Le parti d’action nationaliste (MHP) : un national-populisme à la turque (1/2)

Introduction

C. Scalbert Yücel, 2015 Décompte des "martyrs" [şehit] (soldats tués lors des opérations militaires) depuis 1999. 1999 : le PKK a décidé de laisser tomber 2002 : l'AKP arrive au pouvoir 2015 : on ne parvient plus à suivre !

C. Scalbert Yücel, 2015
Décompte des « martyrs » [şehit] (soldats tués lors des opérations militaires) depuis 1999.
1999 : le PKK a décidé de laisser tomber
2002 : l’AKP arrive au pouvoir
2015 : on ne parvient plus à suivre !

Entre les élections législatives du 7 juin et celles du 1er novembre 2015, le Parti d’Action Nationaliste (Milliyetçi Hareket Partisi – MHP) a connu un net recul. Certes, cette formation avait vu son score augmenter fortement lors du scrutin de juin par rapport aux législatives de 2011 (le mouvement nationaliste avait alors obtenu 16,3 % des suffrages exprimés et 80 députés, contre 13 % des voix et 53 élus durant le précédent scrutin1), mais assista ensuite à un déclin de son poids électoral pendant les législatives de novembre dernier : 11,9 % des votes s’étaient alors portés sur le MHP, qui perdit quarante parlementaires. Actuellement, le Parti d’Action Nationaliste ne représente donc que la quatrième force politique au sein de la Grande Assemblée Nationale de Turquie (Türkiye Büyük Millet Meclisi – TBMM), derrière le Parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkınma Partisi – AKP), le Parti Républicain du Peuple (Cumhuriyet Halk Partisi – CHP) et le Parti Démocratique des Peuples (Halkların Demokratik Partisi – HDP).

En plus de ces résultats électoraux contrastés, le Parti d’Action Nationaliste fait face à de véritables dissensions internes. Le leadership de Devlet Bahçeli (dirigeant de ce mouvement depuis 19972) s’avère être de plus en plus contesté ; notamment par Meral Akşener (ex-ministre de l’Intérieur et ancienne vice-présidente de la TBMM), Ümit Özdağ (député de Gaziantep), Sinan Oğan (ex-député d’Iğdır), Koray Aydın (ex-député de Trabzon), Süleyman Servet Sazak (ex-député d’Eskişehir) ou encore Selim Kaptanoğlu (ancien secrétaire général adjoint du fondateur du MHP, Alparslan Türkeş)3. En outre, face au refus de D. Bahçeli de convoquer un congrès extraordinaire chargé de désigner le nouveau secrétaire général, M. Akşener, S. Oğan et K. Aydın saisirent la justice4 : ce congrès devait être organisé le 15 mai dernier5, mais (dans un contexte de flou juridique provoqué par des décisions judiciaires contradictoires6) la police empêcha la tenue de cette réunion7. Un nouveau congrès devrait toutefois être organisé en juillet prochain8. En dépit de ses divisions internes, le Parti d’Action Nationaliste pourrait (selon l’éditorialiste Mustafa Akyol) détenir « la clé de l’avenir politique de la Turquie »9. Par conséquent, une analyse de l’évolution (depuis la création de ce mouvement) du référentiel idéologique et programmatique du MHP s’impose.

I / Entre kémalisme et nostalgie ottomane, entre sécularisme et islam

Le 27 mai 1960, le Premier ministre Adnan Menderes fut renversé par un coup d’État militaire10 : un « Comité d’Union nationale » succéda au pouvoir civil du Parti Démocrate (qui dirigeait le pays depuis 1950), au sein duquel des tendances gauchisantes et kémalistes cohabitaient avec une branche nationaliste et pantouraniste11 (surnommée « Les Quatorze »). Cette dernière (dirigée par le colonel Türkeş) fut par la suite exclue du Comité, et la plupart de ses membres furent envoyés en mission à l’étranger12. Alparslan Türkeş revint en Turquie le 23 février 1965, démissionna de ses charges militaires et adhéra le 31 mars 1965 (avec quatre anciens membres des « Quatorze », parmi lesquels Muzaffer Özdağ et Dündar Taşer) au Parti Républicain et Paysan de la Nation (Cumhuriyetçi Köylü Millet Partisi – CKMP), d’obédience nationaliste et conservatrice13. Ces ex-putschistes défendaient alors une conception laïque et kémaliste du nationalisme turc14. Par ailleurs, A. Türkeş (du fait de ses conceptions turcistes, ainsi que de son militantisme dans des cercles pantouranistes depuis les années 194015) relativisait alors le rôle de l’islam et du passé ottoman dans la construction de l’identité turque.

Le 1er août 1965, Türkeş et ses proches furent élus à la direction du CKMP16. Au congrès de 1967, un programme fondé sur la « Doctrine des Neuf Lumières » (Dokuz Işık Doktrini) fut adopté17. Le discours de cette formation continuait alors de se structurer autour d’une conception séculière de la nation : en témoignent les multiples références aux réformes kémalistes dans les discours de nombreux porte-paroles du parti (comme Rıfat Baykal, Mustafa Kaplan ou encore Numan Esin) durant cette période18. Türkeş lui-même se faisait l’avocat de certaines réformes kémalistes, notamment l’imposition de l’appel à la prière en langue turque (qui fut ensuite réarabisé sous Menderes) et la politique de « purification » du turc de ses emprunts arabes et persans19. Cependant, l’on relève une certaine islamisation du discours du CKMP dès le congrès de 1967, durant lequel (par exemple) Alparslan Türkeş exhorta les membres du parti à appliquer les préceptes du Coran « que le peuple turc a suivi jusqu’à aujourd’hui »20.

Ce fut néanmoins lors du congrès d’Adana de février 1969 (au cours duquel cette formation choisit d’adopter le nom de « Parti d’Action Nationaliste ») que la question de l’islam suscita le plus de polémiques21. Deux tendances rivales s’affirmèrent alors, qui se stigmatisaient mutuellement sous les appellations de « chamanistes » et de « chariatistes » : tandis que les premiers insistaient sur la dimension turcique du nationalisme et mettaient en avant la culture turque pré-islamique, les seconds plaidaient pour une prise en compte de l’héritage ottoman et pour un appui sur les valeurs musulmanes. Les « chariatistes » voulaient que le logo du parti représente trois croissants (en référence à l’ancien drapeau impérial), alors que les « chamanistes » souhaitaient adopter l’image du loup gris (bozkurt) en référence à la culture turcique d’Asie centrale22. Türkeş se prononça alors pour l’inclusion du référentiel islamique dans la doctrine du MHP, en déclarant (par exemple) que « Nous refusons un nationalisme qui nie l’islam et nous refusons un islam qui ignore la nation »23, ou encore en affirmant que « Quiconque dit que la religion et le nationalisme sont deux entités séparées n’est rien d’autres qu’un imbécile, et quiconque demande « es-tu un musulman ou un nationaliste » n’est pas l’un des nôtres »24. D’ailleurs, lors de la campagne pour les élections législatives de 1969, l’une des figures du Parti d’Action Nationaliste (Ahmet Er) prôna la mise en application de « l’Ordre de Mahomet » (Muhammedi Nizam)25. Cet alliage entre religion et nationalisme est particulièrement visible dans le slogan suivant (alors très populaire dans les rangs du MHP) : « La turcité est notre corps, l’islam est notre esprit.26 »

S’ensuivit une marginalisation de la tendance « chamaniste » au sein du MHP27. Nihal Atsız (le théoricien de cette mouvance) critiqua d’ailleurs la ligne imposée par Türkeş dans les colonnes du journal Ötuken, et ordonna l’exclusion (au sein de sa « Société Turquiste ») de tous les adhérents au Parti d’Action Nationaliste28. A l’inverse, certains idéologues conservateurs et islamistes se rapprochèrent alors du MHP, tels que les universitaires Erol Güngör, Ziya Nur Aksun, Osman Turan et Mümtaz Turhan, les journalistes Osman Yüksel Serdengeçti et Ahmet Kabaklı, les poètes Hilmi Oflaz et Necip Fāzıl Kısakürek ou encore l’essayiste Seyyid Ahmet Arvâsî29. Tous ces intellectuels partageaient une certaine nostalgie de la période ottomane (qui, selon ces théoriciens, aurait été occultée par l’historiographie républicaine), couplée à une nette aversion envers les réformes kémalistes des années 1920-1930. Cette entreprise d’islamisation de la rhétorique nationaliste et de réhabilitation du passé impérial fut aussi favorisée par l’action de Dündar Taşer, comme l’illustre le discours suivant : « Nous sommes une nation qui fonda les plus grands empires du monde et qui dirigea chaque partie du monde … le dernier lien dans cette série d’empires a été l’Empire ottoman dont nous sommes les héritiers.30 »

L’affirmation de la dimension religieuse au sein de la mouvance nationaliste était également présente dans la branche jeunesse du MHP : les « Foyers de l’Idéal » (Ülkü Ocakları). Ainsi, pendant le congrès de 1977 des  Ülkü Ocakları, les slogans suivants furent scandés : « La victoire appartiendra à l’islam même si notre sang se déverse. Les musulmans sont un poing contre les infidèles. Notre âge est celui du renouveau islamique. Nous sommes Turcs, musulmans et soldats de l’islam. Notre lutte est dirigée contre l’ordre corrompu.31 » Selon Hamit Bozarslan, les Loups Gris parvenaient « à recruter massivement au sein d’une partie de la jeunesse anatolienne sunnite, laissé pour compte par le pouvoir kémaliste comme par les ouvertures économiques des années 1950 et 1960 »32. L’islamisation du discours du MHP33 s’explique aussi par le contexte de la guerre froide : foncièrement anti-communiste (Türkeş considérait le marxisme comme un faux nez de l’expansionnisme russe34), le Parti d’Action Nationaliste utilisait donc un référentiel idéologique d’inspiration musulmane afin de mobiliser la jeunesse traditionnaliste d’origine rurale contre les mouvements étudiants de gauche (ce qui contribua à accentuer le climat de tension politique des années 197035). Cette mobilisation conjointe de références religieuses et nationalistes sera d’ailleurs réactivée (sous le nom de « synthèse turco-islamique »36) durant le régime militaire de 1980-198337, puis pendant les années ANAP (1983-1991).

En 1985, la mouvance nationaliste fut autorisée à se reconstituer en tant que parti politique, sous le nom de « Parti du Travail Nationaliste » (Milliyetçi Çalışma Partisi – MÇP). Le maintien d’un attachement à la « synthèse turco-islamique » fut notable dans les rangs du nouveau parti : en témoigne son alliance (pour les élections législatives de 1991) avec les islamistes du Parti de la Prospérité (Refah Partisi – RP). Toutefois, le débat autour de la place de la religion produisit (en juillet 1992) une scission au sein du MÇP : partisans d’une plus grande insistance sur les valeurs islamiques, Muhsin Yazıcıoğlu et cinq autres parlementaires quittèrent le mouvement pour créer le Parti de la Grande Unité (Büyük Birlik Partisi). Le 24 janvier 1993, le MÇP reprit le nom de MHP. Or, selon M. Hakan Yavuz, le MHP devint alors « un parti ethnique et séculier des Turcs »38. Cette nouvelle donne fut poursuivie par Devlet Bahçeli (élu à la tête du parti en 1997), car elle s’incluait dans une stratégie plus large de modération du discours du MHP (en vue de séduire l’électorat de centre-droit). D’ailleurs, après le coup d’État post-moderne de février 1997 (dirigé contre un gouvernement de coalition mené par Necmettin Erbakan, leader du Refah), le Parti d’Action Nationaliste adopta une position ambivalente : tout en critiquant certaines décisions prises par le Parti de la Prospérité, le MHP tenta (lors des élections législatives de 1999) de séduire l’électorat traditionnaliste en faisant campagne (par exemple) sur la levée de l’interdiction du port du voile à l’université39. Toutefois, du fait de la coalition entre le MHP et les kémalistes du Parti Démocratique de la Gauche (Demokratik Sol Partisi – DSP), la députée nationaliste Nesrin Ünal accepta (contrairement à sa collègue Merve Kavakçı, élue du Refah) de retirer son foulard dans l’enceinte parlementaire40. Relevons également qu’il existe toujours une tendance kémaliste et « atsızienne » au sein de la mouvance nationaliste turque : lors des célébrations (le 3 mai 2015) du « Jour de la Turcité » (une fête commémorative célébrée essentiellement dans les milieux turcistes), l’association pantouraniste Tanrıdağ Türkçüler Derneği  organisa une manifestation à Ankara, au cours de laquelle furent scandés de nombreux slogans d’inspiration kémaliste (tels que « Nous sommes turcs, nous sommes turcistes, nous sommes ataturkistes », « Heureux celui qui se dit turc » ou encore « Nous sommes les soldats de Mustafa Kemal »)41.

Le Parti d’Action Nationaliste semble donc adopter (à l’égard de la question religieuse) un positionnement stratégique dépendant des circonstances, d’où une certaine ambivalence sur cet enjeu. Ainsi, tout en faisant référence à « Allah le Tout-Puissant »42 et à la « civilisation turco-islamique »43, le manifeste du MHP pour les élections législatives du 1er novembre 2015 déclarait également : « Nous avons une vision de la laïcité fondée sur la liberté de religion et de conscience, respectueuse des croyances des citoyens, et garante de l’unité et de l’intégrité nationales.44 » Soulignons également que, suite aux propos controversés du président de l’assemblée nationale (İsmail Kahraman) sur l’abandon du principe de laïcité dans la nouvelle Constitution, Devlet Bahçeli déclara : « Selon notre Constitution, il n’est pas approprié qu’un président du parlement élu mette en discussion les quatre premiers articles de la charte. D’une part, vous révélez vos pensées sur les changements constitutionnels ; d’autre part, vous mettez la laïcité, qui est l’un des quatre premiers articles de la charte, en discussion afin de réaliser vos pensées précédemment évoquées. Ce n’est pas une pensée correcte.45 » Cette certaine malléabilité du discours nationaliste s’explique peut-être par la composition sociologique de l’électorat du MHP : même si (comme nous le constaterons a posteriori) les électeurs du Parti de la Justice et du Développement et du Parti d’Action Nationaliste se recrutent dans des groupes sociaux similaires, une religiosité moins accentuée semble caractériser l’électorat nationaliste : par exemple, si l’on se concentre sur l’électorat féminin, nous pouvons constater (d’après une étude réalisée en 2007) que seulement 52,5 % des électrices du MHP portent le voile, alors que cette proportion s’élève à 79,8 % chez les électrices de l’AKP46.

II / Une vision diplomatique ambivalente

L’une des caractéristiques communes des partis de droite radicale est une opposition farouche à la construction d’entités supranationales47. Le Parti d’Action Nationaliste semble partager également ce trait, comme l’illustre ce passage du manifeste précédemment mentionné, à propos du débat sur l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne : « Notre relation avec l’UE se trouve être aujourd’hui déséquilibrée, du fait de l’attitude hypocrite de l’UE, principalement sur le problème de Chypre. Certaines autorités de l’UE et personnalités politiques européennes de premier plan ont, sur le processus de négociation avec l’UE, une opinion qui ira à l’encontre de l’intégration de la Turquie en tant qu’État membre. Un tel résultat ne saurait être une situation acceptable du point de vue de la Turquie. Notre parti ne perçoit pas, dans cette relation, un quelconque ‘’problème d’identité et de destinée’’ de la part de la Turquie. La Turquie n’est pas condamnée et n’a pas besoin d’être à tout prix incluse dans l’orbite de l’UE.48 » De surcroît, le MHP soupçonne l’Union européenne d’avoir des visées déstabilisatrices envers la Turquie : « Notre politique sera fondée sur aucune autre issue que celle de l’intégration de la Turquie en tant qu’État membre de l’UE, afin que les approches diplomatiques de l’UE concernant le terrorisme, le séparatisme, Chypre, la Grèce et l’Arménie ne nuisent pas à l’unité et à l’intégrité territoriale de la Turquie et que celle-ci maintienne la conservation de ses intérêts nationaux.49 » Cette idée selon laquelle les puissances extérieures chercheraient à déstabiliser la Turquie, en s’appuyant sur les « ennemis héréditaires » de cette dernière ou sur ses minorités internes, est extrêmement présente dans  les rangs du MHP. Par exemple, Devlet Bahçeli accusa (le 25 décembre 2007) l’Union européenne, les États-Unis et l’AKP de collaborer avec le PKK (Partiya Karkerên Kurdistan – Parti des Travailleurs du Kurdistan)50. Le Parti d’Action Nationaliste n’a toutefois pas le monopole de cette vision complotiste des relations internationales, qui relève d’un phénomène plus large désigné sous le terme de « syndrome de Sèvres »51. D’ailleurs, l’idée selon laquelle les minorités pourraient constituer des agents de la sédition, instrumentalisés de l’extérieur par des puissances étrangères hostiles, n’est pas seulement présente dans les cercles nationalistes, mais peut être aussi parfois visible dans certains milieux islamistes ou kémalistes52.

En dépit de cette rhétorique tonitruante, le Parti d’Action Nationaliste peut parfois faire preuve de pragmatisme et adopter une attitude stratégique sur la question européenne (comme pour l’enjeu de la laïcité précédemment évoqué). Ainsi, durant la coalition DSP-MHP de 1999-2002, le mouvement de D. Bahçeli tenta d’adopter une attitude plus conciliante ; même s’il fit part de ses critiques à l’encontre de certaines réformes, adoptées dans le cadre de la validation de l’acquis communautaire. Par exemple, le Parti d’Action Nationaliste déplora l’abolition de la peine de mort (qui rendait désormais impossible l’exécution du leader du PKK, Abdullah Öcalan)53, la légalisation de l’usage de la langue kurde dans les cadres scolaire et télévisuel54, ainsi que la modification de l’article 312 du Code pénal turc (interdisant l’incitation à la haine sur des fondements ethniques ou religieux)55. Cependant, le Parti d’Action Nationaliste resta (selon Alev Çınar et Burak Arıkan) un « partenaire de coalition stable » durant cette période56. En outre, le MHP défendait (dans son manifeste pour les élections législatives de 2002) « l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne qui est l’un des objectifs politiques fondamentaux de la Turquie »57, valorisait son rôle dans la politique de rapprochement avec l’UE et justifiait a posteriori son opposition à certaines réforme impulsées par l’UE, en invoquant ses « responsabilités nationales »58. Cette attitude relativement europhile s’explique peut-être aussi pour des raisons électorales et sociologiques : comme le rappelle Sultan Tepe, les électeurs du MHP manifestaient (vers la fin des années 1990) des taux de soutien à l’UE comparables à ceux des électeurs du CHP et du DSP59. Soulignons également que le Parti d’Action Nationaliste ne semble pas être radicalement opposé à la globalisation économique. D’après Ziya Öniş, « one could go even further and argue that in certain respects the party’s approach to globalization resembles the characteristics of European style ‘third way politics’. What is being criticized is not globalization per se, but its inegalitarian nature both within and across countries. The natural corollary of this position is to develop mechanisms that would result in more balanced patterns of globalization at the national and international levels. This conforms to the perspective of a ‘third way’ style social democratic politics.60 »

Puis, du fait de son retour dans l’opposition, le Parti d’Action Nationaliste développa (à partir de 2003) une rhétorique eurosceptique prenant pour cible la politique européenne de l’AKP, décrite comme une trahison des intérêts turcs : ainsi, les paquets de réformes impulsés par l’UE furent renommés « paquets de démolition » par les porte-paroles du MHP, qui se mirent également à accuser le mouvement islamo-conservateur d’abandonner Chypre et de violer le traité de Lausanne61. D’ailleurs, le manifeste de 2007 ira jusqu’à décrire les relations turco-européennes comme « Une histoire de déception ponctuée de chantage, d’ultimatums, de conditions préalables, de demandes abusives et de pression »62.

Par ailleurs, le MHP défend une approche moins « islamique » des relations internationales que l’AKP. Le 24 octobre 2014, Tuğrul Türkeş (qui était alors encore membre du Parti d’Action Nationaliste) accusa le gouvernement Davutoğlu de mener « une politique étrangère idéologiquement orientée, qui est fondée sur les Frères [musulmans] »63. Le fils d’Alparslan Türkeş prôna également une coopération plus poussée avec l’OTAN, ainsi qu’une normalisation des relations avec l’Egypte et Israël64.

L’autre caractéristique majeure du Parti d’Action Nationaliste est l’importance qu’il donne (dans sa vision diplomatique) à l’idéologie pantouraniste65. Comme nous l’avons précédemment souligné, Alparslan Türkeş militait dès les années 1940 dans des cercles pantouranistes66. En outre, dans Atsız Mecmua (publié en 1931) et Orhun (paru en 1933), Nihal Atsız critiquait l’absence de références pantouranistes dans le discours kémaliste officiel67. Rappelons d’ailleurs qu’en 1944, les autorités intentèrent des poursuites contre un groupuscule turciste (au sein duquel militait d’ailleurs A. Türkeş) qui avait organisé plusieurs manifestations non autorisées68. Le futur fondateur du MHP avait également publié, en 1950, un article intitulé « Pantouranisme et unité turque »69. De plus, l’association pantouraniste Türkçüler Derneği a toujours eu des liens très étroits avec le Parti d’Action Nationaliste (et ce depuis sa création)70. De surcroît, la lecture des ouvrages d’Atsız (en dépit de la marginalisation progressive de l’aile « chamaniste » du CKMP/MHP, suite au congrès d’Adana) est toujours recommandée pour la formation des jeunes militants ülkücü71. Par conséquent, l’on relève une certaine insistance du MHP sur l’idée d’une coopération poussée avec les États turcophones d’Asie centrale. Ainsi, son manifeste pour les élections législatives de novembre dernier prônait une coopération énergétique avec ces anciennes républiques soviétiques72, et déclarait : « Nos relations avec Chypre, le Caucase, les pays des Balkans et les Républiques Turques d’Asie centrale seront développées et approfondies.73 » Cette vision pantouraniste74 peut se manifester à diverses occasions. Par exemple, en juin dernier, des militants du MHP et du BBP organisèrent des manifestations de soutien aux Ouïghours (le régime chinois étant alors accusé d’empêcher cette minorité musulmane turcophone de pouvoir pratiquer le jeûne du ramadan), qui dégénérèrent parfois en violences anti-asiatiques75. La question azérie semble également au cœur des préoccupations de cette mouvance : en témoignent l’implication d’Abdullah Çatlı dans la tentative de coup d’État en Azerbaïdjan (mars 1998)76, ou encore l’engagement de militants nationalistes dans l’armée azérie durant les affrontements au Haut-Karabakh (entre 1988 et 1994)77. De même, selon le journaliste Fehim Taştekin, la question turkmène pousserait actuellement certains militants ülkücü et alperen (la branche jeunesse du BBP) à partir combattre en Syrie78. L’affaire Alparslan Çelik est, à cet égard, extrêmement significative79.

  1. Toutes les données électorales ici utilisées proviennent du site de l’Agence Statistique de Turquie (Türkiye İstatistik Kurumu – TÜİK) : http://www.tuik.gov.tr/PreTablo.do?alt_id=1061 []
  2. AVCI Gamze, « The Nationalist Movement Party’s Euroscepticism : Party Ideology Meets Strategy », South European Society and Politics, Vol. 16, N°3, septembre 2011, p. 437. []
  3. Les biographies des candidats à la succession de Devlet Bahçeli ayant un passé parlementaire sont disponibles sur le site de la Grande Assemblée Nationale de Turquie : https://www.tbmm.gov.tr/develop/owa/tbmm_internet.anasayfa Voir aussi AKYOL Mustafa, « Nationalist party may hold key to Turkey’s political future », Al Monitor, 13 avril 2016. Disponible sur : http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/04/turkey-nationalist-party-determine-countrys-future.html ŞENAY Gonca, « MHP’de 3 iddialı aday », Al Jazeera Türk, 1er décembre 2015. Disponible sur : http://www.aljazeera.com.tr/al-jazeera-ozel/mhpde-3-iddiali-aday KİLİÇ Sami, « Turquie : la justice nomme des administrateurs au sein du parti nationaliste MHP », Zaman France, 8 avril 2016. Disponible sur : https://www.zamanfrance.fr/article/turquie-justice-nomme-administrateurs-sein-parti-nationaliste-mhp-20941.html ELİBOL Kamil, « MHP’de Bahçeli’ye İlk Rakip Selim Kaptanoğlu », Sözcü, 6 novembre 2015. Disponible sur : http://www.sozcu.com.tr/2015/gundem/mhpde-bahceliye-ilk-kaptanoglu-978902/ ELİBOL Kamil, « MHP’de Süleyman Servet Sazak da adaylığını ilan etti », Sözcü, 7 janvier 2016. Disponible sur : http://www.sozcu.com.tr/2016/gundem/mhpde-suleyman-servek-sazak-da-adayligini-ilan-etti-1033227/ « MHP Leader Bahçeli Dismisses Calls For Resignation After Election Defeat », Haberler English, 5 novembre 2015. Disponible sur : http://en.haberler.com/mhp-leader-bahceli-dismisses-calls-for-resignation-833356/ « Meral Akşener MHP Genel Başkanı mı olacak? », Internet Haber, 13 novembre 2015. Disponible sur : http://www.internethaber.com/meral-aksener-mhp-genel-baskani-mi-olacak-1486492h.htm « MHP’nin TBMM Başkanvekili adayı Koray Aydın olacak », En Son Haber, 4 juillet 2015. Disponible sur : http://www.ensonhaber.com/mhpnin-tbmm-baskanvekili-adayi-koray-aydin-olacak-2015-07-04.html « İşte Devlet Bahçeli’nin ilk rakibi! », Akşam, 6 novembre 2015. Disponible sur : http://www.aksam.com.tr/siyaset/iste-devlet-bahcelinin-ilk-rakibi/haber-458992 « Bahçeli’ye rakip Süleyman Sazak geliyor ! », Son İrade, 3 novembre 2016. Disponible sur : http://www.sonirade.com/guncel/bahceli-ye-rakip-suleyman-sazak-geliyor-h13067.html#.Vx4p733YS7Q « MHP Genel Başkan Adayı Selim Kaptanoğlu Ziyaretlerine Devam Ediyor », Hürriyet, 26 novembre 2015. Disponible sur : http://www.hurriyet.com.tr/yerel-haberler/aydin-haberleri/mhp-genel-baskan-adayi-selim-kaptanoglu-ziyaret_202599/ « Bahçeli’nin yerine geçebilecek 4 aday ! », Sözcü, 2 novembre 2015. Disponible sur : http://www.sozcu.com.tr/2015/gundem/bahcelinin-yerine-gecebilecek-4-aday-975282/ []
  4. KİLİÇ Sami, « Turquie : la justice nomme des administrateurs au sein du parti nationaliste MHP », art. cit. []
  5. « MHP to hold extraordinary congress on May 15 », Hürriyet Daily News, 19 avril 2016. Disponible sur : http://www.hurriyetdailynews.com/mhp-to-hold-extraordinary-congress-on-may-15.aspx?pageID=238&nID=98002&NewsCatID=338 []
  6. KÜÇÜKŞAHİN Şükrü, « This woman may be biggest opposition to Erdogan », Al Monitor, 26 mai 2016. Disponible sur : http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/05/turkey-woman-emerges-as-hope-erdogan-opponents.html Voir aussi « Turquie : un parti de l’opposition empêché de se réunir ; le président Erdogan en accusation », Euronews, 15 mai 2016. Disponible sur : http://fr.euronews.com/2016/05/15/turquie-un-parti-de-l-opposition-empeche-de-se-reunir-le-president-erdogan-en/ []
  7. « Turquie : la police empêche la tenue d’un congrès d’opposants de droite », Libération, 15 mai 2016. Disponible sur : http://www.liberation.fr/planete/2016/05/15/turquie-la-police-empeche-la-tenue-d-un-congres-d-opposants-de-droite_1452808 []
  8. « Turkey’s nationalist MHP leader says to re-run for leadership at July congress », Euronews, 25 mai 2016. Disponible sur : http://www.euronews.com/newswires/3198463-turkeys-nationalist-mhp-leader-says-to-re-run-for-leadership-at-july-congress/ Voir aussi « Les nationalistes turcs du MHP en congrès extraordinaire cet été », Zaman France, 25 mai 2016. Disponible sur : https://www.zamanfrance.fr/article/nationalistes-turcs-mhp-en-congres-extraordinaire-cet-ete-21716.html []
  9. AKYOL Mustafa, « Nationalist party may hold key to Turkey’s political future », art. cit. []
  10. DOĞANYILMAZ Didem, How Far Religious Goes in a Laic State : Alevis of Turkey, Thèse de science politique, Universitat Rovira i Virgili, 2014, p. 107. []
  11. Le pantouranisme est une idéologie prônant l’union de tous les peuples turcophones.  []
  12. BOZARSLAN Hamit, Histoire de la Turquie contemporaine, Paris, La Découverte (coll. « Repères »), 2010 (1ère éd. : 2004), pp. 54-55. Voir aussi LANDAU Jacob M., « The Nationalist Action Party in Turkey », Journal of Contemporary Turkey, Vol. 17, N°4, octobre 1982, p. 589. []
  13. ARAS Bülent, BACIK Gökhan, « The rise of nationalist action party and Turkish politics », Nationalism and Ethnic Politics, 6 : 4, 2000, p. 49. ERKEN Ali, « Ideological Construction of the Politics of Nationalism in Turkey : The Milliyetçi Hareket Partisi (MHP), 1965-1980 », Nationalism and Ethnic Politics, 20 : 2, 2014, p. 203. LANDAU Jacob M., « The Nationalist Action Party in Turkey », art. cit., p. 589. []
  14. ERKEN Ali, « Ideological Construction of the Politics of Nationalism in Turkey », art. cit., p. 202. []
  15. LANDAU Jacob M., « The Nationalist Action Party in Turkey », art. cit., p. 593. []
  16. ARAS Bülent, BACIK Gökhan, « The rise of nationalist action party and Turkish politics », art. cit., p. 49. ERKEN Ali, « Ideological Construction of the Politics of Nationalism in Turkey », art. cit., p. 203. []
  17. Ces « Neuf Lumières » étaient le nationalisme, l’idéalisme, le moralisme, le socialisme, le scientisme, le libéralisme, l’agrarianisme, le développementalisme et le populisme, ainsi que l’industrialisme et le technicisme (BOZARSLAN Hamit, Histoire de la Turquie contemporaine, op. cit., p. 56). Voir aussi  ARIKAN E. Burak, « Turkish ultra-nationalists under review : a study of the Nationalist Action Party », Nations and Nationalism, 8 (1), 2002, p. 358. []
  18. ERKEN Ali, « Ideological Construction of the Politics of Nationalism in Turkey », art. cit., p. 204. []
  19. Ibid, p. 204. Voir aussi BOZARSLAN Hamit, Histoire de la Turquie contemporaine, op. cit., p. 54 []
  20. ERKEN Ali, « Ideological Construction of the Politics of Nationalism in Turkey », art. cit., p. 204. []
  21. YAVUZ M. Hakan, « The Politics of Fear : The Rise of the Nationalist Action Party (1969) in Turkey », Middle East Journal, Vol. 56, N°2, printemps 2002, p. 206. Voir aussi ARIKAN E. Burak, « The programme of the nationalist action party : an iron hand in a velvet glove? », Middle Eastern Studies, 34 : 4, 1998, p. 123. []
  22. Sur la question du logo du nouveau parti, le compromis adopté entre les deux tendances fut le suivant : les trois croissants devinrent l’emblème du MHP, mais le bozkurt devint celui de sa branche jeunesse. Voir ERKEN Ali, « Ideological Construction of the Politics of Nationalism in Turkey », art. cit., p. 208. []
  23. Cité dans Ibid, p. 208. []
  24. Cité dans Ibid, p. 208. []
  25. Ibid, p. 208. []
  26. Ibid, p. 217. []
  27. ARIKAN E. Burak, « The programme of the nationalist action party », art. cit., p. 123. []
  28. ERKEN Ali, « Ideological Construction of the Politics of Nationalism in Turkey », art. cit., p. 209. []
  29. Ibid, pp. 210-213. Voir aussi ERKEN Ali, « Re-Imagining the Ottoman Past in Turkish Politics : Past and Present », Insight Turkey, Vol. 15, N°3, été 2013, pp. 174-175. []
  30. Cité dans ERKEN Ali, « Ideological Construction of the Politics of Nationalism in Turkey », art. cit., p. 210. []
  31. Cité dans Ibid, p. 212.  []
  32. BOZARSLAN Hamit, Histoire de la Turquie contemporaine, op. cit., p. 57. []
  33. L’importance de la religiosité au sein de la mouvance ülkücü se manifeste encore aujourd’hui : ainsi, pour la session 2015-2016, la Ülkü Ocakları Eğitim ve Kültür Vakfı prévoit toujours de délivrer aux futurs militants nationalistes un cours d’ « éducation religieuse » (voir «Dini Eğitim », Ülkü Ocakları Eğitim ve Kültür Vakfı 2015-2016 Yılı – Eğitim Programı, 2015, 214 p.). []
  34. TEPE Sultan, « A Kemalist-Islamist movement ? The nationalist action party », Turkish Studies, 1 : 2, 2000, p. 63. []
  35. AVCI Gamze, « The Nationalist Movement Party’s Euroscepticism », art. cit., p. 437. Voir aussi YAVUZ M. Hakan, « The Politics of Fear », art. cit., p. 206. Pour de plus amples informations sur le climat de violence politique de cette période, se référer à BOZARSLAN Hamit, Histoire de la Turquie contemporaine, op. cit., pp. 62-64. []
  36. WHITE Jenny, Muslim Nationalism and the New Turks, Princeton, Princeton University Press (coll. « Princeton Studies in Muslim Politics »), 2013, p. 35. []
  37. Comme tous les autres partis politiques, le MHP fut interdit pendant cette période. Or, la mobilisation de la « synthèse turco-islamique » par l’armée était perçue de manière ambivalente au sein de la mouvance nationaliste. En témoigne cette formule de l’une des figures du MHP (Agah Oktay Güner) pour décrire le contexte politique d’alors : « Nous sommes en prison, alors que notre idéologie est au gouvernement » (cité dans ÇINAR Alev, ARIKAN E. Burak, « The Nationalist Action Party : Representing the State, the Nation or the Nationalists ? », Turkish Studies, 3 : 1, 2002, p. 28). []
  38. YAVUZ M. Hakan, « The Politics of Fear », art. cit., p. 207. []
  39. ARAS Bülent, BACIK Gökhan, « The rise of nationalist action party and Turkish politics », art. cit., p. 52. Voir aussi TEPE Sultan, « A Kemalist-Islamist movement ? », art. cit., p. 66. []
  40. SHIVELY Kim, « Religious Bodies and the Secular State : The Merve Kavakci Affair », Journal of Middle East Women’s Studies, Vol. 1, N°3, 2005, pp. 51-52. []
  41. Vidéo de cette manifestation disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=ljUyc3nMpqE []
  42. MİLLİYETÇİ HAREKET PARTİSİ, Huzurlu ve Güvenli Gelecek – 1 Kasım 2015 Seçim Beyannamesi, 2015, pp. 6 et 5. []
  43. Ibid, p. 21. []
  44. Ibid, p. 53. []
  45. Cité dans « Parliament speaker’s call to remove secularism from Turkey’s constitution sparks outrage », Hürriyet Daily News, 26 avril 2016. Disponible sur : http://www.hurriyetdailynews.com/parliament-speakers-call-to-remove-secularism-from-turkeys-constitution-sparks-outrage.aspx?pageID=238&nID=98341&NewsCatID=338 []
  46. Contre 19,3 % des électrices du Parti Républicain du Peuple et 100 % des électrices du Parti de la Félicité. Voir JENKINS Gareth, « Polls suggests levels of piety unchanged, headscarf still indicator of socioeconomic status in Turkey », The Jamestown Foundation, 3 octobre 2007. Disponible sur : http://www.jamestown.org/single/?tx_ttnews[tt_news]=33051&no_cache=1#.VyHxJn3YS7Q []
  47. ÖNİŞ Ziya, « Globalization, Democratization and the Far Right : Turkey’s Nationalist Action Party in Critical Perspective », Democratization, 10 : 1, 2003, p. 30. Voir aussi ARIKAN E. Burak, « Turkish ultra-nationalists under review », art. cit., p. 371. []
  48. MİLLİYETÇİ HAREKET PARTİSİ, Huzurlu ve Güvenli Gelecek, op. cit., p. 257. []
  49. Ibid, pp. 257-258. []
  50. « US, EU, AKP working toward politicizing PKK, Bahçeli says », Hürriyet Daily News, 26 décembre 2007. Disponible sur : http://www.hurriyetdailynews.com/us-eu-akp-working-toward-politicizing-pkk-bahceli-says.aspx?pageID=438&n=us-eu-akp-working-toward-politicizing-pkk-bahceli-says-2007-12-26 []
  51. Sur cette notion, se référer à SCHMID Dorothée, « Turquie : le syndrome de Sèvres, ou la guerre qui n’en finit pas », Politique Etrangère, Vol. 79, N°1, printemps 2014, pp. 199-213. Voir aussi YAVUZ M. Hakan, « The Politics of Fear », art. cit., p. 201. []
  52. GUIDA Michelangelo, « The Sèvres Syndrome and “Komplo” Theories in the Islamist and Secular Press », Turkish Studies, 9:1, 2008, pp. 37-51. []
  53. AVCI Gamze, « The Nationalist Movement Party’s Euroscepticism », art. cit., p. 440. []
  54. Ibid, p. 441. []
  55. Ibid, p. 441. []
  56. ÇINAR Alev, ARIKAN E. Burak, « The Nationalist Action Party », art. cit., p. 39. []
  57. AVCI Gamze, « The Nationalist Movement Party’s Euroscepticism », art. cit., p. 442. []
  58. Ibid, p. 442. []
  59. TEPE Sultan, « A Kemalist-Islamist movement ? », art. cit., p. 72. []
  60. ÖNİŞ Ziya, « Globalization, Democratization and the Far Right », art. cit., p. 44. []
  61. AVCI Gamze, « The Nationalist Movement Party’s Euroscepticism », art. cit., p. 442. []
  62. Ibid, p. 443. []
  63. Cité dans « MHP urges gov’t to normalize relations with Egypt, Israel », Hürriyet Daily News, 24 octobre 2014. Disponible sur : http://www.hurriyetdailynews.com/mhp-urges-govt-to-normalize-relations-with-egypt-israel.aspx?pageID=238&nID=73439&NewsCatID=510 []
  64. Ibid. D’après Bülent Aras et Gökhan Bacık, Alparslan Türkeş défendait activement l’idée d’une coopération poussée entre Israël et la Turquie (voir ARAS Bülent, BACIK Gökhan, « The rise of nationalist action party and Turkish politics », art. cit., p. 57). []
  65. LANDAU Jacob M., « The Nationalist Action Party in Turkey », art. cit., p. 588, 593-594 et 599. ÖNİŞ Ziya, « Globalization, Democratization and the Far Right », art. cit., p. 34. ERKEN Ali, « Ideological Construction of the Politics of Nationalism in Turkey », art. cit., p. 203. []
  66. LANDAU Jacob M., « The Nationalist Action Party in Turkey », art. cit., p. 593. []
  67. ERKEN Ali, « Re-Imagining the Ottoman Past in Turkish Politics : Past and Present », art. cit., p.173. []
  68. LANDAU Jacob M., « The Nationalist Action Party in Turkey », art. cit., p. 593. Voir aussi ERKEN Ali, « Ideological Construction of the Politics of Nationalism in Turkey », art. cit., p. 218. []
  69. LANDAU Jacob M., « The Nationalist Action Party in Turkey », art. cit., p. 593. []
  70. Ibid, p. 593. []
  71. « Romanlar », Ülkü Ocakları. Eğitim ve Kültür Vakfı. Disponible sur : http://www.ulkuocaklari.org.tr/ulkucuhareket/okunmasi-tavsiye-edilen-kitaplar/romanlar []
  72. MİLLİYETÇİ HAREKET PARTİSİ, Huzurlu ve Güvenli Gelecek, op. cit., p. 149. []
  73. Ibid, p. 255. []
  74. Une partie de l’opinion publique turque semble, en effet, sensible à cette rhétorique : en témoigne la pétition de soutien aux Ouïghours intitulée « Arrêtez le massacre au Turkestan oriental ! », actuellement signée par  4954 personnes (consulté le 6 mai 2016). Disponible sur : https://www.change.org/p/ali%C5%9Fan-ate%C5%9F-do%C4%9Fu-t%C3%BCrkistan-daki-katliam%C4%B1-durdurun?recruiter=290080213&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=autopublish&utm_term=des-lg-no_src-no_msg []
  75. ERDEMIR Aykan, TAHIROĞLU Merve, « Turkish Grey Wolves target ‘’Chinese’’ », Politico, 30 juillet 2015. Disponible sur : http://www.politico.eu/article/turkish-grey-wolves-target-chinese/ « Turkey probes attack on Koreans, China rules out Uighur discrimination », Hürriyet Daily News, 6 juillet 2015. Disponible sur : http://www.hurriyetdailynews.com/turkey-probes-attack-on-koreans-china-rules-out-uighur-discrimination.aspx?pageID=238&nID=85028&NewsCatID=510 []
  76. BOZARSLAN Hamit, Histoire de la Turquie contemporaine, op. cit., p. 82. []
  77. ARIKAN E. Burak, « Turkish ultra-nationalists under review », art. cit., pp. 368-369 []
  78. TAŞTEKİN Fehim, « Turkey’s nationalist ‘Gray Wolves’ enter Syrian fray », Al Monitor, 3 février 2016. Disponible sur : http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/02/turkey-syria-grey-wolves-emerge-as-jihadists.html []
  79. « Alparslan Çelik’in ifadesinin ayrıntıları ortaya çıktı », Milliyet, 4 avril 2016. Disponible sur : http://www.milliyet.com.tr/alparslan-celik-in-ifadesinin-gundem-2221240/ « Rusya’dan ‘Alparslan Çelik’ açıklaması: Türkiye’den bir talebimiz oldu », Hürriyet, 8 avril 2016. Disponible sur : http://www.hurriyet.com.tr/rusyadan-alparslan-celik-aciklamasi-turkiyeden-bir-talebimiz-oldu-40084244 « Ankara ve Moskova’nın Alparslan Çelik sınavı », BBC Türkçe, 1er avril 2016. Disponible sur : http://www.bbc.com/turkce/haberler/2016/04/160401_alparslan_celik_rusya []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Léa dit :

    J’ai rarement lu un article aussi interessant et clair sur la politique turque.
    Merci et je vais m’empresser de lire tes autres articles !

  2. Laurent Leylekian dit :

    Trés intéressant. Merci et vivement la deuxième partie

  3. Maillerie Robert dit :

    Sa craint pour l’Europe……….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *