La Turquie abat un avion russe sur la frontière syrienne

Sukhoi1Le 24 novembre au matin, la Turquie a abattu un Soukhoi Su-24 russe, qui survolait la frontière turco-syrienne, aux abords du Djebel turkmène. Commentant l’événement, quelques heures plus tard, Recep Tayyip Erdoğan a précisé qu’un avion « inconnu », qui violait l’espace aérien turc, avait été intercepté selon les règles en usage, et qu’il avait été abattu, parce qu’il n’avait pas déféré aux mises en garde que lui avaient adressées deux F-16 turcs, à dix reprises. Pour sa part, de Sochi, où il recevait le souverain jordanien, Vladimir Poutine a qualifié les faits «de coup de poignard dans le dos» de la Turquie, en annonçant qu’ils auraient de «sérieuses conséquences». Le ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov annulé le séjour qu’il devait faire, le 25 novembre, à Istanbul, tandis que le ministre russe de la défense convoquait l’attaché militaire turque à Moscou.

Un contexte local déjà passablement tendu

En dépit de son caractère soudain, cette information n’est pas une surprise totale. Les frappes massives auxquelles Moscou procède en Syrie, depuis la semaine passée, n’ont en effet pas concerné que Daesh, mais à nouveauSukhoi2 l’opposition syrienne, en particulier, à plusieurs reprises, des villages du Djebel turkmène, hostiles au régime de Bachar el-Assad. Le 20 novembre, le premier ministre turc, Ahmet Davutoğlu, après avoir condamné le bombardement de zones turkmènes par la Russie, a convoqué l’ambassadeur de Russie en Turquie, en soulignant que la lutte contre le terrorisme en Syrie ne devait pas servir de prétexte pour frapper l’opposition au régime de Damas. Ces nouveaux développements, en particulier le bombardement de Bayır Bucak, ont provoqué un afflux de réfugiés turkmènes sur la frontière turque. Et le 21 novembre, une manifestation nationaliste a eu lieu à Istanbul, ses participants s’en étant pris d’ailleurs, sur İstiklal Caddesi, au consulat des Pays-Bas, en le confondant avec le consulat de Russie, qui se trouve une centaine de mètres plus loin…

Cet incident grave survient dans un ciel particulièrement lourd, depuis les débuts de la guerre civile en Syrie. Le 22 octobre 2012, c’est dans ce secteur, qui est le dernier où Ankara et le régime de Damas ont encore une frontière Sukhoi3terrestre commune, que la défense aérienne de l’armée syrienne avait abattu un F4 de l’armée turque (cf. notre édition du 24 juin 2012). En mai 2015, dans cette zone également, l’état major turc avait affirmé que l’un de ses F-16 avait abattu un hélicoptère syrien, ce qui avait été démenti par Damas, évoquant simplement la perte d’un drone. Au début du mois d’octobre dernier, au moment des premières frappes de la Russie sur la Syrie, Ankara avait déploré, à plusieurs reprises, la violation de son espace aérien par des avions de combat russes, que l’OTAN avait condamnée et que des personnalités du gouvernement turc avaient qualifiée de «harcèlement», voire de «véritable menace». Ces précédents expliquent que les règles de sécurité appliquée par la Turquie dans cette zone soient particulièrement strictes. Pourtant, en dépit de ce passif, la décision turque d’abattre un avion russe constitue un acte significatif, qui n’a probablement pas été pris par hasard, même si violation de l’espace aérien il y a eu. Car il faut savoir que ce genre de violation est courante, et qu’elle n’entraine que très rarement des mesures extrêmes de ce type.

La Turquie inquiète des mutations stratégiques en Syrie

Pour comprendre les raisons de cet acte, il faut le rétablir dans le contexte des développements stratégiques qui ont suivi les attentats de Paris. Comme nous le disions dans notre précédente édition du 23 novembre, le drame de Paris a fait bouger les lignes géopolitiques au Proche-Orient. Frappée durement la France a désigné Daech, commeSukhoi4 son «ennemi», et fait de la destruction de l’organisation djihadiste une priorité absolue. Cela a incité Paris à travailler à un rapprochement des Occidentaux, dont la coalition laborieuse obtient des résultats mitigés sur le terrain, et des Russes, qui se sont engagés depuis près de 2 mois en Syrie mais jusqu’à présent plus pour soutenir le régime de Bachar el-Assad que pour frapper l’Etat islamique. Il est vrai que les Américains et les Européens ont rappelé, à de nombreuses reprises que la solution de la crise syrienne n’était pas concevable sans l’éviction du leader syrien. Mais, comme a pu le dire le chef de la diplomatie russe, Serguei Lavrov, les attentats de Paris incitent aussi les Occidentaux à penser désormais que la priorité n’est plus de renverser Bachar el Assad, mais de lutter contre Daech. Dès lors, Ankara redoute que la convergence des interventions occidentale et russe dans la crise syrienne, ne favorise la survie du régime de Damas et probablement, si un recul de Daech intervient sur le terrain, ne confirme la montée en force des Kurdes.

Les Occidentaux cherchent à faire décroître la tension

Par cette frappe contre un avion russe, la Turquie a donc voulu probablement aussi adresser un message à ses alliés Sukhoi5occidentaux, afin qu’ils incitent les Russes à revoir les termes de leur engagement en Syrie. Mais pour l’instant, les réactions des principaux acteurs occidentaux s’en tiennent aux faits et cherchent surtout à faire décroître la tension suscitée par cette affaire. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a estimé que contrairement à ce que disaient les Russes, leur avion avait bien violé l’espace aérien turc. Il a souhaité que des mesures soient prises pour qu’un tel incident ne se répète pas, tout en rappelant que «l’ennemi commun est l’Etat islamique». Même son de cloche à la Maison Blanche où Barack, qui recevait François Hollande, a souligné que «la Turquie, comme tout autre pays, a le droit de défendre son territoire ou son espace aérien». Le président américain a incité Russes et Turcs à se parler «afin de faire la lumière sur ce qui s’est produit et de prendre des mesures propres à éviter toute escalade.» Enfin, les différents représentants de l’Union européenne, qui s’apprêtent à accueillir la Turquie, le 29 novembre prochain, pour un sommet difficile sur la question des réfugiés, ont surtout demandé aux deux protagonistes de garder leur sang-froid et d’évaluer la situation au plus juste.

Quelle réaction russe ?

Il n’est pas sûr pourtant que les Russes se satisfassent de voir traiter cette affaire comme un banal accrochage de frontière, à plus forte raison s’il s’avère que les deux pilotes de l’appareil abattu, qui ont pu s’éjecter, ont finalement été tués par les milices turkmènes, présentes dans le secteur. L’un des chefs de ces milices a en effet déclaré à l’Agence Doğan, que ses hommes avaient abattu les pilotes russes, lors de leur atterrissage en parachute. Mais,Sukhoi6 d’autres sources indiquent qu’ils seraient en vie, et que les services de renseignement turcs les rechercheraient activement pour les ramener en Turquie.

Bien que Russie et Turquie aient dans le contexte régional actuel des intérêts stratégiques divergents, pour ne pas dire opposés, elles ont néanmoins de nombreux intérêts économiques et énergétiques en commun. La Russie, qui fournit près de 60% du gaz qu’elle consomme à la Turquie, doit construire la première centrale nucléaire de celle-ci et elle est l’un de ses premiers clients. Les Russes sont aussi les seconds visiteurs touristiques en Turquie. Il est vrai que leur nombre a considérablement baissé depuis la crise ukrainienne, mais après ce qui vient de se passer, leur gouvernement les a d’emblée dissuadés de revenir, en leur annonçant que la Turquie était devenue un pays aussi dangereux pour eux que l’Egypte où un avion russe, victime d’un attentat terroriste, s’est écrasé, le mois dernier, faisant 224 victimes. Il n’est pas sûr que les deux voisins aient actuellement les moyens de se lancer dans une escalade qui pourrait remettre totalement en question leur coopération économique, mais il est probable que ce grave incident va accélérer une détérioration de leurs relations, déjà très visible au cours des derniers mois.

JM


Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Démocratie please dit :

    Erdogan ne démissionnera pas, il a juste dit ca pour amuser la galerie. Dans les régimes autoritaires les dirigeants ne démissionnent pas.

    • Anonyme dit :

      Vous croyez que la Turquie est un régime autoritaire !!! Quel sont vos arguments ? Croyez-moi que même s’il démissionne la nation turque l’en empêchera. Erdoğan a tenu toutes ses promesses jusqu’à aujourd’hui et je suis certains qu’il démissionnera sans sourciller. C’est une bonne occasion pour se débarrasser de lui et en plus sans se fatiguer, alors mieux vaut prouver les allégations. Poutine est-il prêt à démissionner s’il s’avère que leur assertion est mensongère ? Je ne pense pas non plus…

  2. démocratie please dit :

    Ce genre de violation est peut être courante mais ici nous sommes en zone de guerre, du coup les pilotes devraient faire bien plus attention que ceux qui se baladent entre la France et la Suisse par exemple. Je trouve que c’est la première fois depuis longtemps que les autorités turques font une action utile.
    De plus étant donné la réaction démesurée de la Russie, elle a le mérite de crever l’abcès entre ces 2 pays, qui ont apparemment beaucoup de choses a se reprocher l’un l’autre. En effet depuis le début de la crise Syrienne la Russie chie dans les bottes de la Turquie (désolé pour l’expression mais je l’aime bien) et la Turquie craint traditionnellement la Russie, du coup elle n’a jusqu’ici rien osé dire. Et donc la Russie a attendue jusque la pour crier a la connivence de la Turquie avec daech. La réaction de la Russie est même tellement violente qu’elle donne l’impression de préparer le terrain a la guerre, elle mène une vraie campagne de diabolisation de la Turquie. Affaire a suivre…

    • Anonyme dit :

      Je pense que la Turquie n’a rien à craindre de la Russie. Elle essaye juste de garder son sang-froid face à une Russie très destructive. Poutine croit sanctionner la Turquie alors qu’il sanctionne en réalité son peuple. L’opposition russe commence même à dénoncer la politique sévère et émotionnelle de Poutine. La Turquie donne une bonne leçon de diplomatie en observant attentivement la situation mais elle n’hésitera pas à riposter le moment venu. Erdoğan est même prêt à démissionner si la connivence avec Daesh est prouvée; c’est une très bonne occasion pour se débarrasser de ce leader qui déjoue les projets malsains de nombreux pays… surtout de la Russie.

  3. Anonyme dit :

    Par cette initiative, la Turquie a montré à juste titre sa capacité à agir selon les règles d’engagement qu’elle a annoncés depuis le début de la crise syrienne. L’avion abattu pouvait très bien être syrien et dans ce cas l’affaire n’aurait sûrement pas fait autant de répercussion qu’aujourd’hui. Mais vu que l’avion est russe, le monde entier en parle naturellement. C’est aussi un choc évident pour Poutine qui n’attendait pas une telle action de la part de son partenaire économique. Il faut noter que la Turquie est un acteur incontournable dans cette crise. Elle n’est plus le pays frileux que l’Occident était habitué à voir. La crise syrienne est devenue tellement compliquée qu’elle peut donner naissance à des événements inattendus en raison de l’intervention de plusieurs pays (notamment la Russie) qui n’ont, à mon avis, rien à faire sur le sol syrien.

    • RIFF Béatrice dit :

      Il me semble que l’affirmation selon laquelle la Russie, entre autres pays, n’a rien à faire sur le sol syrien est erronée. Du fait des relations syro-russes, la Russie est habilitée à agir sur le sol syrien au même titre que la Turquie. Les Russes protègent le pouvoir alaouite (qui protège les chrétiens) pour pouvoir conserver leur accès à la Méditerranée (« les mers chaudes »). Ce même pouvoir alaouite permet à l’Iran de conserver son influence sur le Liban via le Hezbollah.
      La Syrie ne s’appartient malheureusement pas. Elle est un enjeu pour de (très, trop) nombreux acteurs régionaux. Bien malin qui peut dire à qui va profiter la crise actuelle. D’autant qu’une action jugée bonne un jour peut se révéler être une erreur le lendemain. La seule certitude, c’est que l’Histoire est en marche.

      • Anonyme dit :

        Vos remarques sont très justes. Les pays qui interviennent en Syrie ou en Irak courent certes derrière leurs propres intérêts. Il n’y a pas de doute là-dessus. Mais le fait de vouloir protéger un pouvoir – alaouite ou sunnite peu importe- qui a causé la mort de plus de 350 000 personnes n’est pas explicable. La Turquie avait jadis de très bonnes relations avec le régime syrien jusqu’au jour où Assad a commencé à dérailler et à massacrer son propre peuple. L’intérêt de la Turquie sera que les plus de 2 millions de réfugiés retournent chez eux vu le fardeau économique et social en conséquent. Un autre exemple: la Turquie n’est pas en accord avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi bien que celui-ci soit sunnite tout comme Erdoğan. Mais la Turquie ne reconnait pas une personne ayant accédé au pouvoir via un coup d’État. Je pense donc que la Turquie agit davantage dans le cadre des principes démocratiques et humains plutôt que confessionnels ou religieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *