• Non classé
  • 0

Les dépenses militaires, principal enjeu d’un nouveau rapprochement gréco-turc.


Recep Tayyip Erdoğan a entamé le 14 mai, une visite officielle en Grèce, accompagné par un aréopage impressionnant de ministres et d’hommes d’affaires. Dix ministres faisait partie de la délégation turque, notamment le vice-premier ministre Ali Babacan, le ministre d’Etat Zafer Cağlayan, le négociateur en chef pour l’UE Egemen Bağış, le ministre de l’Intérieur Beşir Atalay, le ministre des affaires étrangères Ahmet Davutoğlu, le ministre de l’Education Nimet Çubukçu, le ministre de l’énergie Taner Yıldız, le ministre de l’énergie et du tourisme Ertuğrul Günay, le ministre des transports Binali Yıldırım et le ministre de l’environnement Veysel Eroğlu. Tous ces ministres ont eu des contacts bilatéraux avec leurs homologues grecs, mais ils ont également travaillé avec eux, au sein d’une nouvelle structure gouvernementale intégrée. Vingt-un accords de coopération ont, en effet, été signés, vendredi, dans le cadre d’une instance conjointe dénommée «Haut-Conseil de coopération gréco-turc», qui est présidée par les chefs de gouvernement des deux pays, et qui se réunira désormais chaque année.

On s’attend donc à ce que cet événement donne un coup de fouet à des relations gréco-turques qui, depuis l’embellie de ce qu’on avait appelé, il y a 10 ans, «la diplomatie des tremblements de terre», semblent être tombées dans une certaine apathie. En 1999, en effet, la survenance presque concomitante de séismes, en Turquie et en Grèce, avait été l’occasion, de part et d’autre, d’une offensive diplomatique, qui a paru s’enliser par la suite, en particulier du fait de la persistance du conflit chypriote. Ce n’est pas un séisme naturel qui est, cette fois, derrière cette nouvelle tentative de réconciliation gréco-turque, mais un séisme économique. La crise financière, qui a frappé la Grèce de plein fouet, a conduit à s’interroger sur certaines des dépenses anormales de ce pays, en particulier sur le maintien d’un budget militaire grec particulièrement lourd, justifié par la persistance de la rivalité conflictuelle qu’entretiennent Athènes et Ankara. Les deux pays conviennent aujourd’hui qu’il est grand temps de mettre un terme à cette situation anachronique. Pour autant, le problème des dépenses militaires ne se pose pas de la même façon d’un côté et de l’autre de la mer Égée.

Tandis que la Turquie dépense près de 14 milliards de dollars pour sa défense, le budget total de la Grèce dans le même secteur atteint 10 milliards de dollars. Vu sous cet angle le montant des dépenses militaires gréco-turques, et les problèmes qui en résulteraient, ne paraissent pas très éloignés. Toutefois, il faut mettre ces chiffres en rapport avec les populations des deux pays et avec leurs forces économiques respectives. La Turquie est un pays 7 fois plus peuplé que la Grèce (74 millions d’habitants contre 10 millions d’habitants), et elle pointe actuellement à la 15e place du classement du FMI, tandis que son voisin grec se situe au-delà du 30e rang mondial de ce même classement. En Turquie, le budget militaire représente 2% du PIB, en Grèce, 3,3%. Il n’est dès lors pas étonnant que le montant de la défense par habitants en Grèce (1000$) soit plus élevé qu’en Turquie (200$).

Au cours des derniers jours, on a souvent pointé du doigt les dépenses militaires grecques, dans diverses enceintes européennes, en affirmant qu’une intégration européenne de la Turquie favoriserait une réduction des dépenses militaires dans les deux pays. À y regarder de plus près, le problème se pose de façon un peu plus complexe. Car, si en Grèce, l’ouverture de la chasse aux déficits publics a mis le budget militaire dans le collimateur des experts chargés de résoudre la crise financière, en Turquie, il faut voir que ces débats sur les dépenses militaires grecques surviennent au moment même où l’on s’interroge sur la capacité des forces armées à assumer leurs missions. L’implication de l’armée turque, tant dans le fonctionnement du système politique que dans la «sale guerre» contre la rébellion kurde du sud-est menée dans les années 1990 en particulier, est aujourd’hui de plus en plus débattue. Ce ne sont pas seulement les complots ou les interférences de l’armée dans les affaires politiques que la presse dénonce aujourd’hui, mais également les erreurs du commandement militaire dont sont victimes quotidiennement des appelés turcs mal entrainés. En bref, dans ce pays, on assiste moins à un débat sur le montant des dépenses militaires qu’à une mise en cause du rôle de l’armée dans la vie publique, tandis qu’est revendiquée la mise en place d’un réel contrôle politique sur son action.

De longue date, en Turquie, l’armée a eu la haute main, non seulement sur le montant de son budget, mais également sur l’usage qui en fait. Armée de conscription omniprésente sur le territoire national, se muant le cas échéant en «super-police» répressive dans les départements kurdes du sud-est, elle est accusée de n’être plus adaptée à ses missions, au moment où elle est sollicitée sur des théâtres extérieurs (Liban, Afghanistan, piraterie en Somalie…) et où la politique étrangère d’Ankara connaît une mutation sans précédent (politique de voisinage, rayonnement sur la scène internationale…). On évoque ainsi, de plus en plus souvent, la création d’une armée de métier, et dans un premier temps la substitution à la conscription d’un système de tirage au sort permettant à la fois de réduire les effectifs et de trouver de nouvelles ressources (les «malchanceux» pourraient en effet s’exonérer de leurs obligations militaires par le paiement d’un impôt). Dans un article paru dans «Today’s Zaman», Eser Karakaş, le directeur du département européen de l’Université de Bahçeşehir, estime, pour sa part, que le débat sur le montant des dépenses militaires doit être relativisé pour ce qui est de la Turquie, en montrant que pour ce pays c’est une réflexion sur la nature des dépenses engagées qu’il faudrait ouvrir. Observant notamment les effectifs pléthoriques de l’armée turque et analysant son équipement, il montre que les armées les plus modernes dépensent beaucoup alors même qu’elles ont des effectifs limités, car elles sont le plus souvent des armées professionnelles. Là est aussi, selon lui, l’une des raisons de l’importance du budget militaire actuel de la Grèce, puisque celle-ci, qui a abandonné la conscription, dépense 60 000$ par soldat, quand la Turquie n’en dépense que 23 000.

On voit donc que, dans les deux pays, le débat militaire n’est actuellement pas similaire. En Grèce, dans le contexte d’une crise financière sans précédent, il s’agit surtout de réduire des dépenses qui sont disproportionnées, eu égard à la démographie et aux capacités économiques du pays. En Turquie, dans un contexte économique plus serein, il s’agit de réfléchir sur la nature même de ces dépenses et plus généralement sur les missions d’une armée qui échappe encore largement au contrôle public. Il reste qu’une coopération gréco-turque plus étroite dans un contexte européen pourrait permettre à Athènes et Ankara de mieux gérer ces problèmes militaires différents. Car, si l’intégration de la Turquie dans l’UE conduirait sans doute les Grecs à réduire durablement leur budget militaire, elle permettrait également aux Turcs d’achever la démilitarisation de leur système politique, de résoudre la question kurde et de mieux mettre leur armée au service d’une défense européenne.
JM



Citer ce billet
Jean Marcou (2010, 15 mai). Les dépenses militaires, principal enjeu d’un nouveau rapprochement gréco-turc. Observatoire de la vie politique turque. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/smku

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search