Kemal Kılıçdaroğlu s’installe à la tête du CHP


À l’issue du Congrès qui l’a triomphalement élu, le nouveau leader du CHP fait, en ce début de semaine, l’objet de toutes les attentions des médias qui s’interrogent sur la réalité du changement vécu ces derniers jours par la principale formation d’opposition. Sur la lancée de son discours d’investiture, au cours duquel il avait placé la lutte contre la pauvreté et le chômage en tête de ses priorités, Kemal Kılıçdaroğlu a annoncé qu’il effectuerait prochainement un voyage à Zonguldak, où 28 mineurs ont péri, la semaine dernière, dans un accident. Son tout premier déplacement de leader du CHP a cependant été géographiquement moins éloigné, puisque, lundi 24 mai, il l’a conduit chez son prédécesseur. La presse pro-gouvernementale fait ses gorges chaudes de cette visite incontournable l’illustrant de photos prises à la sauvette, et montrant “Kemal Bey” devisant avec “Deniz Bey”, derrière la haie fleurie du balcon de la résidence de ce dernier. “Il est très satisfait de notre Congrès. Il nous a fait des suggestions que nous allons retenir. Ce fut une bonne discussion. Il n’y a pas de ressentiment entre nous.”, a déclaré le nouveau leader du CHP à l’issue de cette rencontre.

En réalité, les commentateurs s’interrogent désormais sur la marge de manœuvre dont va disposer “Gandhi Kemal” à l’égard de l’héritage baykalien du CHP et, à cette fin, “épluchent” de long en large la liste des nouveaux membres du MYK (Merkez Yönetim Kurulu), le Comité central du parti kémaliste. Comme cela était attendu les plus proches alliés de Deniz Baykal (comme Mustafa Özyürek, Yılmaz Ateş, Onur Öymen et Cevdet Selvi) ne figurent pas dans la nouvelle direction. Seuls Önder Sav, Mehmet Ali Özpolat, Faik Öztrak et Mesut Değer ont réussi à se maintenir. Tous n’étaient pourtant pas des fidèles de Baykal, puisqu’on se souvient que Mesut Değer s’était opposé à lui sur la question kurde. En réalité, l’administration du parti semble dominée par deux hommes clefs qui sont pourtant rivaux : Önder Sav (le secrétaire général, compagnon de route de Deniz Baykal depuis plus de 50 ans) et Gürsel Tekin (le bouillant leader de la Fédération d’Istanbul du CHP). On observe également que Kemal Kılıçdaroğlu a maintenu en place Nuran Yıldız, connue pour ses liens avec l’armée, en particulier avec l’actuel chef d’état major, İlker Başbuğ. En 2007, cette universitaire avait publié un ouvrage où elle justifiait le rôle politique joué par l’armée, en attribuant à celle-ci une fonction d’alerte en cas de menace pour la démocratie. On relève aussi que plusieurs journalistes du quotidien kémaliste «Cumhuriyet» figurent dans l’administration du parti, notamment : Mehmet Faraç, Melda Onur and Enver Aysever.

Certes, l’avènement de Kemal Kılıçdaroğlu a permis la nomination à des postes de responsabilité d’opposants notoires à Deniz Baykal, notamment des personnalités qui se sont présentées naguère contre lui à la tête du parti, comme Hurşit Güneş, Haluk Koç ou Umut Oran. Plus surprenante en revanche est l’arrivée de Süheyl Batum, un universitaire assez nationaliste, réputé proche du DP (Demokrat Parti, Centre droit). Et ce, d’autant plus que l’on remarque par ailleurs l’absence de dissidents célèbres de la ligne Baykal, en particulier le député d’Istanbul Ali Topuz, le député de Yalova Muharrem İnce, et le récent candidat à la mairie d’Ankara, Murat Karayalçın. Il est vrai que ce dernier a préféré s’engager dans l’EDP (Eşitlik ve Demokrasi Partisi, Parti pour l’égalité et la démocratie), la nouvelle formation de gauche fondée par des alévis. Pourtant, on observe que Murat Karayalçın n’a pas hésité à critiquer le discours de Kemal Kılıçdaroğlu, lors du Congrès du CHP, en disant que le nouveau leader aurait du évoquer la réforme constitutionnelle, et annoncer un changement du mode de scrutin et du statut des partis politiques.

La presse n’a pas manqué également d’observer que Kemal Kılıçdaroğlu a obtenu l’adoubement des «grands anciens». Signes révélateurs de cette démarche de légitimation historique : Rahşan, la veuve de Bülent Ecevit, est venue apporter son soutien au nouveau leader ; Gülsün Bilgehan Toker, la petite-fille d’Ismet Inönü, a intégré la nouvelle administration du parti ; et «last but not least» Kemal Kılıçdaroğlu a coiffé solennellement la casquette, un geste perçu comme un hommage à Bülent Ecevit, alors même que la casquette en question ressemblait plus à celle des «dedes» alévis qu’à celle de marinier qu’affectionnait l’ancien leader du CHP (puis du DSP).

Mais, s’il faut en venir à des détails vestimentaires, c’est surtout la chemise portée par Kemal Kılıçdaroğlu, lors du congrès, qui aura déchainé les passions en particulier sur le web. Ayant délaissé le costume et la cravate pour être, selon ses dires, plus proches de ses concitoyens, «Gandhi Kemal» s’est vu reprocher l’origine (italienne) de sa chemise de marque et surtout son prix (500 TL, soit 250 €), un détail qu’il n’aurait appris que par la presse et qui l’a amené à jurer qu’il avait payé l’objet incriminé, rubis sur l’ongle et avec ses propres deniers.

Bien que l’incident ait amené le nouveau leader du CHP à revenir à une tenue plus traditionnelle au lendemain du Congrès, on retiendra qu’il est pour l’heure parvenu à provoquer un certain remue-ménage au sein de l’administration du parti. Mais pour mesurer l’ampleur des changements intervenus et leurs effets, il faudra attendre d’en savoir plus sur le programme de Kemal Kılıçdaroğlu, et voir comment l’opinion publique perçoit le renouvellement que le parti kémaliste tente actuellement de mener à bien.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.