Le « terrorisme » divise la Turquie et l’Union européenne dans la mise en œuvre de la levée des visas

On croyait l’affaire entendue, depuis les 4 et 5 mai derniers : la Commission européenne avait recommandé la suppression des visas pour les ressortissants turcs se rendant dans l’espace Schengen. La célérité de la Turquie à satisfaire les 72 critères de sécurité nécessaires à cette suppression, particulièrement depuis l’accord survenu entre Bruxelles et Ankara, le 18 mars, semblait indiquer que la satisfaction des 5 derniers critères, encore en instance, ne serait qu’une formalité. C’était oublier que l’un des critères, celui concernant l’harmonisation des législations de lutte contre le terrorisme, n’était pas sans poser problème, dans le contexte actuel.

En réalité, pour conclure l’ accord migratoire du 18 mars, les deux partenaires se sont résolus à un certain nombre de concessions mutuelles : tandis que la Turquie acceptait ce contre quoi elle s’insurge depuis le début de la crise syrienne, à savoir la pérennisation de son état d’immense camp de réfugiés pour le compte de la communauté internationale, l’Union européenne (UE), outre une participation aux frais (6 milliards d’€), s’engageait sur une relance de la candidature turque (par l’ouverture de nouveaux chapitres de négociation) et sur la levée des visas. Mais l’un et l’autre n’avaient visiblement pas prévu qu’il y aurait un ultime obstacle à surmonter.

La Turquie à l’offensive

Parmi les 5 derniers critères à satisfaire, la Turquie refuse de mettre en œuvre, en effet, celui qui l’oblige à assouplir sa législation sur le terrorisme ; une aberration dans le contexte actuel, explique le gouvernement turc, qui se dit engagé dans une lutte sans merci contre le terrorisme. Mais cette affirmation renvoie en réalité à des opérations multiples : celles menées contre le PKK depuis l’été dernier, mais aussi celles conduites contre Daech, qui se sont intensifiées ces dernières semaines. Alors que, depuis le mois de janvier 2016, le bombardement régulier de la ville frontalière de Kilis, par des rockets Katioucha tirées par l’Etat islamique, a fait 17 morts et plusieurs dizaines de blessés, une vingtaine de commandos de l’armée turque sont entrés en territoire syrien, le 8 mai, pour neutraliser des positions de l’organisation djihadiste, et essayer de mettre un terme à ce harcèlement. Dans le même temps, les dirigeants turcs, critiqués depuis l’été dernier pour avoir surtout fait la guerre au PKK, n’ont cessé de mettre en exergue leur nouveau statut d’ennemi résolu de Daech. Ainsi, à l’issue de cette incursion, lors d’un discours à Istanbul le même jour, Recep Tayyip Erdoğan a regretté que la Turquie ne soit pas plus soutenue par les Occidentaux face à Daech, et il a affirmé que « pas un de ceux qui disent combattre l’organisation djihadiste ne lui a causé des pertes comparables à celles que la Turquie est en train de lui infliger. » Dans le même discours, le chef de l’Etat turc a par ailleurs adressé d’autres reproches significatifs aux Européens. Estimant qu’ils n’avaient pas condamné et ressenti, de la même façon, les attentats commis à Ankara par les TAK (une organisation dissidente du PKK), en février-mars 2016, et ceux perpétrés, ces derniers mois, par des djihadistes, à Paris et à Bruxelles, il a jugé la vision européenne de la crise migratoire plus guidée par ses intérêts étroits, que par un réel souci humanitaire.

Ces propos présidentiels reflètent bien l’état d’esprit de la partie turque dans la négociation en cours avec Bruxelles. A l’occasion d’un éditorial, paru le 14 mai 2016, dans le quotidien pro-gouvernemental Daily Sabah, Ibrahim Kalin, le porte-parole de la présidence se montre encore plus explicite et prosaïque lorsqu’il évoque la négociation en cours. La réadmission des migrants prévue par l’accord du 18 mars fonctionne depuis le mois d’avril. Les flux migratoires se sont taris entre la Turquie et la Grèce, alors même que les combats continuent en Syrie, et que des réfugiés pénètrent toujours en territoire turc. L’Europe devrait donc se montrer satisfaite, explique Kalin. Or, avec ce critère sur le terrorisme, elle est en train de tout gâcher, et de bloquer la suppression des visas qui, toujours selon le porte-parole de la présidence, n’était pourtant pas une si grande faveur consentie à son pays, puisque les Etats du Golfe et d’Amérique latine en bénéficient déjà, alors même qu’ils ne sont, à la différence de la Turquie, ni signataires d’un accord d’union douanière, ni candidats à l’UE. De surcroît, Ibrahim Kalin rappelle que la levée des visas était déjà prévue par l’accord de réadmission de 2013 comme devant s’appliquer en octobre 2016, et qu’ainsi la seule faveur qu’aurait vraiment consentie les Européens à la Turquie, en l’occurrence, serait d’avoir accepté d’avancer de quelques mois, la mise en œuvre de la mesure en question.

L’Union européenne à nouveau prise dans ses contradictions

Le 13 mai 2016, l‘UE par la voix de son représentant à Ankara, a néanmoins fait savoir qu’elle travaillait à l’élaboration d’une solution acceptable pour les deux partis en ce qui concerne la satisfaction de ce dernier critère. Le chef de la délégation européenne en Turquie, Hansjörg Haber, a notamment expliqué que l’UE ne demandait pas une révision complète de la législation turque organisant la lutte contre le terrorisme, mais simplement une série d’aménagements propres à calmer les inquiétudes des experts. Recep Tayyip Erdoğan, moins flexible qu’Ahmet Davutoğlu, qui avait négocié les précédents accords, ne paraît pourtant pas enclin à céder quoi que ce soit. Et pour sa part, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission, sous la pression du Parlement européen et du Conseil de l’UE qui doivent encore se prononcer, a rappelé que les visas ne seraient pas supprimés, tant que tous les critères sans exception ne seraient pas satisfaits. Eu égard à l’importance que revêt le contenu de l’accord migratoire, on peut penser en réalité les deux protagonistes vont poursuivre leurs pourparlers. Il n’est que de constater que, si beaucoup de dirigeants européens ont critiqué les négociations engagées avec la Turquie pour résoudre la crise migratoire, aucun ne demande clairement leur remise en cause, et la plupart d’entre eux semblent les considérer comme nécessaires.

Mais, dans le nouveau marchandage qui s’esquisse, l’UE ne sera probablement pas très à l’aise. En premier lieu, il faut voir qu’au moment même où elle demande à la Turquie d’assouplir sa législation sur le terrorisme, certains de ses membres (la France, la Belgique…), en raison des récents attentats auxquels ils ont été confrontés, ont rigidifié leurs textes et réduit leurs garanties des droits. En second lieu, les concessions de l’Europe déjà critiquées lors de la signature des accords de novembre et de mars derniers, risquent d’être en l’occurrence évaluées à l’aune des opérations qui sont menées par l’armée turque dans les zones kurdes. Depuis l’été dernier, un certain nombre de villes (Cizre, Sur, Silopi, Nusaybin…) ont été soumises ou sont soumises à un statut de couvre-feu, et la répression qui y est conduite n’a pas seulement frappé des membres du PKK, mais également de nombreux civils tués, blessés, ou obligés de fuir leur domicile.

Dans le contexte actuel, l’UE se retrouve donc, encore plus que précédemment, prise entre le marteau et l’enclume : d’un côté, le gouvernement turc qui l’accuse de lui demander de sacrifier sa sécurité nationale alors que ses Etats membres recourent à l’état d’urgence pour répondre aux attentats, d’un autre côté, les ONG et des institutions comme le parlement européen qui entendent l’empêcher d’abandonner ses principes et notamment de fermer les yeux sur la situation dans les zones kurdes, pour résoudre la crise migratoire.

JM


5 réponses

  1. démocratie please dit :

    Les articles sur le terrorisme ne sont pas les seuls a poser problème pour la liberté en Turquie. Les articles 216, 299, 301 ET 314 servent également à la répression. Voir le document « COMMISSION EUROPEENNE POUR LA DEMOCRATIE PAR LE DROIT (COMMISSION DE VENISE) AVIS SUR LES ARTICLES 216, 299, 301 ET 314 DU CODE PÉNAL DE LA TURQUIE Adopté par la Commission de Venise lors de sa 106ème Session plénière (Venise, 11-12 mars 2016) » disponible sur internet. Il faut que l’Europe tienne bon et serve de boussole a la Turquie, qui n’a manifestement pas les moyens de se démocratiser par elle même. Dans un premier temps il ne faut pas lâcher sur la législation antiterroriste.

    • Anonyme dit :

      Vous plaisantez j’espère !!! La tenue des élections démocratiques n’est-elle pas un moyen suffisant pour montrer le niveau de la démocratie en Turquie? Vous confondez probablement la Turquie avec l’Égypte ou la Syrie. Ou bien vous voulez voir une Turquie à l’ancienne où les putschistes régnaient… Arrêtez votre hypocrisie. Demander à la Turquie de changer sa législation antiterroriste ne vise qu’à sauver les terroristes du PKK qui servent l’intérêt de quelques pays occidentaux.

    • Anonyme dit :

      Je vous rappelle que la Turquie lutte contre plusieurs groupes terroristes : PKK, Daesh, DHKP-C, etc… Et vous dites qu’il ne faut pas lâcher sur la législation antiterroriste… Cela me fait doucement sourire.

  2. Anonyme dit :

    …une série d’aménagements propres à calmer les inquiétudes des experts ?! Qui sont ces experts ? L’Europe est-elle au courant de l’inquiétude de la population turque qui souffre des attentats du PKK depuis plus de 30 ans ? La Turquie doit mener résolument sa lutte contre le PKK et aussi contre Daesh, quitte à ne pas bénéficier de la levée des visas. Moi personnellement je me moque de cette levée. De toute manière les «Turcs Blancs» ont tous les moyens de voyager en Europe quand bon leur semble.
    Face à une Europe hypocrite qui fait de tout son possible pour irriter la Turquie avec ses deux poids deux mesures, je pense que la meilleure réponse serait de ne pas forcer les réfugiés syriens à rester sur le sol turc. Attention, ceci n’est pas un chantage. Il faut juste accorder aux réfugiés la liberté de choisir le pays auquel ils veulent partir.
    Dernièrement, j’aimerais savoir votre avis M. Marcou : êtes-vous d’accord ou non avec les déclarations d’Ibrahim Kalın ?
    Cordialement.

  1. 25 juin 2016

    […] la réforme de sa législation contre le terrorisme) auxquelles Ankara refuse de souscrire (cf. notre édition du 16 mai 2016). Dans ces conditions, de nouveaux conflits et d’autres épreuves de force sont à prévoir. Et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *