Il y a 50 ans, le coup d’Etat du 27 mai…


Toute la presse turque ou presque se souvient ce matin du coup d’Etat du 27 mai 1960. La presse libérale et pro-gouvernementale fustige en particulier ce qu’elle considère comme l’un des événements les plus sombres de l’histoire contemporaine turque. Publiant une série de photos inédites du procès des membres du gouvernement démocrate et de l’exécution d’Adnan Menderes, Zaman annonce notamment : « Voici les documents de la honte du 27 mai ! ». Les autres quotidiens, à l’exception de Cumhuriyet, s’attardent longuement sur la commémoration de l’événement et sur sa portée contemporaine.

Le 27 mai 1960, un coup d’Etat militaire mettait un terme à la première expérience pluraliste et démocratique en Turquie. Arrêtés par les militaires, le Président de la République, Celal Bayar, le premier ministre, Adnan Menderes, leurs ministres et un grande nombre de représentants du parti démocrate au pouvoir, furent jugés sur Yassıada, une île de la mer de Marmara, et condamnés à des peines pouvant aller jusqu’à la peine capitale, au terme d’un procès caricatural, dont la ressemblance avec les grands procès de Moscou des années trente a souvent été évoquée. Si finalement le président Celal Bayar, ex-collaborateur d’Atatürk, fut gracié en raison de son grand âge, Adnan Mederes et deux de ses ministres, Fatin Rüştü Zorlu et Hasan Polatkan, furent pendus, en dépit des appels internationaux à la clémence.

La création du parti démocrate en 1946 par des membres dissidents du parti kémaliste avait mis un terme au système de parti unique qui avait été établi à l’issue de la fondation de la République en 1923. Mais c’est en 1950 que les démocrates, en remportant très largement les élections générales, obligèrent les républicains à quitter le pouvoir pour gouverner pendant dix ans. Assouplissant les mesures les plus extrêmes du laïcisme kémaliste et libéralisant l’économie, cette décennie démocrate ne peut pas être considérée cependant comme une remise en cause de la République laïque. Toutefois, elle devait révéler les dissensions profondes existant au sein de la société turque entre, d’une part, les villes et les campagnes (majoritaires à cette époque) et, d’autre part, les élites du régime kémaliste s’estimant victimes du changement politique et une nouvelle classe d’entrepreneurs. Les relations entre le gouvernement et l’armée se dégradèrent progressivement, mais c’est une crise sociopolitique à la fin des années 1950 qui fut le prétexte à une intervention, initiée par des militaires de rang modeste (avec des références à la« révolution nassérienne») et néanmoins contrôlée par la hiérarchie militaire. Au terme d’un an de gouvernement provisoire, de l’élaboration d’une nouvelle Constitution et de l’organisation d’élections, Ismet Inönü qui avait succédé à Atatürk en 1938 et dirigé le pays jusqu’en 1950, reviendra au pouvoir en devenant premier ministre, tandis que le chef de la junte militaire, à l’origine du coup d’Etat du 27 mai, exercera les fonctions de Président la République jusqu’en 1966.

Le souvenir de ces événements aujourd’hui en Turquie est surtout l’occasion de réfléchir sur l’impact que ces derniers ont pu avoir sur le système politique et sur les développements qui ont suivi. Le coup d’Etat du 27 mai, en effet, a souvent été analysé de façon fort ambiguë. Qualifié de «révolution» par ses auteurs notamment, il a débouché sur une Constitution qui a longtemps été considérée comme le texte fondamental le plus libéral que la Turquie ait connu. La Constitution de 1961 est en particulier réputée pour avoir établi la séparation des pouvoirs en Turquie, reconnu des droits sociaux et créé une Cour constitutionnelle. La Constitution kémaliste de 1924, conçue formellement comme un régime d’assemblée proche de la Convention jacobine française, avait favorisé dans les années 50, une domination sans partage du parti majoritaire. La Constitution de 1961 entendait lutter contre ces dérives et établir un régime politique résolument parlementaire. Mais, avec la création du Conseil de sécurité national et la désignation d’un général comme chef de l’Etat, elle fut le point de départ d’un processus qui allait faire de l’armée un acteur majeur du système politique turc.

Après la fondation de la République, en effet, le rôle de l’armée avait été relativement discret. Il faut dire que d’ex-militaires (Mustafa Kemal, Ismet Inönü) exerçaient les fonctions suprêmes. De ce fait, dans les premières décennies de la République, l’institution militaire, en tant que telle, n’avait paradoxalement que peu de prise sur le cours de la décision politique et plus généralement sur l’exercice du pouvoir. L’arrivée des démocrates devait toutefois rapidement tourner au cauchemar pour les militaires. Car, non seulement ces derniers voyaient une nouvelle élite politique et sociale remettre en cause leur position protégée de privilégiés du régime, mais ils se sentaient menacés par un gouvernement qui n’hésitait pas à dénoncer un vieillissement de leur institution et son inadaptation à ses missions contemporaines.

Ainsi, en dépit de ses apparences premières, le régime politique issu du coup d’Etat du 27 mai devait ouvrir la voie à un système de plus en plus dominé par l’armée et l’appareil d’Etat. La Constitution de 1961 fut d’ailleurs profondément réformée à l’issue de l’intervention militaire du 12 mars 1971, qui sans être formellement un coup d’Etat, imposa la démission du gouvernement et soumit la Turquie à une longue période de loi martiale. Le résultat de cette dérive militariste est bien illustré par le coup d’Etat de 1980 et surtout par la Constitution de 1982, qui cette fois sans ambiguïté consacra ce constitutionnalisme sécuritaire en gestation, permettant qu’un gouvernement civil issu des élections soient sévèrement encadré par un pouvoir d’Etat, corrigeant le cas échéant ses «écarts» ou ses «audaces». Un demi-siècle après le coup d’Etat du 27 mai 1960, la Turquie vient à peine de sortir de ce système dont les scories sont encore visibles, lorsque l’armée essaye d’intervenir dans le débat politique par des déclarations intempestives ou des attitudes équivoques, dont les effets, il est vrai, ne sont désormais plus garantis, comme ils ont pu l’être en d’autres temps.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.