Turquie : les lendemains complexes du coup d’Etat manqué

Le 28 juillet, s’est tenu comme prévu, en Turquie, le Conseil militaire suprême (YAŞ – Yüksek Askeri Şura). Chaque année, à la même époque, la réunion de cette institution, permet de pourvoir aux promotions et aux nominations dans l’armée. Longtemps instance de cooptation, à une époque où les militaires contrôlaient totalement leur hiérarchie et leur commandement, elle a dû accepter une immixtion du pouvoir civil, dans ses débats et dans ses choix, depuis 2010-2011. Cette immixtion, succédant aux grands procès (Ergenekon, Balyoz…), ouverts contre des dizaines de généraux, à la fin des années 2000, a sonné le glas de l’influence politique de l’armée dans le système turc. Après le coup manqué d’Etat du 15 juillet dernier, ce YAŞ 2016 s’annonçait comme le coup de grâce promis à une institution militaire ébranlée et divisée…

L’état-major sortant maintenu en place dans le cadre d’une restructuration annoncée

Paradoxalement, c’est pourtant la continuité qui a prévalu. Les principaux chefs, nommés l’an passé, demeurent aux commandes, notamment : le général Hulusi Akar (chef d’état-major), le général Salih Zeki Çolak (commandant de l’armée de terre), le général Abidin Ünal (commandant des forces aériennes), l’amiral Bülent Bostanoğlu (commandant des forces navales), l’amiral Veysel Köşele (commandant de la flotte). Même si logiquement tous les militaires putschistes ont disparu de l’organigramme précédent (en particulier l’ancien chef d’état-major des forces aériennes, le général Akın Öztürk, qui a été l’un des principaux conjurés, et l’ex-commandant de la 2e armée, le général Adem Huduti), tout se passe comme si l’on avait voulu décerner une sorte de prime au loyalisme à l’état-major en fonction. Rappelons que les généraux Akar, Çolak, Ünal et Kösele ont été pris en otage, pendant le coup d’Etat, et qu’ils ont concrètement tenté de résister.

Pour autant, ces nominations en trompe-l’œil ne parviendront pas à faire oublier les restructurations qui se préparent. Symboliquement d’ailleurs, on observe que le YAŞ 2016, pour la première fois, ne s’est pas tenu dans les locaux de l’état-major, mais au palais de Çankaya, la résidence du premier ministre. Cette prise en main de l’institution militaire, et de tout ce qui concerne la sécurité du pays, risque en fait d’aller beaucoup plus loin sous peu puisque, dans le sillage du YAŞ, Recep Tayyip Erdoğan a fait savoir que l’état-major et les services de renseignement (MİT) seraient prochainement rattachés directement à la présidence. Au fond, ces nominations militaires et cette continuité ambiguë sont très représentatives de l’ambiance suspecte qui domine la Turquie, depuis l’échec du coup d’Etat. Une unanimité politique et sociétale vénère la démocratie et l’Etat de droit sauvegardés, alors même que des purges frappent des milliers de personnes, dissolvent des institutions, et restructurent des administrations. Il y a là une contradiction bien difficile à comprendre et à accepter.

Convergence entre l’AKP et le CHP

L’unanimité politique s’est manifestée, dès le soir du coup d’Etat, lorsque les partis d’opposition (CHP, MHP, HDP) ont condamné celui-ci. Toutes les formations représentées au parlement (AKP, CHP, HDP, MHP) ont d’ailleurs signé, peu après, une déclaration conjointe, proclamant leur attachement à l’ordre constitutionnel. Le 24 juillet surtout, les kémalistes du CHP ont tenu un grand meeting, place Taksim, à Istanbul, pour célébrer la République et la Démocratie ; meeting auquel ils ont invité les militants de l’AKP. Au cours de cette manifestation inédite, le leader du CHP, Kemal Kılıçdaroğlu, a estimé que la restructuration de l’Etat était «une nécessité». Certes, au parlement, le CHP n’a pas accepté de voter l’état d’urgence, mais l’on observe que l’AKP ne lui en a pas fait publiquement reproche. Le 25 juillet, le président de la République a rencontré les leaders du CHP et du MHP, et la presse turque a observé non sans surprise que Kemal Kılıçdaroğlu avait accepté de se rendre, pour la première fois, dans la nouvelle résidence présidentielle de Recep Tayyip Erdoğan, alors qu’il avait pourtant juré antérieurement de la bouder éternellement. Le 28 juillet, lors d’une interview sur la chaine CNN Türk, faisant écho à un certain nombre d’éditorialistes de la presse d’opposition qui accusent les médias occidentaux de dramatiser à l’envie la situation en Turquie, le leader du CHP a parlé «d’atmosphère de réconciliation et d’entente mutuelle», en déclarant que «le plus grand souhait» de son parti était que cette situation perdure.

Les Kurdes en franc-tireur

Seul accroc à cette convivialité ambiante, le sort fait au HDP, le parti kurde. Si le président de l’Assemblée nationale l’a remercié d’avoir signé la déclaration conjointe condamnant le coup d’Etat, que nous évoquions précédemment, Recep Tayyip Erdoğan ne l’a pas invité à la réunion des partis politiques parlementaires du 25 juillet, ce qui a provoqué l’ire de son co-leader, Selahattin Demirtaş. L’autre co-leader du HDP, la députée Fingen Yüksekdağ, avait parallèlement déjà eu l’occasion de dire que l’échec du coup d’Etat ne déboucherait pas forcément sur une victoire de la démocratie. Le parlement a néanmoins voté, le 28 juillet, la mise en place d’une commission d’enquête sur le coup d’Etat, à laquelle les députés du HDP participeront, et l’on mesure encore mal les conséquences qui seront celles du coup d’Etat sur l’évolution de la question kurde. Depuis la mi-juillet, on observe, en effet, une accalmie dans les violences et les accrochages qui se déroulaient précédemment quotidiennement dans les zones kurdes : pure coïncidence ou «trêve» voulue par les principaux protagonistes du conflit ? Deux autres indices sont à relever, à cet égard. Recep Tayyip Erdoğan, dans une volonté d’apaisement, a abandonné les plaintes pour insulte à sa personne, tant contre Kemal Kılıçdaroğlu que contre Selahattin Demirtaş. Et le ministre de l’énergie, Berat Albayrak, au demeurant gendre du président, a déclaré qu’il allait falloir enquêter sur l’implication des «gülenistes», tant dans l’affaire de l’avion russe abattu en novembre dernier, que dans les frappes aériennes d’Uludere qui avaient tué, en décembre 2011, une trentaine de villageois kurdes, confondus avec une colonne du PKK.

Remous au sein de l’AKP

Cette remarque d’Albayrak incite à ne pas se désintéresser de la situation qui prévaut au sein même du parti au pouvoir, fortement restructuré, comme l’on sait, par le président, au cours des deux dernières années. On ne manquera pas, tout d’abord, d’observer que l’on parle beaucoup du gendre du président, en ces temps de post-coup. Recep Tayyip Erdoğan avait déjà raconté à la presse que c’était lui qui avait été le premier à le prévenir du putsch, au soir de 15 juillet. Par la suite, avant d’évoquer la nécessité de rouvrir l’enquête de la tragédie d’Uludere, Albayrak avait laissé entendre que l’affaire du SU-24 russe abattu pourrait bien être un coup des «gülenistes», une hypothèse qui a été immédiatement démentie par l’ancien premier ministre Ahmet Davutoğlu, qui a rappelé que c’est lui-même qui avait demandé, dans une directive, à ce que soit abattu tous les avions, venant de Syrie et violant l’espace aérien turc. Quand on sait que l’ex-chef du gouvernement avait tout fait pour ne pas intégrer Albayrak dans son gouvernement, on peut penser que l’unanimité ambiante connaît peut-être encore certaines exceptions, à l’intérieur de l’AKP…

Un « reformage » de l’Etat

Pendant que les politiques se disputent ou se congratulent, les purges se poursuivent. Après l’armée, l’éducation, la police et la justice, ce sont les médias qui ont été dans le collimateur des procureurs, ces derniers jours. Il est intéressant de relever que, là comme ailleurs, les «gülenistes» sont la première cible d’une répression qui se déploie dans le sillage de purges, déjà entamées avant le coup d’Etat. On observe notamment que des journalistes de l’opposition kémalistes, qui s’étaient pourtant attirés les foudres présidentielles, au cours des derniers mois, sont épargnés actuellement. Il reste que cette «dégülinésation» prête à discussion. D’abord, il ne faut pas oublier que le noyautage des institutions qu’elle prétend dénoncer a été encouragé, pendant des années, par l’AKP, et que son ampleur dévoile en fait la stratégie de conquête de l’Etat, qui a été celle du parti au pouvoir. Ensuite, parce que la répression en cours dépasse, très largement, la réaction au putsch et la neutralisation du mouvement Gülen. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer qu’outre les administrations précédemment évoquées, tous les secteurs de l’Etat et de la société sont à l’heure actuelle affectés. Le ministre des affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, vient d’annoncer que l’épuration, dans son ministère, toucherait probablement 300 diplomates. Le réaménagement des universités est aussi pendante, quinze universités «gülénistes» ont été dissoutes, les doyens sont suspendus, et les recteurs procèdent actuellement à une enquête dont on connaîtra le résultat, le 5 août prochain. Les milieux d’affaires sont aussi touchés et leurs organisations, l’une après l’autre, promettent, à leur tour, de traquer les représentants de la «structure parallèle». Même la compagnie «Turkish Airlines» a licencié près de 300 personnes ! En dernier lieu, il ne faut pas perdre de vue que les trous béants créés par les licenciements massifs des dernières semaines vont donner lieu à des embauches tout aussi importantes, qui risquent de se faire hâtivement, sur des critères où la compétence ne sera probablement la première préoccupation des recruteurs. Si bien que par rapport à la mise en coupe de l’Etat en cours, et même au purgatoire massif qui avait suivi le coup d’Etat du 12 septembre 1980, le noyautage «güleniste» de la décennie écoulée risque d’apparaître comme un travail d’amateur, ce qui n’est pas peu dire !

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *