Forte émotion en Turquie après l’assaut israélien contre la flottille «Free Palestine»


À l’issue de 12 heures de discussion, le Conseil de sécurité des Nations Unies a condamné, mardi matin, «les actes qui ont résulté en la perte d’au moins dix vies humaines et fait de nombreux blessés», lors de l’assaut du navire turc «Mavi Marmara», par un commando de marine israélien. Il a surtout demandé une «enquête impartiale» et réclamé «la libération immédiate des navires ainsi que des civils détenus par Israël». Cette déclaration a été adoptée à l’unanimité sur la base d’un texte proposé par la Turquie, que les Etats-Unis se sont employés à modérer. Le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, n’a pas hésité à qualifier l’opération menée par l’armée israélienne, non seulement «de grave manquement aux règles internationales», mais aussi «d’actes de l’ordre du banditisme et de la piraterie.» Pour sa part, le premier ministre israélien et le représentant d’Israël à l’ONU, ont maintenu leurs positions, en continuant à justifier l’assaut du navire et à expliquer que les soldats avaient fait usage de leurs armes «pour défendre leurs vies».

Plus de 24 heures après le drame on ne connaît toujours que partiellement le déroulement des faits. Mais il semble que l’armée israélienne ait sous-estimé la capacité de riposte des militants embarqués sur le bateau turc, et qu’elle ait d’emblée perdu le contrôle de la situation. Dans le quotidien israélien «Haaretz», Amos Harel parle d’un «fiasco» et s’interroge, tant sur le degré de préparation de l’opération que sur sa gestion politique et médiatique par le gouvernement. Le fait que le nombre des victimes et leur identité reste encore incertain, en raison de la censure imposée par l’armée israélienne, accroit l’exaspération en Turquie.

Hier, des manifestations ont eu lieu en ordre dispersé dans plusieurs quartiers d’Istanbul, et toute la journée de nombreuses personnes dans les rues passantes ont arboré des drapeaux palestiniens vendus par les marchands ambulants qui fournissent traditionnellement leurs concitoyens en drapeaux turcs à l’approche des fêtes, et qui avaient trouvé là, une occasion d’élargir leur offre. Surtout, le soir, près de 10 000 manifestants se sont rassemblés devant le consulat israélien, dans le quartier de Levent. Si certains des participants avaient été convoyés sur les lieux par des ONG, comme l’organisation IHH, qui a affrété le bateau attaqué, nombre d’entre eux, en revanche, comme Mehmet, étaient venu spontanément pour exprimer leur incompréhension et leur colère :

« Des gens ont été tués, d’autres sont blessés. Les familles et les amis ne savent rien. Je ne comprends pas comment un Etat peut attaquer des militants humanitaires… »

Tandis que la plupart des nombreuses chaines de télévision publiques et privées passaient et repassaient des images de l’assaut israélien, l’émotion aura donc été très vive, tout au long de la soirée, à Istanbul.

Les relations turco-israéliennes paraissent ainsi endommagées pour longtemps, mais dans un contexte où la Turquie ne cesse de s’affirmer en tant que pouvoir régional, et prétend même jouer dans la cour des grands aux côtés de puissances émergentes comme le Brésil, il est probable également que cette affaire sera un test pour les relations turco-occidentales. Certes, et parfois après un temps d’hésitation, la plupart des pays occidentaux, dont la France, ont dénoncé le caractère disproportionné de la réaction israélienne et déclaré que le blocus de Gaza n’était pas tenable, mais pourront-ils aller plus loin dans leurs condamnations et que se passera-t-il si dans les prochains jours on assiste à une escalade ?

En effet, alors même que les passagers des 6 bateaux arraisonnés hier sont toujours détenus, les Israéliens ont déclaré qu’ils réagiraient de la même façon si les organisateurs de «Free Palestine» décident, comme ils l’ont annoncé, d’envoyer une nouvelle flottille pour forcer le blocus de Gaza.
JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17 août 2016

    […] changement d’attitude de l’AKP vis-à-vis d’Israël à partir de 2009 (voir notre édition du 1 juin 2010), c’est surtout la rivalité souterraine entre Erdoğan et Gülen, à partir de février 2012 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.