Le parti d’action nationaliste (MHP) : un national-populisme à la turque (2/2)

III / Le MHP et la question minoritaire

DSC01740

Pour les élections locales de mars 2014, le Parti d’Action Nationaliste suscita la surprise en investissant (au sein de sa liste pour l’élection du conseil municipal de Bakırköy1) Elmas Giragos et Nerses Yeramyan, deux candidats d’origine arménienne2. Ces deux nominations interrogèrent fortement, eu égard à la fréquente xénophobie dont font preuve les mouvements de droite radicale3. D’ailleurs, selon E. Burak Arıkan, l’attitude du MHP envers les minorités se caractérise également par une certaine hostilité4. Nous tenterons d’analyser ici le rapport de la droite nationaliste turque à l’altérité, en étudiant le discours de la formation de Devlet Bahçeli sur les questions alévie et kurde.

Sur le long terme, les relations entre le Parti d’Action Nationaliste et les alévis se caractérisent par leur ambivalence. Avant le congrès d’Adana, la tendance « chamaniste » de ce mouvement valorisait l’alévisme, y voyant un réceptacle des croyances anatoliennes face à un islam sunnite perçu comme trop arabisé5. Puis, dans les années 1970, les affrontements entre l’extrême droite et l’extrême gauche contribuèrent à nourrir un net antagonisme entre la mouvance ülkücü et les organisations marxistes, au sein desquelles militaient de nombreux étudiants d’origine alévie6. Par ailleurs, l’islamisation de la rhétorique du MHP suite au congrès d’Adana fit de la droite nationaliste l’un des acteurs de la tension entre sunnites et alévis dans certaines provinces d’Anatolie centrale et orientale7 : par exemple, durant cette période, certains activistes ülkücü peignaient des croix rouges sur les habitations alévies (les exposant ainsi à des risques d’attaques)8. Rappelons également que des militants « Loups Gris » furent impliqués dans certains pogroms anti-alévis, comme le massacre de  Kahramanmaraş (1978)9.

Toutefois, depuis l’arrivée de Devlet Bahçeli à la tête du Parti d’Action Nationaliste, celui-ci semble tenter une ouverture à l’égard de l’électorat alévi10. Ainsi, à la veille des élections législatives de 1999, D. Bahçeli exhorta les militants nationalistes à « ouvrir leur cœur » et à « embrasser les citoyens alévis »11. Le leader nationaliste a même été jusqu’à déclarer à Erzincan (en 2011) qu’« Un de nos frères alévis a été secrétaire général du parti.12 » À cette occasion, D. Bahçeli avait également accusé l’AKP de nourrir les dissensions interconfessionnelles : « Si vous créez une discorde entre citoyens sunnites et alévis, ce pays devient invivable. Ce pouvoir est infesté par l’ambition.13 » De même, en novembre 2014, le dirigeant du MHP proposa entre autres la création d’un Centre de Recherche Alévi (qui, tout en étant autonome, serait financé par des fonds publics), l’ouverture (au sein des universités de théologie) de départements destinés à la formation des futurs dignitaires religieux alévis, l’introduction (avec la participation de représentants de cette communauté) de leçons sur l’alévisme au sein des cours de culture religieuse et de morale dispensés par l’Éducation nationale, la création d’un comité ad hoc sur la question alévie, la représentation des alévis au sein du Diyanet, la reconnaissance des cemevi comme lieux de culte à part entière, ainsi que le financement étatique de celles-ci14. Cette nouvelle ligne semble d’ailleurs être relayée « sur le terrain » : en témoigne l’« ouverture alévie » menée à Aydın par le dirigeant de la section locale du MHP (Fevzi Köse)15. Cette tentative de séduction des électeurs alévis est également visible dans la propagande du parti. Par exemple, pour les élections législatives du 7 juin 2015, le dernier couplet de l’un des hymnes de campagne du MHP (« Salut à l’Anatolie ») était explicitement destiné aux alévis : « Nous sommes Mahomet, nous sommes Ali. / Nous sommes sunnites, nous sommes alévis. / Chez nous il n’y a pas toi, ni moi. / Nous sommes la flamme d’un seul amour.16 » Soulignons également que l’un des clips de campagne du Parti d’Action Nationaliste faisait implicitement référence à l’amitié entre sunnites et alévis17. Le rôle joué par les alévis durant la guerre d’indépendance est aussi valorisée par le discours du MHP18. La collaboration (à partir de 1989) de l’inspecteur du Diyanet en charge de la question alévie (Abdülkadir Sezgin) avec le journal nationaliste Yeni Düşünce est également révélatrice de cette politique de main tendue19.

Néanmoins, cette nouvelle attitude du mouvement de Devlet Bahçeli ne semble guère convaincre l’électorat alévi. En témoignent les faibles scores enregistrés par la formation nationaliste dans les zones majoritairement alévies, comme la province de Tunceli (l’ancienne Dersim) :

Élections législatives Tunceli Turquie Différences*
1999 7,1** 18 -10,9
2002 9,8 8,4 +1,4
2007 6,4 14,3 -7,9
2011 2,1 13 -10,9
Juin 2015 5,9 16,3 -10,4
Novembre 2015 2,6 11,9 -9,3

* Nous comparons ici les résultats enregistrés à Tunceli par rapport aux scores nationaux des partis, et non l’inverse.
** Les résultats électoraux sont calculés en pourcentages des suffrages exprimés.

Nous avons choisi ici de comparer les résultats obtenus localement par le MHP avec les scores réalisés par ce même mouvement à l’échelle nationale. Afin de mieux saisir l’influence du nouveau discours porté par D. Bahçeli sur la question alévie, nous nous sommes centrés sur l’ensemble des élections législatives depuis 199920. À Tunceli, ce changement de rhétorique ne semble pas avoir séduit les électeurs. À l’exception des élections législatives de 2002, où l’on assista à un léger sur-vote en faveur du Parti d’Action Nationaliste (+ 1,4 point par rapport au score national de cette formation), tous les autres scrutins manifestèrent une faible implantation locale du MHP : – 10,9 points en 1999, – 7,9 en 2007, – 10,9 en 2011, – 10,4 le 7 juin 2015 et – 9,3 le 1er novembre 2015. Ces résultats semblent donc indiquer un faible attrait des électeurs alévis pour le MHP. Afin de vérifier cette impression, esquissons maintenant une analyse à une échelle plus fine : le ilçe21. Prenons les cas de deux ilçe majoritairement alévis, Arguvan (province de Malatya) et Divriği (province de Sivas) :

Élections législatives Arguvan Turquie Différences*
1999 5,2** 18 -12,8
2002 1,6 8,4 -6,8
2007 0,9 14,3 -13,4
2011 0,5 13 -12,5
Juin 2015 2,2 16,3 -14,1
Novembre 2015 1,8 11,9 -10,1

* Nous comparons ici les résultats enregistrés à Tunceli par rapport aux scores nationaux des partis, et non l’inverse.
** Les résultats électoraux sont calculés en pourcentages des suffrages exprimés.

Élections législatives Divriği Turquie Différences*
1999 16,4** 18 -1,6
2002 7,7 8,4 -0,7
2007 6,3 14,3 -8
2011 5,7 13 -7,3
Juin 2015 7 16,3 -9,3
Novembre 2015 4,7 11,9 -7,2

* Nous comparons ici les résultats enregistrés à Tunceli par rapport aux scores nationaux des partis, et non l’inverse.
** Les résultats électoraux sont calculés en pourcentages des suffrages exprimés.

Les résultats électoraux à Divriği et Arguvan confirment notre hypothèse d’une faible confiance des alévis envers le Parti d’Action Nationaliste, en dépit des tentatives de rapprochement initiés par Devlet Bahçeli. Dans ces deux ilçe, l’on constate qu’entre 1999 et novembre 2015, le MHP y a obtenu des scores moindres par rapport à ses résultats nationaux. Alors qu’à Tunceli cette formation était parvenue à obtenir un léger sur-vote en 2002, nous pouvons remarquer un constant sous-vote nationaliste à Arguvan (et ce tout au long de la période 1999-2002) : – 12,8 points en 1999, – 6,8 en 2002, – 13,4 en 2007, – 12,5 en 2011, – 14,1 en juin 2015 et – 10,1 en novembre 2015. Le même phénomène (même si d’ampleur moindre) peut être relevé à Divriği : – 1,6 point en 1999, -0,7 en 2002, – 8 en 2007, – 7,3 en 2011, – 9,3 en juin 2015 et – 7,2 en novembre 2015.

Le rapport du Parti d’Action Nationaliste à la minorité kurde s’avère beaucoup moins ambivalent. La formation de Devlet Bahçeli déploie, en effet, un discours nettement ancré sur le versant « centre » du clivage opposant celui-ci à la « périphérie »22. La définition ethnique23 du nationalisme turc que propose le MHP se traduit donc par une farouche hostilité aux revendications émanant de la mouvance pro-kurde24. Les militants de ce mouvement se perçoivent ainsi comme les meilleurs défenseurs de l’État turc face à ses « ennemis », que ce soit les organisations marxistes dans les années 1970, ou le PKK dans les années 1980-199025. D’ailleurs, avant la militarisation de la politique kurde de l’AKP, celui-ci se distinguait du MHP en se faisant l’avocat d’un « processus de paix » avec la guérilla autonomiste26. Cette politique jadis menée par le pouvoir islamo-conservateur continue encore de susciter de virulentes critiques de la part du Parti d’Action Nationaliste : Fuat Gül, le responsable de la branche locale du MHP à Güngören (arrondissement d’Istanbul), déclara par exemple (peu de temps avant les élections législatives du 1er novembre 2015) : «  Le processus de paix engagé par l’AKP a permis au PKK de se renforcer, et maintenant, dans le sud-est, des villes entières ont fait sécession. […] Et qui envoie-t-on mourir au front ? Les pauvres, les fils du peuple. Les députés AKP exaltent le martyr pour les enfants des autres, mais ils payent pour que les leurs soient dispensés de service militaire27. » De même, lorsque Recep Tayyip Erdoğan (alors Premier ministre) compara en 2009 la Turquie à une « mosaïque », le vice-président du groupe parlementaire du MHP (Oktay Vural) répliqua : « Nous devons donc demander au Premier ministre, de quel endroit êtes-vous le Premier ministre ? Êtes-vous le Premier ministre du Mosaïkstan ? […] Nous pensons que la nation turque n’est pas une mosaïque, mais un bloc de marbre.28 » La même année, Devlet Bahçeli fit savoir son opposition à la politique toponymique menée par l’AKP dans le cadre de l’ « ouverture kurde » (il s’agissait de revenir sur la turquification de certains noms de lieux, effectuée sous le régime kémaliste), et alla jusqu’à ironiser sur les origines supposées « non turques » de R. T. Erdoğan29.

Un tel positionnement explique certainement l’implantation marginale30 de cette formation dans les provinces d’Anatolie du Sud-Est, à fort peuplement kurde. Par exemple, lors des dernières élections législatives, le Parti d’Action Nationaliste obtint le soutien de 11,9 % des suffrages exprimés à l’échelle nationale, contre 0,6 % à Diyarbakır, 1,1 % à Van, 1,4 % à Hakkari, 1,2 % à Şırnak, 0,6 % à Batman, 1,5 % à Siirt,  1,3 % à Muş, 1,5 % à Ağrı, 0,8 % à Mardin, 1,9 % à Bitlis et 1,8 % à Bingöl. Il en alla de même au précédent scrutin : alors que le MHP avait obtenu 16,3 % des voix au niveau national, il n’en reçut que 1,1 % à Diyarbakır, 2,7 % à Van, 2,5 % à Hakkari, 2,4 % à Şırnak, 1 % à Batman, 2,4 % à Siirt, 1,9 % à Muş, 2,6 % à Ağrı, 1,1 % à Mardin, 3,9 % à Bitlis et 2,8 % à Bingöl. Enfin, en 2011, ce sous-vote nationaliste dans les zones de peuplement kurde était également visible : 0,8 % des suffrages s’étaient portés sur la formation de Devlet Bahçeli à Diyarbakır, 3 % à Van, 1 % à Hakkari, 1,2 % à Şırnak, 0,6 % à Batman, 1,2 % à Siirt, 4,4 % à Muş, 2,2 % à Ağrı, 0,6 % à Mardin, 3,2 % à Bitlis et 1,3 % à Bingöl (pendant qu’à l’échelle nationale, la proportion de votes en faveur du MHP s’élevait à 13 %).

IV / AKP-MHP : deux partis rivaux, un électorat commun

D’après l’éditorialiste Kadri Gürsel, le Parti de la Justice et du Développement et le Parti d’Action Nationaliste partagent une base électorale commune ayant « le même profil social et culturel »31. Cette porosité entre les électorats islamo-conservateur et nationaliste avait d’ailleurs déjà été évoquée par le politologue Ali Çarkoğlu, dans son étude des résultats des élections locales du 30 mars 201432. Les trois dernières élections législatives furent également le théâtre de transferts de voix entre ces deux formations :

Provinces Partis Élections législatives
2011 Juin 2015 Novembre 2015
Konya AKP 69,6* 65,4 74,5
MHP 13,1 16,4 11,4
Osmaniye AKP 43,1 38,9 46,7
MHP 41,2 41,1 34,6
Kilis AKP 59,5 49,2 65,6
MHP 20,9 35,6 18,4
Karabük AKP 57,9 47,9 60,5
MHP 15,6 27,6 19,8
Kırıkkale AKP 62,1 50,6 62,3
MHP 18,8 28,9 20,9
Aksaray AKP 66,1 58,5 71,6
MHP 18 30,3 18,1
Zonguldak AKP 47,2 38 49,4
MHP 6,3 16,4 9,5
Yozgat AKP 66,4 58,3 64,8
MHP 18,3 27,9 12,5
Uşak AKP 49,7 38 46,6
MHP 16,3 27,9 18,2
Trabzon AKP 58,7 55,4 66,8
MHP 15,3 21 13,1
Tokat AKP 55,9 51,6 59,6
MHP 15,8 22 14,9
Tekirdağ AKP 35,9 31,2 37,2
MHP 13,4 15,2 10,3
Sivas AKP 63,3 57,7 68,7
MHP 9,9 18,2 11,8
Samsun AKP 61,5 52,9 63,7
MHP 11,2 17,9 12,5
Sakarya AKP 61,6 56,6 67,6
MHP 15 19,4 12,2
Niğde AKP 54,2 47,8 57,1
MHP 19,1 25,6 18,8
Nevşehir AKP 60,2 52,5 62,8
MHP 18,2 27,7 18,3
Muğla AKP 32,7 26,4 29,9
MHP 16,2 18,9 14,9
Kahramanmaraş AKP 69,6 61 71,8
MHP 13 19,9 12,9
Manisa AKP 47 36,8 44
MHP 16,9 23,8 18
Kütahya AKP 64,6 54,6 67,6
MHP 15,8 27 15,8
Kocaeli AKP 52,7 46,3 56,5
MHP 11,9 15,3 11,2
Kırşehir AKP 50,2 39,6 50,7
MHP 22 32,1 24,3
Kayseri AKP 64,9 52,4 65,6
MHP 18 27,8 18,4
Kastamonu AKP 55,8 48,7 60
MHP 23,1 27,2 18,9
İzmir AKP 37,1 36,5 26,1 26,4 30,9 31,2
MHP 11 11,6 12,8 14,6 11,3 11,4
İstanbul AKP 48,3 51 49 40,6 42,7 39,7 47,6 51,2 47,9
MHP 9 9,2 10 10,5 11,3 11,5 8,6 8 9
Mersin AKP 32 25,9 31,1
MHP 23,1 24,8 21,4
Isparta AKP 52,9 44,1 53,2
MHP 18,9 27,1 20,4
Hatay AKP 44,4 37,8 43,2
MHP 12,6 14 12,3
Gümüşhane AKP 65 56,9 68,3
MHP 21,6 31,4 23,1
Giresun AKP 59,4 53,6 61,8
MHP 11,9 18,5 14,3
Gaziantep AKP 61,7 47 61,7
MHP 9,4 18 9,6
Eskişehir AKP 44,1 35,9 43,1
MHP 14,6 16,8 12,7
Erzurum AKP 69,2 52 68,1
MHP 13,3 23,5 14,3
Elazığ AKP 67,4 52,9 66,8
MHP 14,5 20,9 13,5
Denizli AKP 46,6 39,5 45,5
MHP 16,9 18,3 14,7
Çanakkale AKP 41,6 34,2 39,8
MHP 14,6 20 15,6
Bursa AKP 53 43,9 54
MHP 14,4 17,7 12,4
Burdur AKP 49 42,9 50,6
MHP 18,6 23,2 19,7
Balıkesir AKP 46,5 38,9 45,5
MHP 13,9 20,3 14,8
Aydın AKP 35,5 29,3 33,8
MHP 18,2 18,1 15,8
Antalya AKP 39,3 34,9 41,3
MHP 20,9 22 17,6
Ankara AKP 44,8 54 36,3 47,4 43,5 55,5
MHP 14,8 14,4 18,3 17,7 14,3 14,1
Afyonkarahisar AKP 60,4 52,4 63,4
MHP 18,6 25,5 17
Adana AKP 37,4 29,9 36,8
MHP 20,3 23,4 19,6

* Les résultats électoraux sont calculés en pourcentages des suffrages exprimés.

Dans le tableau ci-dessus, nous avons référencé toutes les provinces ayant élu (le 7 juin 2015) au moins un député appartenant au MHP. Or, dans toutes ces provinces (à l’exception d’Aydın et d’Osmaniye) l’on assista (par rapport aux résultats de 2011) à une hausse du vote nationaliste couplée à un recul du score de l’AKP. Bien sûr, ce phénomène se manifesta dans des proportions diverses, et (dans certaines provinces) la montée du Parti d’Action Nationaliste ne paraît pas être le seul élément explicatif de la baisse du vote islamo-conservateur (de même que, dans certains cas, la percée du MHP ne semble pas être seulement due au déclin du Parti de la Justice et du Développement). Il n’en demeure pas moins que la simultanéité de ces deux phénomènes reste frappante dans la plupart des provinces de notre échantillon. Par exemple, à Balıkesir, le mouvement de Recep Tayyip Erdoğan baissa (entre les élections législatives de 2011 et celles de juin 2015) de 46,5 à 38,9 % des suffrages exprimés, tandis que la formation de Devlet Bahçeli progressa de 13,9 à 20,3 %. Il en alla de même à Çanakkale : les nationalistes virent leur score augmenter de 14,6 % à 20 % entre les deux scrutins, alors que les islamo-conservateurs rétrogradèrent de 41,6 % à 34,2 %. À Yozgat, l’AKP déclina de 66,4 % à 58,3 % ; à l’inverse, le MHP passa de 18,3 à 27,9 % des voix. À Erzurum, le Parti de la Justice et du Développement rétrocéda de 69,2 à 52 % des suffrages exprimés (tandis que la proportion de votes en faveur du Parti d’Action Nationaliste augmenta de 13,3 à 23,5 %). À Kilis, la formation de D. Bahçeli vit son score progresser de 20,9 % à 35,6 %, alors que le mouvement de R. T. Erdoğan déclina de 59,5 % à 49,2 %. À Karabük, la proportion de voix en faveur des islamo-conservateurs passa de 57,9 % à 47,9 % (contre une hausse de 15,6 % à 27,6 % pour les nationalistes). Enfin, à Kırşehir, l’AKP baissa de 50,2 % à 39,6 % entre 2011 et juin 2015 (contrairement au MHP, qui vit son score augmenter de 22 à 32,1 %).

Tous ces exemples confirment l’hypothèse d’une porosité électorale entre l’AKP et le MHP : entre le scrutin de 2011 et celui de juin 2015, la progression de la droite nationaliste s’accompagnait constamment d’une baisse du vote islamo-conservateur. L’évolution électorale entre juin et novembre 2015 valide aussi cette hypothèse : dans toutes les provinces ayant élu un parlementaire nationaliste le 7 juin, l’on a assisté en novembre dernier à une remontée de l’AKP et à une baisse du MHP (par rapport au scrutin précédent). Reprenons les cas précédemment mentionnés : à Balıkesir, la formation de Recep Tayyip Erdoğan augmenta son résultat local (entre le 7 juin et le 1er novembre 2015) de 38,9 % à 45,5 % des suffrages exprimés (à l’inverse, le mouvement de Devlet Bahçeli vit la proportion de votes en sa faveur décliner de 20,3 à 14,8 %). En outre, à Çanakkale, le Parti de la Justice et du Développement passa de 34,2 % à 39,8 % des voix (contre une baisse de 20 % à 15,6 % pour le Parti d’Action Nationaliste). De plus, à Yozgat, le score local du MHP baissa de 27,9 % à 12,5 %, alors que l’AKP vit son assise électorale progresser de 58,3 à 64,8 %. À Erzurum, la proportion de suffrages en faveur des islamo-conservateurs s’accrût de 52 à 68,1 %, tandis que le soutien aux nationalistes recula de 23,5 % à 14,3 %. À Kilis, le mouvement de R. T. Erdoğan passa de 49,2 % à 65,6 % des voix, et la formation de D. Bahçeli reçut 18,4 % des suffrages exprimés (contre 35,6 % au précédent scrutin). Le même phénomène se produisit à Karabük : alors que le Parti de la Justice et du Développement et le Parti d’Action Nationaliste avaient obtenu respectivement 47,9 % et 27,6 % des votes le 7 juin 2015, ceux-ci obtinrent 60,5 % et 19,8 % le 1er novembre. De même, à Kırşehir, l’AKP augmenta son résultat local de 39,6 % à 50,7 %, tandis que le vote MHP baissa de 32,1 à 24,3 %.

Sur la base des données précédemment évoquées, il n’est donc pas exclu d’envisager prochainement un rapprochement entre le Parti de la Justice et du Développement et le Parti d’Action Nationaliste. D’autant que le raidissement de l’AKP sur la question kurde, la recrudescence des affrontements entre le PKK et l’armée turque, ainsi que la multiplication des actions terroristes peuvent créer un terrain favorable à la convergence de ces deux partis. En témoigne la demande d’entretien avec Ahmet Davutoğlu, formulée par Devlet Bahçeli après l’attentat d’Ankara du 13 mars 201633. D’ailleurs, suite à cet attentat, le Premier ministre d’alors accusa le CHP de complaisance à l’égard du terrorisme, et appela les leaders de la formation kémaliste à s’inspirer de l’attitude du MHP : « Ils [le Parti d’Action Nationaliste] ont montré un bon exemple du type d’attitude que nous devons adopter durant des périodes de ce genre. J’ai interrompu le conseil des ministres et ils ont dit : « Nous sommes venus vous déclarer notre soutien. Vous ne devriez pas retarder davantage le conseil, notre soutien est avec vous. C’est cela que nous voulons voir de la part de l’opposition. »34 » D’ailleurs, il convient de relever une certaine « erdoğanisation » de la rhétorique de D. Bahçeli face à la contestation interne de son leadership35 : à plusieurs reprises, le dirigeant nationaliste a accusé les candidats à sa succession d’être soutenus par le mouvement güleniste36 (une organisation religieuse en conflit ouvert avec l’AKP depuis décembre 201337). Son refus de quitter le pouvoir s’explique peut-être par un comportement stratégique : Albert O. Hirschman explique que, dans certaines circonstances, « la concurrence, loin de brider les monopoles comme elle devrait le faire, leur apporte un regain de vitalité en les débarrassant des plus encombrants de leurs clients »38. Selon l’économiste américain, un tel phénomène se retrouve également dans le champ politique39, et a pour effet d’alimenter le maintien au pouvoir des leaderships en place40. Or, le Parti d’Action Nationaliste est également soumis à une certaine concurrence (de la part du Parti de la Justice et du Développement, avec lequel il partage une base électorale commune) et a connu de nombreuses divisions au cours de son histoire : la marginalisation de la tendance « chamaniste » après le congrès d’Adana, le départ de Muhsin Yazıcıoğlu pour fonder le BBP et celui de Tuğrul Türkeş vers l’AKP. Ainsi, il n’est pas exclu de penser que Devlet Bahçeli table sur une prochaine scission de la tendance animée par ses opposants (ou sur un départ de ces derniers vers un autre parti) afin de se maintenir au pouvoir.

  1. Bakırköy est un arrondissement stambouliote, situé sur la rive européenne de la ville. []
  2. ZİFLİOĞLU Vercihan, « MHP’li Ermenilerden milliyetçilik vurgusu », Al Jazeera Türk, 4 mars 2014. Disponible sur : http://www.aljazeera.com.tr/al-jazeera-ozel/mhpli-ermenilerden-milliyetcilik-vurgusu « ‘’Kiliseye giderim, Allah’ımı bilirim, MHP’liyim’’ », Agos, 27 février 2014. Disponible sur : http://www.agos.com.tr/tr/yazi/6583/kiliseye-giderim-allahimi-bilirim-mhpliyim « MHP’nin iki Ermeni adayı : MHP ırkçı değil, Türk kültürünün milliyetçisi bir parti », Radikal, 28 février 2014. Disponible sur : http://www.radikal.com.tr/turkiye/mhpnin-iki-ermeni-adayi-mhp-irkci-degil-turk-kulturunun-milliyetcisi-bir-parti-1178873/ « MHP’nin iki Ermeni adayı: MHP ırkçı değil, Türk kültürünün milliyetçisi bir parti », CNN Türk, 28 février 2014. Disponible sur : http://www.cnnturk.com/haber/turkiye/mhpnin-iki-ermeni-adayi-mhp-irkci-degil-turk-kulturunun-milliyetcisi-bir-parti []
  3. LUCASSEN Geertje, LUBBERS Marcel, « Who Fears What? Explaining Far-Right-Wing Preference in Europe by Distinguishing Perceived Cultural and Economic Ethnic Threats », Comparative Political Studies, 45 (5), 2012, pp. 547-574. WILLIAMS Michelle Hale, « Can Leopards Change Their Spots ? Between Xenophobia and Trans-ethnic Populism among West European Far Right Parties », Nationalism and Ethnic Politics, Vol. 16, Issue 1, 2010, pp. 111-134. []
  4. ARIKAN E. Burak, « Turkish ultra-nationalists under review », art. cit., pp. 369-370. []
  5. MASSICARD Elise, L’autre Turquie. Le mouvement aléviste et ses territoires, Paris, Presses Universitaires de France (coll. « Proche-Orient »), 2005, p. 119. []
  6. BOZARSLAN Hamit, Histoire de la Turquie contemporaine, op. cit., pp. 57-58. KÖSE Talha, « Alevi Opening and the Democratization Initiative in Turkey », SETÀ – Policy Report, N°3, mars 2010, p. 8. KÖSE Talha, « The AKP and the “Alevi Opening” : Understanding the Dynamics of the Rapprochement», Insight Turkey, Vol. 12, N°2, 2010, p. 157. []
  7. TEPE Sultan, « À Kemalist-Islamist movement ? », art. cit., p. 63. []
  8. ARIKAN E. Burak, « Turkish ultra-nationalists under review », art. cit., p. 369. []
  9. YAVUZ M. Hakan, « The Politics of Fear », art. cit., p. 208. MARCOU Jean, « Il y a 20 ans… le massacre de Sivas », Observatoire de la Vie Politique Turque, 2 juillet 2013. Disponible sur : https://ovipot.hypotheses.org/9189 ERDEMIR Aykan, TAHIROĞLU Merve, « Turkish Grey Wolves target ‘’Chinese’’ », Politico, 30 juillet 2015. Disponible sur : http://www.politico.eu/article/turkish-grey-wolves-target-chinese/ DOĞANYILMAZ Didem, How Far Religious Goes in a Laic State, op. cit., p. 117. []
  10. « MHP’den Alevi açılımı », Milliyet, 10 2009. Disponible sur : http://www.milliyet.com.tr/Siyaset/HaberDetay.aspx?aType=HaberDetayArsiv&ArticleID=1104777&Kategori=siyaset&b=MHPden%20Alevi%20acilimi Voir aussi « MHP’den Alevi Kürt açılımı », Milliyet, 5 avril 2015. Disponible sur : http://www.milliyet.com.tr/mhp-den-alevi-kurt-acilimi/siyaset/detay/2039120/default.htm []
  11. MASSICARD Élise, L’autre Turquie, op. cit., p. 118. []
  12. Cité dans « Alevi kardeşimiz genel başkan oldu diye rahatsız », Milliyet, 3 juin 2011. Disponible sur : http://www.milliyet.com.tr/alevi-kardesimiz-genel-baskan-oldu-diye-rahatsiz/siyaset/siyasetdetay/03.06.2011/1397908/default.htm []
  13. Cité dans Ibid. []
  14. « MHP’den 10 maddeli Alevi açılımı önerisi », Al Jazeera Türk, 25 novembre 2014. Disponbile sur : http://www.aljazeera.com.tr/haber/mhpden-10-maddeli-alevi-acilimi-onerisi []
  15. AKÇAY Osman, « MHP Aydın İl Başkanlığı’ndan Alevi açılımı », Cihan Haber Ajansı, 28 janvier 2015. Disponible sur : https://www.cihan.com.tr/tr/mhpden-alevi-acilimi-1663327.htm []
  16. La dernière phrase est d’ailleurs un jeu de mot, qui s’appuie sur la similitude sonore (en turc) de la formule « nous sommes la flamme » avec « nous sommes alévis » (qui, dans les deux cas, se dit « aleviyiz »). Les paroles de cet hymne sont disponibles sur : https://www.youtube.com/watch?v=ej4-cpYDgfk []
  17. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=cRROnRIi3HE []
  18. MASSICARD Élise, L’autre Turquie, op. cit., p. 119. []
  19. Ibid, p. 120. []
  20. Rappelons que Devlet Bahçeli devint secrétaire général du MHP en 1997, et que sa nouvelle rhétorique à l’égard de la question alévie s’affirma (comme nous l’avons précédemment mentionné) dès la campagne pour les élections législatives de 1999. []
  21. Le ilçe turc correspond à la notion d’arrondissement. []
  22. LIPSET Seymour M., ROKKAN Stein, Structures de clivages, systèmes de partis et alignement des électeurs : une introduction, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2008 (1ère éd. : 1967), pp. 92-93. []
  23. YAVUZ M. Hakan, « The Politics of Fear », art. cit., p. 207. []
  24. ÖNİŞ Ziya, « Globalization, Democratization and the Far Right », art. cit., p. 34. Voir aussi ARIKAN E. Burak, « Turkish ultra-nationalists under review », art. cit., pp. 370-371. []
  25. ÇINAR Alev, ARIKAN E. Burak, « The Nationalist Action Party », art. cit., p. 34. YAVUZ M. Hakan, « The Politics of Fear », art. cit., p. 208. ARAS Bülent, BACIK Gökhan, « The rise of nationalist action party and Turkish politics », art. cit., pp. 53-54. ARIKAN E. Burak, « The programme of the nationalist action party », art. cit., pp. 121-122. []
  26. SCALBERT-YÜCEL Clémence, « Common Ground or Battlefield ? : Deconstructuring the Politics of Recognition in Turkey », Nationalism and Ethnic Politics, Vol. 22, N°1, janvier-mars 2016, pp. 76-77. GÜL-KAYÀ Duygu, « Coming to Terms with the Past : Rewriting History Through a Therapeutic Public Discourse in Turkey », International Journal of Middle East Studies, Vol. 47, N°4, novembre 2015, p. 690. ARIKAN AKDAĞ Gül, « Rational political parties and electoral games: the AKP’s strategic move for the Kurdish vote in Turkey », Turkish Studies, Vol. 17, Issue 1, novembre 2015, pp. 126-154. []
  27. Cité dans BOUKANDOURÀ Raphaël, « Surenchère nationaliste pour les élections turques. Quand Erdogan chasse sur les terres des Loups Gris », Orient XXI, 28 octobre 2015. Disponible sur : http://orientxxi.info/magazine/surenchere-nationaliste-pour-les-elections-turques,1066 []
  28. Cité dans WHITE Jenny, Muslim Nationalism and the New Turks, op. cit., p. 102. []
  29. CHEVIRON Nicolas, PÉROUSE Jean-François, Erdoğan. Nouveau Père de la Turquie ?, Paris, Éditions François Bourin, 2016, p. 34. []
  30. Le CHP pâtit également d’une faible influence électorale dans ces provinces. []
  31. GÜRSEL Kadri, « What will Erdogan do if AKP fails again? », Al Monitor, 26 octobre 2015. Disponible sur : http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2015/10/turkey-elections-what-erdogan-does-if-akp-flops-again.html# []
  32. ÇARKOĞLU Ali, « Plus ça Change Plus C’est la Même Chose : Consolidation of the AKP’s Predominance in the March 2014 Local Elections in Turkey », South European Society and Politics, 19 : 2, 2014, p. 184. []
  33. « Turkey’s nationalist opposition leader asks for meeting with PM after terrorist attack », Hürriyet Daily News, 14 mars 2016. Disponible sur : http://www.hurriyetdailynews.com/turkeys-nationalist-opposition-leader-asks-for-meeting-with-pm-after-terrorist-attack.aspx?pageID=238&nID=96414&NewsCatID=338 []
  34. « PM Davutoğlu calls on CHP to take clear stance against terror, thanks MHP for support », Daily Sabah, 22 mars 2016. Disponible sur : http://www.dailysabah.com/war-on-terror/2016/03/23/pm-davutoglu-calls-on-chp-to-take-clear-stance-against-terror-thanks-mhp-for-support []
  35. AKYOL Mustafa, « How a Turkish opposition party turned pro-Erdogan », Al Monitor, 20 mai 2016. Disponible sur : http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/05/turkey-police-banned-a-party-congress-ankara.html# []
  36. « Bahçeli : Gülen Cemaati MHP’yi ele geçirmeye çalışıyor », Al Jazeera Türk, 1er mars 2016. Disponible sur : http://www.aljazeera.com.tr/haber/bahceli-gulen-cemaati-mhpyi-ele-gecirmeye-calisiyor « Bahçeli vows MHP will not ‘surrender’ to Gülenists », Hürriyet Daily News, 12 avril 2016. Disponible sur : http://www.hurriyetdailynews.com/bahceli-vows-mhp-will-not-surrender-to-gulenists.aspx?pageID=238&nID=97697&NewsCatID=338 « Bahçeli’den ‘Cemaat’ suçlaması », Al Jazeera Türk, 1er décembre 2015. Disponible sur : http://www.aljazeera.com.tr/haber/bahceliden-cemaat-suclamasi []
  37. BALCI Bayram, « The AKP/Gülen Crisis in Turkey : Consequences for Central Asia and the Caucasus », Central Asia Policy Brief, N°16, avril 2014, p. 2. []
  38. Souligné par l’auteur : HIRSCHMAN Albert O., Exit, voice, loyalty. Défection et prise de parole, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2011 (1ère éd. : 1970), p. 69. []
  39. Ibid, pp. 70-72. []
  40. Ibid, pp. 68-69. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *