Le Brésil et la Turquie continuent à défendre l’accord tripartite, tandis que les États-Unis et la Russie haussent le ton


La secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, vient d’exprimer son désaccord avec l’accord tripartite Iran-Brésil-Turquie dont les signataires continuent d’affirmer qu’il constitue un succès diplomatique qui ouvre la voie à une solution négociée du dossier nucléaire iranien. Certes, dès le lendemain de l’accord, avec l’aval du groupe des Six (Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, Chine, France et Allemagne), les Américains avaient proposé un nouveau projet de sanctions contre l’Iran, au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Mais, en dépit de cette réaction éclair, Washington, dans un premier temps, s’était montrée assez nuancée à l’égard de l’accord, saluant notamment les efforts turco-brésiliens, tout en affirmant que ces derniers n’avaient rien résolu. Au cours de la semaine écoulée, alors même que la Turquie et le Brésil ont tenté d’obtenir le soutien de la communauté internationale, en présentant leur démarche comme une alternative positive aux sanctions envisagées par les grandes puissances, la réaction américaine s’est indiscutablement durcie.

Jeudi 27 décembre, Hillary Clinton a déclaré notamment :

« Nous pensons que faire gagner du temps à l’Iran, permettre à l’Iran d’ignorer l’unité internationale, qui existe à propos de son programme nucléaire, rend le monde plus dangereux et non moins ».

Au Brésil où il accueille actuellement Recep Tayyip Erdoğan, le président Lula a estimé que l’accord était surtout combattu par les pays qui possédaient l’arme nucléaire et que ces pays étaient jaloux «parce que le Brésil et la Turquie se sont engagés et ont obtenu un succès diplomatique que certains pays ont tenté en vain de négocier pendant plusieurs années.» Pour sa part, le 28 mai 2010, au sommet de l’Alliance des civilisations à Rio, Recep Tayyip Erdoğan s’est fait applaudir, en déclarant : «Quand nous entendons parler d’empêcher l’Iran de se doter d’armes nucléaires, cela vient de ceux qui possèdent l’arme nucléaire !» Le débat autour du dossier iranien semble donc être entré dans une nouvelle phase où la relation entre les Etats-Unis et le couple turco-brésilien est en train de devenir nettement plus tendue.

Il faut dire qu’entre-temps la position de la Russie à l’égard de l’Iran s’est également rigidifiée. En rendant hommage à la démarche turco-brésilienne sans pour autant refuser de soutenir le nouveau train de sanctions proposé par les Américains, Moscou s’est attirée les foudres de Téhéran. Le 26 mai dernier, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad a pressé les Etats-Unis et la Russie d’accepter l’accord tripartite, en leur disant qu’il s’agissait de “leur dernière chance” de résoudre pacifiquement ce conflit. Mais il a surtout qualifié le soutien apporté par la Russie au projet de sanctions “d’attitude inacceptable”, en déclarant :

Si j’étais le président russe, lorsque je prends des décisions sur des sujets liés à une grande nation (l’Iran), j’agirais plus prudemment, je réfléchirais davantage.” Et, toujours à l’adresse de Moscou, le président a lancé : “Les Russes sont-ils nos amis et nos voisins ? Sont-ils avec nous ou cherchent-ils autre chose… Nous ne devrions pas voir, en ces temps troublés, notre voisin soutenir ceux qui sont contre nous et nous ont témoigné tant d’animosité pendant trente ans.”

La réaction à cette volée de bois vert ne s’est pas faite attendre. L’un des principaux conseiller du président russe Medvedev, Sergueï Primenko, a répondu le jour même : “Personne n’a jamais réussi à préserver son autorité par la démagogie politique. J’en suis convaincu, l’histoire millénaire de l’Iran en est la preuve.” Affirmant que la position de son gouvernement n’était ni pro-américaine, ni pro-iranienne, mais qu’elle était avant tout russe, le même conseiller a fustigé l’attitude de l’Iran et son incapacité à convaincre de la nature pacifique de son programme nucléaire. Le lendemain, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s’est exprimé de façon plus nuancée, en estimant que l’accord créait «potentiellement» «les prémices d’une solution», mais il a continué à affirmer que tout dépendrait de la façon dont l’Iran respecterait ses obligations, et que l’on avait pas d’absolue certitude à ce sujet…

La France s’est prononcée de façon assez similaire, ces derniers jours. Lors d’une conversation téléphonique avec Recep Tayyip Erdoğan, le 24 mai dernier, le président français a remercié la Turquie pour ses efforts mais il a redit que, pour que l’échange de combustible nucléaire puisse se faire, il fallait que l’Iran abandonne son projet de produire de l’uranium enrichi à 20%. Il semble bien qu’un engagement de l’Iran à renoncer à produire un tel combustible soit désormais au cœur des débats. C’est, en tout cas, ce qu’a souligné le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, le 28 mai, à Rio, lors de la 3e rencontre de l’Alliance des civilisations, durant laquelle il s’est exprimé en présence du président brésilien et du premier ministre turc. Ban Ki Moon a déclaré que Téhéran avait causé un sérieux trouble en réaffirmant son intention de produire de l’uranium enrichi à 20% et estimé que l’Iran aiderait beaucoup à restaurer la confiance en l’occurrence, s’il s’engageait à renoncer à un tel projet.

En attendant, la question nucléaire iranienne est en train de dessiner les contours d’un schisme au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Le nouveau train de sanctions contre l’Iran a l’appui de tous les membres permanents (Etats-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni, France) tandis qu’il est rejeté par la Turquie, le Brésil et le Liban. Reste à savoir comment les autres membres du Conseil (Mexique, Ouganda, Bosnie-Herzégovine, Gabon, Nigéria) se prononceront. Le soutien de certains d’entre eux (Autriche, Japon) paraît assuré, l’important au final sera surtout de savoir si la proposition américaine obtiendra les 9 voix requises.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.