Turquie : les enjeux de «l’après-coup d’Etat»

Si la tentative de coup d’Etat du 15 juillet a surpris, les événements qui suivent son échec sont, à bien des égards, encore plus stupéfiants. Après la confusion et les violences qui ont marqué l’effondrement de l’intervention militaire, on s’attendait à ce que la répression ratisse large. Et de fait, outre 10 000 militaires, près de 3000 magistrats ont rapidement été arrêtés, parmi lesquels plusieurs dizaines de juges et de procureurs du Conseil d’Etat et de la Cour de cassation, sans oublier deux membres de la Cour constitutionnelle (une première dans toute l’histoire de la République !). Pourtant, on est en train de se rend compte que ces arrestations n’ont été que le début d’une immense purge qui est à l’œuvre pour transformer l’Etat et la société turcs. Une nouvelle ère politique s’ouvre donc en Turquie, et elle ne laisse pas d’inquiéter.

Une purge sans précédent

En l’espace de 48 heures, plusieurs dizaines de milliers de fonctionnaires (50 000, à la mi-journée, le 20 juillet) ont été suspendus de leurs fonctions, beaucoup d’entre eux s’étant vus confisquer leurs papiers d’identité, quand ils ne sont pas déjà détenus. Si ces personnes sont accusées d’avoir ou d’avoir eu des liens avec le mouvement Gülen, on se rend bien compte que leur implication dans le coup est très relative, voire inexistante. Le quotidien Hürriyet a annoncé, le 19 juillet, un véritable «séisme» dans l’Education nationale où 15 200 professeurs du public et 21 000 professeurs du privé ont été, d’un coup, mis à pied. Dans l’enseignement supérieur, le YÖK (Yüksek Ögretim Kurulu – le conseil de l’enseignement supérieur) a demandé aux 1500 doyens turcs de démissionner (1100 dans des universités publiques, 400 dans des universités privées). Cette mesure est-elle une remise à plat administrative des nominations existantes pour confirmation ou une mesure répressive qui laisse présager une véritable épuration des universités ? La réponse devrait venir dans les heures qui viennent.

La purge en cours concerne également une centaine d’agents du MİT (Milli İstibarat Teşkilatı – les services turcs de renseignements), près de 300 employés des services du premier ministre, 1500 fonctionnaires du ministère des finances, 393 personnes au ministère de la famille, 16 cadres du ministère du développement. Le ministère de l’Intérieur et la gendarmerie, lourdement épurés depuis que le conflit entre le mouvement Gülen et l’AKP a éclaté au grand jour, fin 2013, sont également concernés, à travers le sort de près de 8000 policiers, 600 gendarmes, sans oublier 30 préfets et 45 sous-préfets. On observe d’ailleurs que parmi ces cadres territoriaux figure l’ancien préfet d’Istanbul, Hüseyin Avni Mutlu, qui était en fonction au moment des événements de Gezi. L’ensemble des fonctionnaires turcs ont vu, en outre, leurs congés d’été, interrompus, et ont été sommés de rallier leurs postes, au plus vite. Ceux qui étaient en mission à l’étranger ont dû également s’exécuter. Le Diyanet (direction des affaires religieuses) s’est, pour sa part, séparé de près de 500 imams. Il a aussi fait savoir qu’il n’assurerait pas le service religieux des militaires putschistes décédés, sauf s’il est démontré que ces derniers ont été entrainés, à leur corps défendant, dans le soulèvement.

De la répression des putschistes à l’intimidation de la société

Frappé par la rapidité à laquelle se propage cette onde de choc à travers l’administration et la société turques, le commissaire européen à l’élargissement, Johannes Hahn, a déclaré qu’il était probable que les listes des personnes suspectes avaient été préparées à l’avance. Cette affirmation a relancé les suspicions sur la possible fabrication d’un coup d’Etat manqué par le gouvernement de l’AKP, lui-même. Si cette thèse «complotiste» reste à démontrer, elle indique néanmoins à quel point Recep Tayyip Erdoğan se retrouve en position de force, à l’issue du putsch, et à quel point cette situation paraît suspecte. Sans adhérer à la thèse d’un tel complot, on peut penser que le gouvernement avait identifié un certain nombre «d’indésirables», dans chaque administration, et qu’il n’attendait que l’occasion de les frapper. En tout cas et de longue date, le pouvoir connaît les partisans et sympathisants du mouvement Gülen, qui a été, jusqu’à récemment son allié. De surcroît, on sait désormais que les services de renseignement ont informé l’état-major du déclenchement imminent du coup d’Etat, et que des mesures préventives ont été prises. Il reste que beaucoup d’énigmes demeurent encore sur les origines de cette intervention militaire et sur les motivations exactes de ses auteurs. Le parlement a annoncé qu’il allait ouvrir une enquête, mais, pour l’heure, le vocable de «complot Gülen» permet de frapper, partout et largement, non seulement les acteurs du coup, mais aussi leurs prétendus complices. Il est ainsi à craindre que cette immense répression débouche sur une intimidation de tout opposant potentiel.

L’heure de l’unanimité

Une autre caractéristique de cette période d’après-coup est l’unanimité, qui est en train de saisir, voire de tétaniser, la société turque. Tout en plaçant l’AKP en position de force, ce putsch met en porte-à-faux tous les autres acteurs, à commencer par les partis d’opposition (notamment la gauche : les kémalistes du CHP et les Kurdes du HDP) qui n’ont pu faire autrement que d’appeler au respect de l’ordre constitutionnel. Les quatre formations représentées au parlement (AKP, CHP, MHP et HDP) ont d’ailleurs signé (fait inédit) une déclaration conjointe, condamnant le coup d’Etat. Et, dans les 48 heures suivantes, elles ont été suivies par la plupart des organisations importantes de la société civile : associations d’entrepreneurs, syndicats, représentants des communautés religieuses (notamment les patriarcats grec orthodoxe et arménien, les instances syriaques ou assyriennes, et la communauté juive), sans oublier les groupes de presse, y compris le groupe Doğan, et de nombreux artistes célèbres (Hülya Avşar, Orhan Pamuk, Ibrahim Tatlıses, Orhan Gencebay ou encore Tarkan….). Seule la co-présidente du HDP, Figen Yüksekdağ a fait entendre une voix dissonante, le 19 juillet, lors de la réunion de son groupe parlementaire, en déclarant qu’elle rejetait le coup d’Etat militaire, mais aussi le climat de coup d’Etat civil qui y avait conduit. Elle a surtout prévenu que l’échec de l’intervention militaire ne signifiait pas pour autant la victoire de la démocratie.

Parallèlement, il est important d’observer que la mobilisation populaire lancée par Recep Tayyip Erdoğan, au soir du putsch, se poursuit, bien que ce dernier ait été écrasé. Le chef de l’Etat a, en effet, demandé à ses partisans à rester mobilisés et à tenir les places, comme s’il voulait obtenir un plébiscite de la rue pour engager les changements qui lui tiennent à cœur, notamment la mise en place d’un régime présidentiel. Durement éprouvés par les militaires insurgés qui leur ont tiré dessus, ces rassemblements permanents, finalement triomphants, n’ont été pas exempts, par la suite, de débordements, qui ont visé les alévis, les consommateurs d’alcool aux terrasses de café, ou simplement des gens qui ne se rallaient pas à la mobilisation, en bref tous ceux qui paraissaient sortir de la norme. Dans ces conditions on comprend qu’à l’avenir, l’opposition et la dissidence risquent d’hésiter à s’exprimer dans ce pays, par crainte d’être taxées de «putschisme».

Une inflexion possible de la politique étrangère ?

Reste à savoir quels seront les effets du coup d’Etat du 15 juillet sur la politique étrangère de la Turquie. D’ors et déjà, on peut craindre que les relations d’Ankara avec ses alliés occidentaux connaissent de sérieuses perturbations. La demande d’extradition de Fethullah Gülen, que les dirigeants turcs ont formulée à l’endroit de leurs homologues américains, est susceptible de créer de nouvelles dissensions entre les deux pays. Les relations turco-européennes peuvent être également affectées. On sait que l’Union européenne (UE) a choisi de fermer les yeux sur la dégradation de l’Etat de droit et de la démocratie en Turquie, pour demander à celle-ci de bloquer les flux migratoires. Mais les Européens pourront-t-ils continuer à tenir ce grand écart périlleux, dans un contexte répressif, où l’exécutif turc envisage le rétablissement de la peine de mort ? Lorsque l’on sait par ailleurs que la levée des visas pour les ressortissants turcs ne sera probablement pas réalisée cette année, on ne peut que s’inquiéter pour l’avenir de l’accord sur les réfugiés, signé entre Ankara et Bruxelles, en mars dernier.

Ces nuages sur les relations turco-occidentales vont-ils dès lors favoriser une nouvelle convergence russo-turque ? Ankara et Moscou ont récemment restauré leurs relations endommagées, en novembre dernier, par l’affaire du SU-24 russe abattu, sur la frontière syrienne. La Turquie a laissé entrevoir également à son voisin russe qu’elle pourrait faire évoluer sa position sur la résolution de la crise syrienne. Recep Tayyip Erdoğan et Vladimir Poutine vont prochainement se rencontrer pour en parler, alors qu’on a pu observer le soutien appuyé apporté par les Russes au gouvernement turc, pendant et après le coup. Cette posture relancera-t-elle l’idée d’une convergence stratégique eurasiatique avec Moscou, conçue par Ankara comme une alternative à son intégration (de plus en plus hypothétique) à l’UE ? Rien n’est moins sûr, car l’alliance de la Turquie avec l’Occident reste l’axe structurant de la politique étrangère turque, et l’on voit mal comment l’alternative en question pourrait remplacer la sécurité d’une appartenance à l’OTAN et les avantages d’une relation, même inachevée, avec l’UE.

Pour conclure, on relèvera, avec intérêt, que la presse vient d’annoncer que les deux pilotes turcs, qui avaient abattu le SU-24 russe, en novembre 2015, ont soutenu le putsch. Cette nouvelle ouvre aux «complotistes» un boulevard pour nous convaincre que la brouille russo-turque est encore un méfait de Fethullah Gülen, et que, les putschistes, ayant été mis hors d’état de nuire, il est finalement logique que les deux pays se soient naturellement retrouvés….

JM


1 réponse

  1. 27 avril 2017

    […] des putschistes ne constituait pas pour autant un retour à la démocratie (voir notre édition du 20 juillet 2016). Dans les provinces du Sud-Est, le HDP subit également la concurrence de l’AKP, qui reste […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *