• Non classé
  • 0

La campagne pour la « restauration » de Deniz Baykal a commencé…


Un vieil adage américain dit que les juges de la Cour suprême «meurt parfois et ne démissionnent jamais», on pourrait l’inverser pour l’appliquer à Deniz Baykal en disant qu’il démissionne parfois pour ne jamais partir. Aussi incroyable que cela puisse paraître, le leader du CHP, qui a démissionné le 10 mai 2010, suite à la publication sur internet d’une vidéo qui le montrait dans une situation compromettante avec une députée de son parti, Nesrin Baytok (3e debout à partir de la droite, sur la photo), pourrait bien revenir, voire tenter de surfer sur ce scénario de «comeback» pour restaurer sa position au sein du parti. Alors même que l’annonce de sa décision avait été accueillie par des «yapma !» («ne le fais pas !») et même par les pleurs des membres du comité central du CHP, toutes les instances et les organisations de celui-ci ont lancé des pétitions pour lui demander de revenir. Le 11 mai, un groupe de militants a même entamé une grève de la faim devant la résidence du leader déchu. Tandis que l’administration du parti kémaliste a donc manifestement commencé à structurer une campagne pour le retour de Deniz Baykal, ce dernier, parlant à la presse, a choisi de faire planner le doute : “Je vais observer les militants de mon parti et mes concitoyens. S’ils veulent que je revienne, il est possible que je le fasse, s’ils ne le veulent pas, alors je mettrai un terme à ma carrière politique.” Il a annoncé qu’il ne participerait pas au prochain congrès du parti, qui doit se tenir les 22 et 23 mai, ce qui ne signifie pas pour autant qu’il est définitivement parti.

Car, le scénario que beaucoup de responsables politiques et d’observateurs avaient pronostiqué, dès la démission de Baykal, semble en train de se réaliser. Il faut dire que la succession du leader kémaliste partant apparaît aujourd’hui comme quasi-impossible. En effet, l’administration du CHP est tellement inféodée, depuis 20 ans, au député d’Antalya, qu’aucun candidat n’ose se faire connaître. Kemal Kılıçdaroğlu, qui apparaît depuis ses bons résultats à Istanbul lors des élections locales de 2009, comme l’alternative la plus réaliste et dont le nom est prononcé par beaucoup depuis deux jours, n’ose manifestement pas faire acte de candidature. Gürsel Tekin, le frondeur responsable de la Fédération du CHP à Istanbul, a annoncé qu’il se présenterait si Kılıçdaroğlu renonçait à le faire, mais moins encore que ce dernier, il paraît en mesure de se faire élire par le prochain congrès. En réalité, en démissionnant, Deniz Baykal a orchestré le vide et ce scénario du vide semble être en train de prendre corps, tétanisant les successeurs potentiels et préparant le rappel du “grand leader irremplaçable”. Ainsi, pour beaucoup, désormais, le problème n’est pas de savoir si Baykal reviendra, mais quand il reviendra.

Au sein de l’appareil du parti, certains annoncent que Deniz Baykal, pourrait être réélu en son absence (sic) lors du prochain congrès, ce qui ouvrirait la voie à une sorte de retour “triomphal” instané. Mais d’autres souhaiteraient qu’une sorte de secrétaire général intérimaire soit désigné, ce qui permettrait au leader démissionnaire de préparer sa “restauration” avant les élections législatives de juillet 2011. Les partisans de ce second scénario pensent en effet qu’un retour précipité de Baykal pourrait influencer négativement l’opinion, au moment où doit se tenir le référendum sur la révision constitutionnelle qui a été adoptée, il y a une dizaine de jours par le parlement. On peut se demander aussi ce que sera la réaction du “peuple turc de gauche”. Prise entre sa crainte de faire le jeu de l’AKP et son souhait d’ouvrir enfin une nouvelle ère, la société civile laïque est-elle en mesure de se faire entendre et d’empêcher le retour de Baykal ? Rien n’est moins sûr…

Pour sa part, l’AKP a vivement réagi aux propos de Deniz Baykal affirmant que la publication de la vidéo licencieuse était un “komplo” ourdi contre lui par le gouvernement, au moment où le président de la République s’apprête à soumettre la révision constitutionnelle à référendum. Le CHP et son ex-leader n’ont d’ailleurs pas dit si la vidéo était ou non un montage, et si les personnages qui y sont montrés, sont ou non ceux qu’elle prétend montrer. Deniz Baykal a-t-il l’intention d’instrumentaliser cette affaire pour faire barrage au référendum de révision ? Cela semble tout de même très risqué. Certains observateurs pensent par ailleurs que l’AKP pourrait être tenté d’organiser des élections législatives anticipées, à la fois pour prendre le CHP de court, si Baykal a programmé son retour, et pour devancer un éventuel renouveau du parti, si son départ est confirmé. Pourtant, depuis le début le parti gouvernemental, crédité par de récents sondages d’une influence électorale (38% des intentions de vote environ) lui donnant une avance confortable sur son principal rival, semble avoir préféré de jouer la carte de la force tranquille, et ne cesse de rappeler son attachement à la moralisation de la vie politique. Face aux manoeuvres ou aux manipulations en cours dans le camp adverse, cette stratégie pourrait bien s’avérer payante en 2011, comme elle l’avait été en 2007.
JM


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search