Le mouvement kurde entre le maquis et les urnes

Avis de recherche contre récompense émis par la police turque, barré de la mention "neutralisé" Source : https://www.facebook.com/arananteroristler

Avis de recherche contre récompense émis par la police turque, barré de la mention « neutralisé »
Source : https://www.facebook.com/arananteroristler

 

Face à la reprise d’un conflit armé d’envergure entre les forces de sécurité turques et le mouvement armé kurde depuis juillet 2015, de nombreux observateurs enterrent déjà le « processus de paix », officiellement engagé en mars 2013. À l’heure où l’idée de reprise d’un processus de paix a été émise par le Premier Ministre turc Ahmet Davutoglu en avril 2016, l’analyse des interactions entre le HDP (Parti Démocratique des Peuples), l’actuel parti politique pro-Kurde, et la guérilla kurde au cours de la période électorale de juin et depuis la reprise du conflit armé en juillet 2015, ouvre pourtant des perspectives sur l’évolution possible du conflit et permet de formuler de nouvelles hypothèses de pacification1.

Un processus de paix incertain face aux enjeux électoraux du 7 juin 2015

Depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP (Parti de la Justice et du Développement) en 2002, l’expression d’une volonté de résolution politique de la question kurde, est régulièrement interrompue par la reprise de discours sécuritaires et de campagnes militaires contre la rébellion kurde. « L’ouverture démocratique » engagée par le gouvernement de l’AKP entre 2009 et 2011 (voir la chronologie 2009-2014) sous l’impulsion du processus d’adhésion à l’UE, a en effet permis une reconnaissance relative de certains droits culturels des Kurdes, laissant croire en une possible reformulation des fondements nationalistes de la République turque. En parallèle s’amorçait néanmoins une restriction générale des droits et libertés ainsi qu’une pratique de plus en plus autoritaire du pouvoir. Aussi, bien que le tabou de la « question kurde » semblait tombé, elle était alors utilisée comme une variable d’ajustement, au fil des échéances électorales.

Depuis l’appel d’Abdullah Öcalan à un processus de résolution politique, lu à l’occasion du Newroz le 21 mars 2013, les étapes pour parvenir à l’ouverture de négociations de paix (cessez-le feu et début de retrait des combattants kurdes vers les montagnes de Qandil au Kurdistan irakien, suspension des opérations militaires, mise en place d’un comité de sages – voir notre édition du 30 avril 2013) demeuraient en grande partie opaques. Chaque partie pouvait dénoncer l’absence de coopération de l’autre, sans qu’il n’y ait de visibilité sur la réalité de leurs actes respectifs. En outre, les dix points énoncés lors de la déclaration conjointe de Dolmabahçe le 28 février 2015 afin de guider le processus de paix (voir notre édition du 2 mars 2015), étaient d’une imprécision telle qu’ils ne pouvaient servir de base à des négociations concrètes. Depuis 2013, les opérations militaires dans les montagnes des régions kurdes se poursuivaient ainsi dans une relative indifférence2. Par ailleurs, la guérilla kurde menaçait à plusieurs reprises de reprendre les armes, notamment face à l’absence de réaction des autorités turques lors de l’offensive de l’organisation de l’État Islamique sur Kobanê, à l’automne 2014 (voir notre édition du 6 octobre 2014). Il y a quelques mois seulement, avant les élections du 7 juin 2015 (voir notre édition du 22 juin 2015), l’actuel président Recep Tayyip Erdoğan, cherchant le soutien des ultra-nationalistes, déclarait déjà qu’il n’y avait pas de « question kurde » en Turquie, ce qu’il réitéra le 6 janvier 2016. Si le retour de l’AKP à une approche sécuritaire a aussi été interprété comme une réaction au renforcement des combattants kurdes en Syrie qui semblait contredire la volonté exprimée par le PKK de peu à peu renoncer à la lutte armée, il peut aussi être analysé comme une réponse à la concurrence politique que commençait à représenter le parti pro-Kurde, notamment en attirant des électeurs kurdes qui auparavant votaient pour l’AKP. Sans transparence sur les étapes du processus, sur les participants, mais aussi sans base légale et constitutionnelle ni mécanismes de contrôle, le processus de paix semblait voué à l’échec. Pourtant, les évolutions sous-jacentes qui prennent place au sein du mouvement kurde depuis la fin des années 90, en dépit de la répétitivité des cycles de violence, permettraient de construire un processus davantage stable (voir notre édition du 11 janvier 2016).

Le mouvement kurde entre les urnes et les armes

L’acteur légal pro-kurde, aujourd’hui représenté par le HDP (Parti Démocratique des Peuples), une coalition de partis d’opposition, a ancré la volonté d’une solution politique en tentant de se faire accepter comme un acteur à part entière du système turc. Il demeure cependant intrinsèquement lié au mouvement armé kurde dans ses objectifs, mais aussi du fait des trajectoires politiques de ses membres, de leurs liens familiaux avec la guérilla, et de leur expérience personnelle du conflit. Ainsi, face à la détermination croissante du parti pro-kurde d’être un parti « pour la Turquie », certains observateurs et personnalités politiques estiment que la crédibilité du HDP, en tant qu’acteur légal, tient dans sa capacité à se différencier du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan). Afin de convaincre la rébellion de déposer les armes, il faudrait selon eux marginaliser les « radicaux » au sein du mouvement kurde. De nombreux auteurs en étude des conflits considèrent aussi que le processus de désescalade de la violence est le résultat d’un renversement d’équilibre entre les radicaux et les modérés au sein d’un mouvement3. Dans le domaine de l’étude des mouvements sociaux, l’interaction intra-mouvement est également souvent considérée sous l’angle de la compétition entre différentes formes de contestation et de la déradicalisation qui peut en résulter4. Peu d’études ont insisté sur la nécessité de coopération et de cohésion entre différents acteurs et stratégies de contestation au sein d’un mouvement pour parvenir à la résolution des conflits5.

Alors qu’on observe, en parallèle de la stratégie « nationale » du HDP, un regain de visibilité d’acteurs kurdes armés dans les villes du Sud-Est (voir notre édition du 20 août 2015) aujourd’hui sous couvre-feu (YDG-H, Mouvement de la Jeunesse Patriotique Révolutionnaire, puis YPS, Unités de Défense Civile), interprété comme une radicalisation de la jeunesse urbaine kurde, et la reprise d’attentats revendiqués par le TAK (Faucons de la Liberté du Kurdistan) depuis décembre 20156, la désescalade de la violence peut être recherchée non pas par la compétition entre le parti pro-kurde et les acteurs armés, mais au contraire, dans leur complémentarité. La compréhension de l’influence de cette relation sur le conflit permettrait alors de donner une nouvelle impulsion aux efforts de paix.

Par le passé, d’autres partis pro-rebelles, comme le Sinn Fein en Irlande, et Herri Batasuna au Pays Basque, se sont confrontés au même dilemme : être considérés comme les branches légales d’un mouvement armé, tout en affirmant leur indépendance vis-à-vis de ce dernier ; accepter un processus de contestation par les urnes, bien que refusant de condamner l’action armée. C’est aussi la position qu’ont adoptée les partis pro-kurdes successifs. Nés de la scission de certains membres kurdes du Parti Social Démocrate (SHP) en 19907, les partis politiques pro-kurdes ont cherché, depuis leur création, à intégrer la politique turque locale mais aussi nationale, en adoptant diverses méthodes pour tenter de surmonter les obstacles imposés par les lois électorales turques (se présenter sur les listes d’un autre parti, former des blocs pro-kurdes, soutenir des candidats indépendants). Cependant, les partis pro-kurdes successifs ont tous été critiqués pour leur refus de condamner la lutte armée8. Ils ont entretenu des liens explicites avec la guérilla, en cherchant notamment à se positionner comme intermédiaires entre le mouvement armé kurde et les autorités et en adoptant un discours idéologiquement similaire, d’autant plus depuis la promotion du concept d’autonomie démocratique par le mouvement kurde au milieu des années 2000, mettant fin à ses revendications séparatistes. Depuis l’adoption de cette position par le PKK et par les organisations de la société civile kurde sous la bannière du DTK (Congrès pour une Société Démocratique), les partis pro-kurdes successifs défendent eux aussi un accroissement des pouvoirs des municipalités.

Plusieurs activistes kurdes interrogés au printemps 2015, au cours de la période électorale, nous faisaient part de leur déception vis-à-vis du mouvement kurde en Turquie, ainsi que d’Öcalan et du PKK, mais aussi vis-à-vis de la stratégie du HDP. Ils étaient tiraillés entre la volonté de ne pas trahir les représentants historiques de l’identité kurde en Turquie et de leur lutte, et un sentiment d’incompréhension face à la dilution du discours nationaliste dans le projet, selon eux trop abstrait, d’autonomie démocratique. Ils condamnaient ainsi fermement la volonté d’ouverture affichée par le HDP et sa stratégie de « Turquification »9 (Türkiyelileşme). On pouvait craindre que ce rejet ne détourne une partie du mouvement d’une perspective de résolution politique, privilégiant alors la lutte armée ainsi qu’un retour à un « nationalisme narcissique », comme le nomme Hamit Bozarslan. L’enjeu pour le HDP était donc à la fois d’attirer certains électeurs qui ne votent pas traditionnellement (voir notre édition du 18 novembre 2015) pour le parti pro-kurde10, tout en démontrant aux membres davantage nationalistes du mouvement que le parti était porteur de revendications radicales, malgré sa participation au système électoral à l’échelle nationale.

À cette fin, le HDP et le PKK, par le biais du KCK11 (Union des Communautés du Kurdistan), réaffirmaient l’indépendance de leurs structures et de leurs actes, en mettant en scène leurs divisions, avant les élections de juin. Par peur aussi que le HDP ne fasse les frais de la répression anti-terroriste, ils soutenaient qu’ils n’étaient liés par aucun lien organique ou hiérarchique. Cemil Bayık, co-président du KCK, se permettait néanmoins de commenter les actions du HDP, en le mettant notamment en garde de ne pas devenir un acteur « du système », sous-entendu trop modéré. Selahattin Demirtaş, co-président du HDP, insistait aussi sur son refus de se plier aux ordres du PKK quels qu’ils soient, mais reconnaissait en contrepartie qu’il ne pouvait aucunement influer lui-même sur l’attitude de la guérilla. Afin d’être soutenus par les plus radicaux, certains membres du HDP déclaraient par ailleurs que ce parti était le prolongement d’une lutte révolutionnaire, le « ciment des barricades ». Ils refusaient tout au long de la campagne de condamner explicitement la lutte armée, jusqu’à y être contraints en août 2015, face à la reprise du conflit et aux difficultés rencontrées pour former un gouvernement (voir notre édition du 6 janvier 2016). En outre, la création du HDP et la stratégie de participation aux élections législatives en tant que parti étaient ouvertement soutenues par le PKK, puisque l’idée même de création d’un parti regroupant plusieurs forces de l’opposition turque autour d’un bloc pro-kurde a été émise dès 2011 par Öcalan, qui l’envisageait comme l’héritier de la lutte kurde. Les dirigeants du PKK ont aussi affirmé leur soutien au processus électoral, allant jusqu’à déclarer un cessez-le-feu unilatéral début novembre 2015 (voir notre édition du 12 septembre 2015), jusqu’au résultat des élections le 1er novembre 2015, en dépit du contexte des opérations de l’armée turque dans le Sud-Est, des violences urbaines et des couvre-feux. Le soutien du PKK à la stratégie électorale et au processus de paix jusqu’en juillet 2015, a aussi été favorisé par le redéploiement de combattants du PKK en Syrie et par le renforcement du PYD (Parti de l’Union Démocratique), la branche syrienne du PKK, grâce au soutien militaire qu’il reçoit des États-Unis et des Russes dans son combat contre l’organisation de l’État Islamique. Le PKK pouvait donc soutenir le processus de paix en Turquie et la voie électorale, sans faiblir dans son rapport de force avec les autorités turques.

Marginalisation et radicalisation

Si l’on considère que les parties à un conflit sont davantage susceptibles de négocier lorsqu’elles sont en position de force, cet équilibre est crucial en vue d’un processus de paix puisqu’il permet de rallier les plus radicaux à la voie politique, sans entrer en concurrence avec la lutte armée. Ainsi, le potentiel de pacification porté par le HDP en tant qu’acteur politique pro-kurde tient de sa capacité à convaincre les acteurs armés qu’il peut porter leurs revendications dans la sphère politique et qu’il en élargit ainsi la portée. Pour ce faire, il doit être vu par les sympathisants du mouvement kurde comme un acteur radical, au sein du système politique turc. À l’inverse, la disjonction entre le HDP et les acteurs plus radicaux du mouvement, prônée par les autorités, éloignerait la perspective d’une résolution politique de la question kurde.

La reprise de la lutte armée depuis juillet 2015 a lieu dans un contexte d’attaques à répétition contre le HDP. Plus de deux cents attaques, perpétrées notamment par des ultra-nationalistes contre des bureaux du HDP ou des personnes identifiées comme pro-kurdes, ont été enregistrées au cours des deux mois de campagne pour les élections de juin. Le renouveau du conflit en Turquie s’inscrit aussi en réaction contre les positions ambiguës des autorités turques vis-à-vis de groupes djihadistes en Syrie, et dans la suite des attentats revendiqués par l’organisation État Islamique, contre un meeting du HDP à Diyarbakır, le 5 juin 2015, soit deux jours avant les élections, et à Suruç, le 20 juillet 2015, contre un rassemblement de jeunes socialistes, autour d’initiatives de reconstruction de Kobanê (voir notre édition du 23 juillet 2015). Les autorités turques ont par ailleurs tenté de criminaliser les discours des membres du HDP ainsi que des voix de la société civile. Après avoir déclaré l’autonomie de leur région en août 2015, en réponse à la reprise du conflit armé, cinq maires HDP de villes du Sud-Est avaient fait l’objet d’arrestations et de procédures judiciaires pour atteinte à l’unité et à l’intégrité de l’État. Depuis juillet 2015, Erdoğan réclame aussi la levée de l’immunité parlementaire des co-leaders du HDP. Une demande en ce sens a ainsi été formalisée début mars 2016 par le Procureur Général à l’encontre de cinq députés du HDP, pour « propos visant à provoquer des tensions ethniques dans la population » et pour « appartenance à une organisation terroriste armée ».

L’impasse politique qui précède la reprise de la lutte armée, conforte l’idée que l’interaction discursive et la mise en scène de tensions entre le HDP et le PKK au cours de la campagne servaient à renforcer la voie électorale et la stratégie politique, alors dans une phase ascendante. Lors d’entretiens effectués avant les élections de juin, certains Kurdes nationalistes, déçus des positions à leurs yeux insuffisamment radicales du mouvement kurde et du HDP, estimaient cependant qu’ils n’avaient de choix que de soutenir le HDP, en l’absence d’autres représentants légaux du mouvement. Ils ont par la suite été convaincus que la stratégie électoraliste ne pouvait fonctionner et que la lutte armée était légitime, du fait de l’échec de la formation d’un gouvernement, de la violence à l’encontre du HDP et de l’attentat de Suruç, ainsi que des bombardement turques des rebelles kurdes en Syrie et de la position des autorités turques vis-à-vis des groupes djihadistes. L’autonomisation de fait des cantons kurdes en Syrie, qui tend aujourd’hui à se formaliser, a aussi ravivé le rêve de certains de voir un jour un Kurdistan indépendant. Afin de conserver le soutien de la tendance la plus radicale du mouvement, et d’être considéré, dans un futur plus propice à la discussion, comme un représentant des revendications kurdes, le HDP, quant à lui, revient peu à peu vers un discours centré sur la question kurde, alors que la campagne électorale était marquée par une posture pro-démocratique plus large. En décembre 2015, lors d’une réunion du DTK, Demirtaş a en effet explicitement défendu un processus d’autonomisation locale, voire, un jour, d’indépendance.

Ainsi, associées à l’arrêt des opérations militaires dans les régions kurdes de Turquie, la reconnaissance du HDP comme un acteur politique à part entière du système turc et l’acceptation de la coopération entre le parti pro-kurde et les acteurs armés, sont des conditions nécessaires à la construction d’un processus de paix stable et à la désescalade de la violence. Ce processus ne se fera ni sans le parti pro-kurde, ni sans le PKK, comme semble aujourd’hui l’envisager le gouvernement. La question du désarmement ne pourra se poser que dans un temps ultérieur, lorsque des négociations transparentes seront entamées et aboutiront sur des engagements réciproques entre les parties au conflit.

  1. Ce texte est basé sur un mémoire de recherche au sujet des interactions entre le HDP et le mouvement armé kurde durant la campagne pour les élections législatives du 7 juin 2015 et jusqu’en septembre 2015, interrogeant ainsi l’impact de la relation entre la participation aux processus électoraux à l’échelle nationale et la lutte armée sur l’évolution du conflit. []
  2. Voir notamment les offensives du 12.10.2014 et du 24.03.2015. []
  3. Voir Della Porta, Donatella ; LaFree, Gary, 2012. « Guest editorial: processes of radicalisation and de- radicalisation », International Journal of Conflict and Violence, 6 :1, 4-10. []
  4. Voir Tarrow, Sidney G., 2011 (1994; 1998). Power in movement, Social movements and contentious politics, New York: Cambridge University Press []
  5. Söderberg Kovacs, Mimmi. 2007. From Rebellion to Politics: The Transformation of Rebel Groups to Political Parties in Civil War Peace Processes. Uppsala: Uppsala University Press []
  6. Le TAK (Teyrênbazê Azadiya Kurdistan) est un groupe indépendantiste kurde qui prétend avoir fait sécession du PKK en 2004, en raison d’un désaccord sur l’évolution de la ligne idéologique, des objectifs politiques et des modes d’action du PKK. Le TAK revendique néanmoins toujours une forme d’allégeance à Abdullah Öcalan, leader historique du PKK. Actif entre 2004 et 2008, puis en 2010 et 2011, le TAK a repris ses actions terroristes en 2015 par un attentat à l’aéroport d’Istanbul Sabiha Gökçen le 22.12.2015, puis à Ankara les 17.02.2016 et 13.03.2016. []
  7. Voir Watts, Nicole F., 1999. “Allies and enemies: pro-Kurdish parties in Turkish politics 1990–1994”, International Journal of Middle East Studies, 31(4), pp. 631–656 ; et Bozarslan, Hamit, 1996. “Political crisis and the Kurdish issue in Turkey”, in Olson (Ed.), The Kurdish Nationalist Movement in the 1990s: Its Impact on Turkey and the Middle East, Lexington, KY: University Press of Kentucky []
  8. Günes, Cengiz, 2012. The Kurdish National Movement in Turkey, From Protest to Resistance, Oxon and New York : Routledge []
  9. « Türkiyelileşme », est le processus défendu par le HDP au cours de la campagne pour les élections de juin 2015, consistant à devenir un parti d’importance à l’échelle nationale, s’ouvrant au-delà de l’électorat kurde. []
  10. Il s’agit notamment des électeurs kurdes de l’AKP, et des électeurs non-kurdes de l’opposition []
  11. Le KCK (Koma Civakên Kurdistan) est l’organe exécutif du mouvement kurde qui chapeaute toutes ses composantes. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anonyme dit :

    Guérilla ? Rébellion ? Je pensais que le PKK était une organisation terroriste reconnue également par la France. Mais non, c’est juste du bluff on le sait…
    Je suis convaincu que le HDP ne pouvait en aucun cas entrer dans la vie politique sans le soutien de l’Europe et des médias hostiles à la Turquie. Bruxelles autorise toujours toute propagande pro-PKK, donc pro-HDP. La France ferme les yeux sur les activités du PKK sur son sol. On essaye de faire croire que les forces armées turques massacrent les Kurdes et que le HDP est le seul représentant des Kurdes, etc… En bref, le HDP a le soutien de tous les entourages ennemis à la Turquie, sauf des citoyens de la République de Turquie qui soutiennent davantage le gouvernement malgré toute désinformation et mensonge. Ce qui compte c’est l’intégrité territoriale du pays et le HDP est considéré comme le premier danger visant cette intégrité.
    De plus, je tiens à préciser qu’il n’existe aucune région kurde en Turquie. Il s’agit de régions peuplées majoritairement de Kurdes. Il faut faire la différence. On ne peut pas dire que Marseille est une région algérienne vu le nombre d’algériens, ça serait insolite.
    Le PKK est une organisation terroriste tout comme Daesh, Boko Haram, Al-Qiada, à éliminer. Mais malheureusement, plutôt que de soutenir la Turquie dans sa lutte contre le terrorisme, certains milieux préfèrent soutenir le PKK pour ralentir le développement et l’influence de la Turquie au Moyen-Orient. Le gouvernement turc aurait du mener la lutte dès le début et ne pas donner le temps au PKK de stocker des armes, de poser des bombes.
    La grande majorité de la population en Turquie – notamment Kurdes -veut l’élimination totale du PKK. Vous semblez être optimiste pour la relance des négociations mais croyez moi que si le gouvernement tombe une deuxième fois dans la même erreur, les prochaines élections se solderont par un échec pour l’AKP. Imaginez un peu si le MHP, très sévère envers le HDP et déterminé à les chasser du pays, venait au pouvoir… ça serait la catastrophe pour la Turquie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *