal, qui a pourtant quitté le CHP depuis deux ans. Mais ces hypothèses sont d’autant plus fragiles que l’appareil du parti reste très fidèle à Deniz Baykal et élaborerait actuellement des scénarios pour permettre le retour de celui-ci. Le congrès du parti, prévu pour les 22 et 23 mai prochains, promet donc d’être particulièrement chaud !
JM


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.