« Wipe off your lipstick, raise your voice » : la mobilisation syndicale à Avon

Cela fait plus d’un mois qu’un groupe de travailleurs se mobilise contre le licenciement de huit salariés en sous-traitance, dont six membres de syndicats, dans un entrepôt de l’entreprise américaine de cosmétiques Avon à Gebze, près d’Istanbul. Ils demandent le retour au travail, la fin du régime de sous-traitance et la négociation d’un contrat collectif.

avon_poster_ing4avon_poster_ing1purposelipstickexploit

Dans quel contexte cette mobilisation s’insère-t-elle ? Selon les chiffres de mars 2016, il y a plus de 1,4 million de salariés en sous-traitance en Turquie. Ce phénomène n’est pas limité au secteur privé, car plus de la moitié des salariés concernés est employée dans le secteur public. Ainsi, au même moment que la mobilisation à Avon, se sont poursuivies les protestations contre le licenciement des syndiqués, employés en sous-traitance, à la mairie d’Avcılar à Istanbul.

Le régime de sous-traitance (taşeronluk), facilité par le législateur depuis le début des années 2000, est une variante d’emploi moins chère qui permet à l’entreprise de se déresponsabiliser par rapport aux conditions de travail, dans la mesure où ces tâches sont déléguées à l’entreprise de sous-traitance. Depuis la légalisation de la syndicalisation des salariés en sous-traitance en 2015, les licenciements imputés à l’activité syndicale ponctuent l’actualité turque. La mobilisation des salariés licenciés à l’entrepôt d’Avon trouve sa place parmi les tentatives de négociation de contrat collectif et les demandes d’amélioration des conditions de travail, avec comme demande de base, la suppression du régime de sous-traitance.

À Gebze, l’entrepôt de l’entreprise Avon emploie plus de 200 personnes, dont une centaine de femmes. Une quarantaine des salariés est employée directement par Avon, pour le reste, il s’agit des salariés en sous-traitance. Depuis le 28 décembre 2015 l’entrepôt est géré par le sous-traitant allemand Klüh. Ce dernier a obligé les travailleurs à signer un nouveau contrat lui donnant, entre autres, le droit d’imposer une nouvelle période d’essai à chaque employé quelle que soit la durée de son expérience professionnelle au sein de l’entreprise, ainsi que de transférer librement les employés entre ses différents entrepôts. Environ quatre-vingt personnes ont refusé de signer le contrat.

avon03

Ce refus a donné naissance à un processus de syndicalisation mené par un comité, en l’occurrence composé uniquement de femmes. Au bout de quelques mois, l’entreprise a licencié huit personnes, dont six membres de syndicats, cinq femmes et trois hommes, sans aucun avertissement préalable au sujet de manquements quelconques dans l’exercice de leur travail. Paradoxalement, l’une des employées a été plusieurs fois récompensée par la compagnie. L’ancienneté des licenciés variait entre trois mois et dix ans. Aucune indemnité n’a été payée suite à la fin du contrat. Les personnes concernées ont sollicité le tribunal de prud’hommes dont le procès est en cours.

Le syndicat de branche, l’Union des travailleurs dans le dépôt, l’entrepôt, la construction et le transport navals (DGD-Sen), a demandé à ce que les salariés licenciés soient réembauchés. Il a également remis en question la légalité du régime de sous-traitance dans l’entrepôt de Gebze en raison de l’absence pratique de la distinction entre tâches principales et tâches auxiliaires, car seulement ces derniers peuvent être sous-traités. Selon DGD-Sen, tous les salariés devraient être employés directement par Avon. La politique salariale de la compagnie a également été dénoncée, car tous les employés reçoivent le même salaire indépendamment de leur ancienneté. De surcroît, avec la hausse du salaire minimum en Turquie, les primes destinées aux employés avec les bons résultats ont été supprimées. Le syndicat a également demandé la suppression de l’obligation de faire des heures supplémentaires et l’amélioration des standards hygiéniques.

avon02En parallèle, le DGD-Sen a lancé une campagne plus large. Les cadres syndicaux ont organisé une permanence devant l’entrepôt pour dénoncer le comportement de Klüh. Plusieurs fois, ils se sont rendus devant la direction d’Avon dans un arrondissement central d’Istanbul en demandant la reconnaissance du syndicat et l’ouverture de négociations. La campagne a reçu les messages de soutien d’étudiants, d’artistes, d’intellectuels et d’hommes et de femmes politiques. Une pétition internationale a obtenu quelques 4200 signatures. La campagne a notamment été rendue visible par l’appropriation des slogans provenant de la stratégie de communication officielle d’Avon. Sur les affiches, on a notamment pu lire : « Le sens de la beauté : Résistance à Avon » faisant référence à la campagne éponyme d’Avon qui vante les mérites de l’« autonomisation » (empowerment) des femmes. La mobilisation à Gebze a ainsi voulu attirer l’attention sur les difficultés que les femmes rencontrent quand elles « s’autonomisent ».

En réponse à nos questions, la direction d’Avon, par l’intermédiaire de son département de communication, a dénoncé le caractère « simplement faux de nombreuses informations concernant la gestion des ressources humaines » à l’entrepôt géré par Klüh. Elle a refusé de commenter ce cas plus en détail. La branche turque de la compagnie a publié un communiqué de presse allant dans le même sens, insistant également sur la mission de « rendre plus belle la vie de millions de personnes dans plus de 100 pays dans le monde et cela depuis 130 ans ».

avon01Selon les informations communiquées par d’autres travailleurs à l’entrepôt, la mobilisation a déjà eu quelques effets : une ancienne prime de 250 TL (environ 75 euros) réservée à ceux qui viennent au travail sans manquer un jour pendant un mois serait réintroduite ; les toilettes et les douches, fermées depuis plusieurs années, ont été réparées ; la discrimination dans la cantine des salariés en sous-traitance face aux employés d’Avon qui, seuls, avaient droit à une portion de repas supplémentaire prendrait fin. Néanmoins, après plus d’un mois de mobilisation, ni Klüh ni Avon n’ont accepté les syndiqués à la table des négociations et poursuivent une politique de non-communication.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *